Pokémon Academy

Incarnez ici un étudiant, un professeur ou un habitant et créez votre équipe !
 

Partagez|

Quand la Souris n'est pas là, le Chat danse - PV. Diziel Ashenhurst

avatar
Matt Tyler
Messages : 99
Nombres de Rp : 54
Date d'inscription : 28/03/2016

Feuille de personnage
Vos Pokémon:
Vos Objets:
Argent: 15 680$
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Quand la Souris n'est pas là, le Chat danse - PV. Diziel Ashenhurst  Jeu 31 Mar - 1:47



Et encore une fois, une catastrophe se produisit. Eh oui. Slash, le petit démon s’était encore enfui, pour le plus grand malheur de son dresseur. Que cherchait-il cette fois-ci ? Rien en particulier, seulement à s’amuser. À l’heure qu’il est, le jeune Matt devait retourner ciel et terre pour retrouver son Pokémon, en regrettant amèrement d’avoir détourné le regard autre part que sur son compagnon pendant quelques temps. Il n’apprendra jamais de ses erreurs, on dirait.

Mine de rien, l’apprenti dresseur commençait déjà à se faire remarquer... mais pas en bien. Le Farfuret en avait conscience, bien entendu. Il n’aimait pas cet endroit. Il était rempli d’humains en tout genre. Il ne s’y sentait pas à l’aise. Et puis, toutes ces personnes n’étaient là que pour faire du mal à Matt. Même s’il ne le montre pas, il tient énormément à son dresseur, et le protégera de tous les maux de la Terre. Même s’il devait se sacrifier pour cela, c’est pour dire ! Sauf que notre bon petit héros ne se rendait pas compte d’une chose... c’est que actuellement, il ne l’aidait pas vraiment. Au contraire, il le lui faisait du mal. Il pourrissait sa réputation, et n’avait pas conscience que cela l’affectait.

Mais pour l’instant, il n’en avait que faire. Il ne voulait que s’amuser, et peut-être mettre à mal un potentiel futur ennemi de son dresseur. Il voulait que le monde le craigne. Si seulement c’était le cas, si seulement...

Il se déplaçait alors furtivement, passant adroitement dans le dos de plusieurs masses d’élèves, à la recherche d’une proie... facile. Oui. Il voulait trouver quelqu’un d’isolé, à qui il pourrait facilement subtiliser quelques biens. Des objets, de l’argent, de la nourriture. Tout ce qui pourrait lui passer à la main.

Farf... Farfuret ?

Il avait repéré quelqu’un. Son regard vif et perçant s’était dirigé vers un jeune garçon, assis à l’extérieur qui semblait écouter de la musique avec ce genre d’outils bizarres qu’utilisent les humains. Des casques, voilà. Il savait que Matt était un grand fan de ces objets, et en avait de toutes les sortes. Slash en était fier, car il s’imaginait que l’argent qu’il a volé depuis toutes ses années avait pu payer quelques-uns de sa collection. Enfin bref, là n’était pas le sujet. Il fallait que Slash s’y prenne correctement, pour pouvoir ramener un joli butin à son dresseur. Ou à son esclave, c’est comme vous le voyez. Mais bon, ne décourageons pas le petit Matt.

D’un pas furtif, la créature s’approcha doucement, pour arriver au niveau du sac de cet élève, qui était déposé à côté. C’était presque offert comme opportunité, et en plus il n’y avait personne aux alentours. Et c’est avec un immense plaisir que ses pattes s’infiltrèrent à l’intérieur du sac, à la recherche d’un quelconque objet intéressant, si possible de valeur. Tout semblait bien trop parfait, c’était vraiment trop beau pour être vrai.

Enfin... ça, il ne se le disait que jusqu’au moment où il se rendit compte qu’il venait d’être repéré. Pas par le garçon, non. Mais plutôt par la créature qui lui servait sans doute de Pokémon, un Evoli.

