Pokémon Academy

Incarnez ici un étudiant, un professeur ou un habitant et créez votre équipe !
 

Partagez|

Mørland et son truc.

avatar
Morland F. Puissant
Messages : 89
Nombres de Rp : 67
Date d'inscription : 18/10/2015

Feuille de personnage
Vos Pokémon:
Vos Objets:
Argent: 12 400$
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Mørland et son truc.  Dim 18 Oct - 14:30






" Mørland (Feliz) Puissant "

Truc

Votre Personnage •
Nom et Prénom : Mørland Feliz Puissant
L'Âge : 15 ans
Date de Naissance et ville d'Origine : Le 02/11, Féli-Cité
Votre Rang : Chercheuse, si possible
Votre Team : Les teams c'est pour les gens méchants.
Avatar : Phi du jeu/visual novel Virtue's Last Reward
Votre Pokémon •
Surnom : On sait pas trop. Par habitude, elle l'appelle Truc, muche, ou bidule.
L'espèce : Un Mélo.
Type : Normal
Sexe : Masculin
Nature : Foufou. Je crois que ça le décrit assez bien.
Ct/Cs connus : Mais laissez ce bébé tranquille, au lieu d'essayer de lui apprendre des trucs de force.


Physique • La frêle Morland
Un minimum de 10 lignes est demandé.

Morland est une adolescente assez frêle. Elle s'est toujours débrouillée pour esquiver les cours de sport, que ce soit pour de vraies-fausses raisons de santé ou en séchant, et par conséquent, c'est une vraie loque. Elle a du mal à se hisser sur les murets, n'a aucune force dans les bras, ni dans les jambes, et ses mollets sont du flan.
Cependant, comme la chercheuse mange pour ainsi dire presque pas, ne voyant que très peu d'intérêt dans la nourriture mis à part celui de rester en vie, elle parvient à garder une ligne quasi-parfaite, voire un peu trop fine. C'est pour ces raisons que Morland est décidément très frêle, très élancée, mais aussi d'une minceur presque burlesque. Sa silhouette échancrée pourrait faire penser à certains personnages de l'univers de Tim Burton. Heureusement, la taille modeste de la jeune fille - un petit mètre soixante-trois, compense cette maigreur en la soulignant moins que si elle concernait une grande asperge.

Morland a une peau naturellement fragile et pâle, qui souffre facilement du soleil. Sur certaines zones, comme les poignets, le dos des mains, et une partie du front, elle est si fine qu'on peut apercevoir les veines de la citadine à travers, lors des journées froides. L'adolescente n'a pas un faciès très marqué ou très mémorable ; ses sourcils sont fins, son nez petit, tout comme sa bouche, et ses yeux sont très bleus. Ils sont certes jolis, mais pas hors du commun.

Afin de se rendre un peu moins banale, Morland s'est décoloré puis coupé les cheveux, se parant d'une coupe d'un blanc immaculé, à la garçonne, parfois ornée d'un accessoire un peu aléatoire, qui signale à l'interlocuteur qu'il s'adresse bien à une demoiselle : une fleur, une barrette, un serre-tête. La liste est longue.
En général, Morland s'habille avec un style bien à elle. Féminine, mais pas trop, un peu gamine, elle porte souvent des débardeurs ou T-shirts étroits, surmontés d'une veste plus large, qui lui descend parfois jusqu'à mi-cuisse. Elle ne se met pas de restrictions sur les bas, revêtant aussi bien des jupes que des shorts, ou des pantalons, serrés, larges, militaires ou moulants. Ce n'est pas le genre de personne à prêter énormément d'attention à son apparence : elle se contente du nécessaire, et ne se maquille d'ailleurs jamais. C'est peut-être ce qui lui donne cet air un peu innocent qui flotte sur son visage en permanence.

Morland a le regard un peu vide, un peu inexpressif. On prend souvent de travers son visage neutre, capable de quelques sourires, mais peu enclin aux activités sociales. Il est quasiment impossible de dire si elle est sérieuse ou pas dans ses paroles, et même de se rendre compte de sa fureur ou de sa peine. Mis à part ça, elle a un joli sourire. Il est important de noter que Morland n'est pas l'archétype du loup solitaire, qui ne sourit jamais ou presque : elle est juste souvent plongée dans ses pensées, et est en général trop occupée à regarder la personne qui lui parle pour penser à réagir à ce qu'on lui raconte. Ce qui lui vaut parfois d'être qualifiée de tête en l'air.


Caractère • Une fille normale.
Un minimum de 10 lignes est demandé.