T’es dans la merde une fois de plus, mon petit Slash.
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Quand la Souris n'est pas là, le Chat danse - PV. Diziel Ashenhurst  Jeu 31 Mar - 19:12

Ce jour-là, Diziel flânait dans un coin isolée du parc de l’académie, profitant des derniers beaux jours d’automne, avant qu’il ne cède sa place à l’hiver. Non pas que le jeune homme n’aimait pas l’hiver, mais parce qu’il appréciait particulièrement les petites brises fraîches et le soleil doux, un temps propre aux saisons printanières et automnales.

En tous les cas, le blondinet s’installa tranquillement avec son casque, laissant son Evoli courir un peu partout. Il n’y avait rien de mal à ça, après tout, Lilou aimait particulièrement se dégourdir les jambes, et jouer en fin d’après-midi. Écoutant de la musique, Diziel pensait aux différents évènements qu’il avait vécus, ou plutôt subit, depuis son arrivé ici, à l’Académie Gakuen.

La situation était très étrange ici, et il fallait dire qu’il avait beaucoup de mal à s’habituer à son nouveau lieu de vie. Car si tout était effectivement étrangé pour lui, tout lui semblait aussi particulièrement hostile. Réel sentiment tout à fait normal ou conséquence directe de sa maladie ? Il était difficile de faire la distinction, vu qu’il avait vécu quasiment toute sa jeune vie comme ça.

Se perdant dans ses pensées mélancoliques, Lilou s’arrêta de jouer en revenant vers son Maître. Probablement dans le but de lui réclamer quelques bisous, papouilles, caresses, et autres marques d’affection. Mais malgré le fait que Lilou était très gentils avec les autres, elle avait aussi un sens aigu de la justice et de la protection. Et lorsqu’il vit se Farfuret étrangé fouiller dans les affaires de son Maître, il n’hésita pas une seule seconde. Montrant les dents, elle poussa un rugissement d’alerte avant de mordre vivement le Farfuret en usant de son don d’anticipation, pour être sûr que ce dernier ne s’échappe pas.

Levant la tête dans un élan de panique, Diziel tourna son regard vers la scène d’un air craintif. Crainte qui se mua relativement rapidement en une sorte de colère suspecte. C’était la première fois qu’un pokémon tentait de lui voler quelque chose, personnellement. Et Diziel était persuadé que ce n’était pas l’œuvre du hasard. Un pokémon sauvage dans une école de dresseur ? Impossible. Ce pokémon appartenait à quelqu’un. Un quelqu’un qui voulait du mal à Diziel.

Et le jeune garçon avait rapidement établi ce lien. Peut importe qui était le dresseur de ce farfuret, il lui voulait du mal. L’Adolescent aux yeux d’Améthyste se devait de faire attention, car c’était désormais vérifié : quelqu’un lui était hostile dans cette académie. Et il en avait la preuve sous les yeux.

Se levant, il reprit son sac sur son dos, Lilou maintenant fermement sa prise sur le Farfuret. Veillant à ce qu’aucun objet ne manque, il regarda ensuite attentivement le Pokémon. Se plaçant à son niveau avant de dire d’une voix relativement froide.

    « Qui est ton Maître ? Et pourquoi veut-il me voler ? »


Diziel était particulièrement énervé, et certains bourdonnements dans sa tête se faisaient entendre. Il était en train d’établir une liaison télépathique avec ce dernier. Tout du moins, c’est ce qu’il croyait.


Dernière édition par Diziel Ashenhurst le Ven 1 Avr - 17:58, édité 1 fois
avatar
Matt Tyler
Messages : 99
Nombres de Rp : 54
Date d'inscription : 28/03/2016

Feuille de personnage
Vos Pokémon:
Vos Objets:
Argent: 15 680$
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Quand la Souris n'est pas là, le Chat danse - PV. Diziel Ashenhurst  Ven 1 Avr - 10:34



Pour ne pas changer, le jeune Farfuret s’était encore attiré des ennuis, alors qu’il ne cherchait qu’à s’amuser. Oui, cela l’amusait de voler des biens à d’autre. C’était dans sa nature. Seulement, malgré toute sa plus grande volonté, il n’était pas souvent très discret. D’ailleurs, à quand devait bien remonter la dernière fois que le furet de glace a réussi l’un de ses coups ? Waah. À bien un moment, en effet. Il faut dire que les jeunes enfants de Frimapic étaient des victimes bien plus faciles que dans cette Académie que le jeune Pokémon méprisait tant. Déjà, il devait fréquenter quotidiennement des élèves humains, et supporter le fait que son maître s’en rapproche. Mais en plus, chaque tentative de vol est un échec. Quelle vie de merde, franchement.

Le Evoli que Slash a remarqué n’avait pas l’air très heureux à l’idée de le voir fouiller dans ce sac. Sans doute le Pokémon de ce dresseur un peu trop distrait. Il le savait, c’était vraiment trop beau pour être vrai. Sans perdre un instant, le félin sauta sur le Farfuret afin de le mordre.

- FAR FAR !

Un cri de douleur. Les dents du Pokémon s’était planté dans sa chair, et celui-ci n’avait pas l’air prêt à le laisser partir.

Et toute cette agitation avait alerté le dresseur à qui appartenait ce sac. Il allait encore prendre sa part. Où était Matt quand il a besoin de lui, sérieusement ? Cela lui apprendra à toujours partir en cachette, pour aller faire des bêtises de ce genre. Mais généralement, le jeune dresseur finit toujours par rappliquer, en essayant de sauver les meubles. Est-ce que cela allait être le cas ce coup-ci ? Il n’avait pas l’air d’être proche pour l’instant... oh oh. Les ennuis allaient commencer, encore une fois.

En tout cas, le dresseur inconnu n’était pas très heureux de voir le jeune Pokémon. Non, loin de là. Il pouvait lire de la colère sur son visage. Il reprit son sac, vérifiant que rien ne manque. Ah ça, non. À cause de ce sale matou, Slash n’avait rien pu prendre. Pas même une pièce. Triste est la vie d’un furet à la griffe acérée.

Seulement, lorsque l’inconnu posa sa question, les yeux du Farfuret s’arrondissaient. Son maître, lui voler ? Il faisait erreur. Et sa surprise pouvait se comprendre après tout... généralement, on s’en prenait à lui avant de s’en prendre à son dresseur. Et puis, comment imaginer qu’une personne comme Matt puis être à l’origine des plans machiavéliques de son Pokémon. Il serait capable de se faire attaquer par une mouche et de partir en courant, les larmes aux yeux. Alors planifier des plans de vol, et de vouloir du mal à un dresseur ? On en est encore bien loin.

- Far Far Farfuret, Farfu Far Farfuret !

Il regardait le dresseur dans les yeux, plein d’incompréhension. Il voulait comme lui dire que son dresseur n’avait rien à voir dans cette histoire, et qu’il n’était même pas au courant de ce qu’il était en train de faire. Enfin, Matt devait bien se douter que son Pokémon n’était pas parti à la piscine pour aller faire quelques brasses. Oh non, il savait sans doute que ses intentions étaient mauvaises, et qu’il avait intérêt à le retrouver au plus vite avant qu’un drame se produise. M’enfin là... il était peut-être un peu tard.

Il abaissa la tête. Il ne voulait pas impliquer son dresseur dans cette affaire, mais il semblerait qu’il l’ait encore fait. Et même que ce coup-ci, il était carrément accusé d’être derrière le coup foireux de son Pokémon. Peut-être vaudrait-il mieux qu’il n’arrive jamais en fait ? Impossible, il le retrouve toujours. Le Pokémon prit alors un regard désolé. Il ne cherchait qu’à s’amuser, après tout. Et il n’avait pas d’autre choix que de montrer patte blanche là, pour le coup. Bien qu’il détestait cette situation. Il regarda le Evoli qui le maintenait de ses crocs, puis le dresseur aux cheveux dorés, et rabaissa sa tête.