Mørland a une personnalité simple, mais un peu compliquée aussi. Elle est tellement normale, que son caractère en devient difficile à décrire.

Il faut déjà admettre que l'adolescente est intelligente. Peut-être pas vraiment intelligente, mais, bizarrement, comme la plupart des personnes ayant passé un long moment sur internet, elle a de grandes facilités en langues, analyses, et tout ce qui touche à l'esprit de synthèse et d'interprétation des données. Son cerveau fonctionne vite. La chercheuse est du genre à être frustrée lorsqu'un potentiel acolyte de recherche est trop lent à réfléchir, et qu'elle doit se retenir de prendre le projet entier en main. Parce qu'elle est un peu réservée aussi. Raisonnablement réservée : on va dire qu'elle n'a pas entièrement confiance en elle.

Mørland n'est pas d'une timidité maladive, parvient à entretenir une conversation basique avec quelqu'un, à coopérer avec d'autres. Mais elle n'est pas à l'aise, et l'est encore moins lorsqu'elle se trouve face à des gens qu'elle trouve supérieurs à elle. C'est un concept un peu spécial. Pour donner un exemple, Mørland se sent mal face à des femmes féminines, maquillées, bien habillées, qui s'assument totalement. Elle se sent mal face à des personnes douées dans leur domaine. Elle se sent mal face à des gens totalement intégrés dans la société, qui vont à des soirées, boivent, fument peut-être. Par rapport à ces types de personnes, Mørland a l'impression d'être une moins-que-rien, une sorte d'échec critique. Dans un groupe, c'est la fille qui reste un peu en retrait, écoute les autres parler, et intervient de temps à autres pour donner son avis. En général, les gens aiment bien Mørland, tolèrent sa présence, vont lui parler spontanément, sans pour autant l'adorer ou lui prêter une attention particulière.

Il peut arriver de temps en temps que Mørland mente. Elle a perdu cette habitude depuis son enfance, où elle aimait s'inventer une vie en parlant à des inconnus, mais des petites bribes de ce mauvais côté demeurent toujours enfouies en elle. Pour se mettre en valeur, elle peut décider de clamer avoir lu un livre qu'elle n'a jamais touché. Des petits détails qui peuvent être accumulés parfois, et qui forment une toile de laquelle elle ne peut plus s'extirper. Le problème est que Mørland est aussi très malchanceuse, et il lui arrive des aventures incroyables. Du coup, il est difficile de distinguer le faux du vrai lorsqu'on est une personne à qui l'adolescente ment beaucoup. Cela dit, la plupart de ses dires seront avérés, car la chercheuse n'est pas fière de ses mensonges, et tente de les limiter au maximum.

Mis à part ça, Mørland apprécie beaucoup les Pokémon. Elle ne manifeste pas vraiment son attachement envers les petites créatures (ou grandes), mais aime bien leur compagnie. Elle les regarde de loin, prend des notes, le sourire aux lèvres, sans trop les toucher ou leur parler. C'est un peu une personne passive, Mørland. Elle est d'ailleurs très calme, et pour peu qu'on ne l'embarque pas dans un débat, elle s'exprime toujours d'une voix posée, un peu garçonne et effrontée, mais à l'accent très littéraire, même si il lui arrive souvent de jurer de façon peu orthodoxe. C'est une fille globalement tranquille, qui aime s'intéresser aux autres et à leurs goûts, et aime à peu près toutes les formes d'arts, et tous les genres. Il faut être un peu ingrat pour trouver vraiment désagréable une conversation avec Mørland, l'adolescente n'étant pas contrariante, et très transparente avec les autres.

Le plus important à savoir est que Mørland a toujours une impression de vide en elle. Comme un sentiment d'incomplétude. Elle ne sait pas d'où ça vient, mais soupçonne sa vie réelle de ne pas être assez satisfaisante. C'est qu'elle bouillonne d'idées mais ne parvient pas à les exprimer, étant très, très peu talentueuse dans quelque forme d'art que ce soit. La jeune fille se dit souvent qu'elle aimerait faire une œuvre fantastique, mais n'en a définitivement pas les moyens. Cependant, elle s'est accoutumée à ce sentiment étrange, qui la laisse dans une sorte de mélancolie et de léthargie latente. Elle s'y est faite.


Histoire • Deux réalités, il faut en choisir une.
Un minimum de 15 lignes est demandé.