- Far Farfuret...

Il soupirait. Il n’aimait pas cette situation, mais que pouvait-il faire d’autre ? Pas grand-chose.

Dans un espoir vain, il essayait de se défaire de l’emprise du Evoli, seulement cela ne faisait que le faire souffrir davantage. Et maintenant, notre petit Slash grognait. Il n’avait plus qu’à espérer que la tension retombe, et que ses excuses soient acceptées. Rien n’était moins sûr après. Il soupirait, comme son maître après chacune des bêtises de son Pokémon. Sauf que là, il n’était pas là pour le faire.
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Quand la Souris n'est pas là, le Chat danse - PV. Diziel Ashenhurst  Sam 2 Avr - 19:39


La réaction du Farfuret ne laissa pas de marbre Diziel, éclaircissant les voix dans sa tête. Focalisant un peu plus son attention sur le pokémon, le blondinet n’ordonna toutefois pas que Lilou ne lâche sa prise. Et tant que son meilleur ami ne lui faisait pas comprendre qu’il n’y avait plus aucun danger, c’était peine perdu de voir l’évoli perdre son atout par pur gentillesse.

C’était ce genre de relation qu’entretenait Diziel avec son pokémon : basé sur une confiance, une loyauté, et une amitié sans aucune limite. Observant toujours le pokémon étranger, ce dernier tenta de s’expliquer. Il essayait apparemment de faire comprendre qu’il était désolé de l’acte répréhensible qu’il avait commis. Son air surpris lorsqu’on avait accusé son dresseur aurait pu faire comprendre à l’adolescent, en temps normal. Sauf qu’ici, le blond aux yeux d’améthyste était persuadé du contraire. Et il était très difficile de lui faire changer d’avis là-dessus.

Les voix se stabilisant, Diziel récupéra un discours bien différent. Le pokémon était surpris de voir la perspicacité du jeune homme, ce qui expliquait ses yeux globuleux lorsqu’on avait accusé son dresseur. Ensuite, il s’excusa naturellement d’avoir obéi aux ordres, n’ayant pas vraiment le choix. L’adolescent pouvait percevoir le désespoir dans les yeux du Farfuret, ce qui le mettait encore plus en colère contre le criminel présumé, mais à ses yeux, coupables et devant être condamné.

    « Je comprends. Je te pardonne à toi… »


Mais encore ? C’était bien ça le piège. Bien que l’espoir ait pu germer dans les yeux du Farfuret à ces mots, la suite allait rapidement le faire déchanter.

    « Les Dresseurs comme le tien m’enrage ! Ce sont vraiment des salopards de première catégorie utilisant les pokémon comme de vulgaires objets ! » Dit-il, visiblement en colère. « Je vais te libérer, mais en échange, tu vas me mener à ton dresseur directement, sinon je te signale à la direction et vous aurez tous les deux de gros ennuis ! De toute manière, Lilou te suivra quoi qu’il en coûte, et moi aussi si tu tentes de t’échapper ! »


Faisant signe à son Evoli de relâcher prise, le jeune blond laissa le Farfuret reprendre son souffle, avant de le suivre jusqu’à son maître. Peut-importe qui il était, il allait passer un mauvais quart d’heure.