Dans la maison silencieuse, le vrombissement à peine audible de l'ordinateur antique ronronnait comme une machine à laver en marche. L'écran éclairait d'une lumière blafarde le visage de la petite fille, qui concentrait toute son attention et tout son amour sur ses animaux virtuels. Depuis plus d'un an maintenant, elle évoluait sur le même site, agrandissait toujours et encore son étable d'équidés magiques, parlait avec les autres membres sur le forum de la communauté. Elle avait des amis qu'elle n'avait jamais vus, une guilde. C'était comme un monde alternatif, une deuxième vie. En fait, à huit ans à peine, la petite fille avait déjà choisi une autre réalité.
Le fait est qu'il suffit d'appuyer sur un bouton pour changer de vie. Il suffit de s'inventer un nom, de trouver un mot de passe, et c'est fait. La grande mairie virtuelle accepte ton acte de naissance, t'envoie son lien de validation, te crée ta carte d'identité instantanément - c'est une procédure plus rapide que dans le vrai monde.
La liberté est totale, sur le monde alternatif. Même si l'éthique le veut, nous ne sommes pas forcés de dire toute la vérité : si elle le souhaite, la petite fille peut décider d'avoir seize ans, une famille soudée, un bichon maltais, d'excellentes notes à l'école et un soleil privé. Certains diront que c'est tromper son monde. Mørland dira que c'est manipuler sa destinée. Sur les deux vies qu'elle menait, elle pouvait choisir d'en rendre une parfaitement, totalement satisfaisante.

En réalité, la vie réelle de Mørland n'est pas si dramatique que ça. Elle a une famille éclatée, bon, bien, qui n'en a pas ? Une maman avec toi, un papa on ne sait pas trop où, une cousine tout là-bas, fille unique, ça complique moins les choses. Enfin, fille unique, pas techniquement. Mais fille unique quand même.
Cette situation, elle la vit plutôt bien, la petite. Elle n'a jamais connu autre chose, et elle n'a pas à trop s'emmerder avec toutes les formalités des familles nombreuses - réunions, repas, fêtes, tiraillage de joues, est-ce que ça va bien l'école, oh que tu as grandi, ça alors, le temps passe vite n'est-ce-pas. Non, ce qui dérange la petite Mørland, c'est cette sensation de vide qui grandit en elle, et qui n'est jamais comblée. Elle ne sait pas trop d'où cette sensation vient : elle ne le saura jamais. Mais internet parvenait à la distraire suffisamment pour qu'elle se sente bien, et entourée.

Des années plus tard, l'adolescente a un peu de mal à s'entendre avec sa mère, comme beaucoup d'adolescentes. Elle fait son petit chemin dans la vie, elle est un peu pauvre, mais s'en sort quand même. Mørland a une imagination terrible, mais strictement aucun talent. Elle n'écrit pas bien, ne dessine pas bien, ne danse pas bien, est nulle en maths, et bouillonne. Elle bouillonne d'envie de faire quelque chose de fantastique, mais ne sait pas quoi, et bouillonne encore. Le soir, parfois, ça l'empêche de dormir, elle a besoin de se lever, gribouille un peu sur un papier, ça ressemble à rien, elle écrit dans un carnet, ça n'inspire rien, elle se démoralise, va dormir. C'est le même manège chaque semaine. Comme un lion en cage, Mørland observe, désabusée, le monde au centre du quel sa réalité gravite. Elle ne se sort pas trop d'internet, n'essaie pas trop non plus. Sa mère tousse, crache un peu. Elle part à l'hôpital, revient. L'incident passe inaperçu.
Dans le bus, elle s'asseoit, et regarde les gens. Elle leur invente une histoire, un passé, un futur, un caractère. Elle observe leurs tics et leurs tocs, leurs manies, leur façon de parler et de se porter. Elle prend en note tout ce qu'ils lisent, tout ce qu'ils regardent, et elle ne sait pas trop pourquoi, elle se débrouille pour tout lire et tout regarder après. Et ça la rend sereine, de s'être rapprochée un peu de ces illustres inconnus, qui, certainement, n'ont pas eu un seul regard pour elle.

Elle parvint, peu à peu, à se détacher de son ordinateur. Elle l'utilisait pour entretenir sa soif de connaissances, ayant intégré une école de dresseurs. Ayant quitté toutes les communautés virtuelles qu'elle avait intégrées, un vide emplit son esprit, et elle ne chercha plus à le combler. Elle savait maintenant que s'inventer une vie factice entraînait plus de souffrance et d'abandons que de bonheur, et qu'elle devait oser se plonger dans la vie, subir la vraie réalité. Elle refusait de parler de son existence online, parce que ça lui inspirait une terrible mélancolie doublée d'une nostalgie terrifiante. Elle apprit à se contenter des Pokémon. Elle avait alors une quizaine d'années.

Elle voyait quelques potes, pas de petit ami, toujours sa mère avec qui ça allait un peu mieux, et puis surtout, elle avait trouvé un petit truc qui attisait sa curiosité, un soir, et qu'elle a regardé des heures durant sans se lasser. Elle ne savait pas trop ce que c'était, c'était un peu bizarre, tout petit et tout mou, et tout mignon aussi. Et ça dormait. En fait, elle l'avait trouvé comme ça, par terre. Sans raison particulière, en sortant des cours. En vérité, Mørland savait parfaitement ce que c'était, elle n'avait juste pas envie de se l'avouer. Elle savait qu'elle ne pouvait pas garder ce truc avec elle, parce que sa mère ne serait probablement pas d'accord. C'est pour ça qu'elle gardait le bidule dans sa chambre, et le regardait, les yeux plissés, l'air de dire je sais pas ce que c'est, je vais le garder pour l'étudier. En réalité, elle y voyait le reflet de ses bestioles virtuelles. Elle voulait en prendre soin, et le choyer.

Durant la même soirée, la mère de Mørland toussa jusqu'à cracher du sang, et fut transférée à l'hôpital. Il s'avéra qu'elle souffrait d'un mal répandu mais grave si non traité, et que son séjour durerait probablement un long moment, la maladie s'étant déjà développée depuis de nombreuses années. Légalement, l'adolescente n'avait aucun droit de rester seule dans son appartement, puisqu'elle n'était pas majeure, et donc, pas responsable. On lui posa un ultimatum. Pension, ou famille d'accueil.

Mørland sauta sur l'occasion : la pension, à condition d'en avoir le choix. Elle embarqua le petit truc, et partit pour une prestigieuse académie Pokémon, et débarqua au beau milieu du cursus, dans le but de débuter sa vocation dans la recherche sans entraves. Elle savait que ses études dans la petite école Pokémon devaient lui servir, elle savait que les Pokémon lui étaient agréables. Elle savait qu'elle n'avait aucun talent pour le combat, ni la coordination. Que la seule chose à laquelle elle était douée, c'était analyser des éléments donnés et faire des synthèses. Mørland se disait, peut-être que, finalement, la recherche, c'est bien pour moi.

Alors elle fonça, n'ayant strictement rien à perdre. Elle profita d'une subvention de l'état pour l'aider à payer ses études, assura ses retours occasionnels pour pouvoir passer voir sa mère régulièrement. Elle n'eut aucun regret, n'avait rien de très important à Sinnoh, et se dit que changer d'air, voler de ses propres ailes, pouvait seulement être bénéfique, et une superbe occasion de rendre sa vie un peu moins banale.


Derrière l'Ordinateur  •
Pseudo/Prénom : Juste Mørland pour l'instant
L'Âge : 17 ans !
Où avez vous connus le forum et comment le trouvez vous ? : Sur un top-site, il y a très longtemps. J'avais adoré sa simplicité. Je me suis dit que pour une fois, j'aimerais bien créer un personnage un peu banal, sans grands drames, même un peu pathétique, pour voir comment il peut se développer au fil du temps, donc voilà, j'suis là /o/
je compte finir ma fiche dans la journée, de toute façon j'ai déjà fait le plus barbant.
Code du Règlement : Validé par Light


© Halloween







Dernière édition par Morland F. Puissant le Dim 18 Oct - 15:32, édité 2 fois
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Mørland et son truc.  Dim 18 Oct - 15:04

Hey ^^ Le code du réglement n'est pas encore complet Wink Bienvenue parmi nous !
avatar
Morland F. Puissant
Messages : 89
Nombres de Rp : 67
Date d'inscription : 18/10/2015

Feuille de personnage
Vos Pokémon:
Vos Objets:
Argent: 12 400$
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Mørland et son truc.  Dim 18 Oct - 15:34

Voilà, fini, j'ai rajouté les codes au passage. (ça m'apprendra à avoir la manie de tout lire petit à petit).

Et merci Lightning o/ !
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Mørland et son truc.  Dim 18 Oct - 15:58

Allez je valide ! Pense a faire ta fiche et ton carnet pour RP Wink
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Mørland et son truc.  

Mørland et son truc.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Un truc pour la santé
» Comment on arrête ce truc ?! [PV : May]
» Truc pour l'alimentation
» Un truc sans rapport avec OGame
» Bowling (2) grand truc à gagner

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokémon Academy :: La Gestion des Personnages :: La Présentation :: Fiches Validées-