Sorry:
 
avatar
Matt Tyler
Messages : 99
Nombres de Rp : 54
Date d'inscription : 28/03/2016

Feuille de personnage
Vos Pokémon:
Vos Objets:
Argent: 15 680$
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Quand la Souris n'est pas là, le Chat danse - PV. Diziel Ashenhurst  Sam 2 Avr - 21:03



La tension était palpable. C’était rare que l’on mette directement la faute sur Matt, en pensant qu’il soit lui-même à l’origine des vols. D’habitude, on se plaignait de lui plus pour sa négligence, puisqu’il n’était pas capable de gérer son Pokémon. Oh à ça, il y était habitué oui, à se le prendre dans la gueule. Mais rapidement, le petit Slash comprit que ce n’était pas une bonne idée qu’il avait eu. Choisir cet adolescent était une erreur. Il pouvait devenir dangereux pour son dresseur, maintenant. Et tout ça, par sa faute. Il commençait déjà à regretter son acte : il n’aurait jamais du désobéir une fois de plus à son maître. Même si, inconsciemment, il savait très bien qu’il le finira par le refaire un jour ou l’autre. C’était dans sa nature, après tout.

L’élève aux cheveux dorés reprit alors une nouvelle fois la parole. Il le lui pardonna sa mauvaise conduite. Ainsi donc, il l’avait compris. Il fut soulagé un bref instant, avant de se demander ce qu’entendait l’inconnu par le “à toi” qu’il avait rajouté. Et pour ça, il eut bien vite sa réponse...

Le dresseur du Evoli reprit donc, en colère. Et c’est là qu’il réalisa que non, il n’avait pas été comprit... il semblait persuadé que son dresseur était derrière ses mauvais agissements. Et il n’en démordait pas. Ainsi, il lui posa une condition à sa libération : il sera libre s’il les mène à son dresseur, à Matt. Et s’il ne le faisait pas, il irait les dénoncer à la direction. Voilà un soucis bien épineux... il n’avait pas vraiment d’autre choix que d’emmener ces deux énergumènes à son dresseur. Mais le connaissant, il va en prendre plein la gueule et ne saura même pas se défendre.

- Far Far... Farfuret ! Far Far !

Il profita alors du fait que l’Evoli ne le mordait plus pour tenter de mieux s’exprimer, à l’aide de ses deux pattes. Il essayait de mimer à l’aide de ses deux pattes ce qu’il voulait leur dire, mais ce n’était pas simple. Ils ne voulaient pas comprendre que son dresseur n’avait rien avoir dans cette histoire, et qu’il en était l’unique responsable. Ils ne voulaient rien entendre, pas même le félin évolutif. Il soupira alors, et fit une mine désespéré. Il se retourna, comme pour essayer de retrouver Matt.

Il allait obéir, pour une fois. Et même pas à son dresseur, à un autre.

---



Cela faisait maintenant une vingtaine de minutes que Slash avait disparu, et que je le cherchais sans relâche. Je connaissais très bien mon Pokémon : s’il avait disparu, ce n’était pas pour aller prendre l’air, ou encore pour boire un café. Nan nan. Il était parti pour faire des bêtises dans mon dos. J’aurais tendance à dire qu’il était parti voler quelque chose, pour me le ramener, dans l’espoir que cela me fasse plaisir. D’ailleurs, ce qu’il ne savait pas, c’est que je m’arrangeais toujours pour retrouver le propriétaire des objets volés. Je m’en prenais plein la gueule, mais au moins l’erreur était réparé.

Enfin bon, pour ça il faudrait qu’il réussisse ses coups, ce qui n’était pas facile. Tant mieux dans un sens, même si cela m’apportait des problèmes parfois plus délicats. Je ne savais pas vraiment à quoi m’attendre ce jour-là... mais une chose était sûre : j’étais bien loin d’imaginer ce qui m’attendait. Après des minutes, et des minutes de recherche, il semblerait que quelqu’un ait aperçu mon Pokémon. Une piste que j’allais m’empresser d’exploiter. Je partis alors en direction du parc, remerciant rapidement la personne qui m’avait aidé.

Après quelques autres minutes de course effrénée, je me rendis au parc. J’observais les lieux rapidement, avant de le voir. Il semblait être accompagné d’un homme et d’un Pokémon, un Evoli il me semble bien. Sans chercher à comprendre, je m’avançais rapidement vers eux, puis je vis la tête que tirait mon Pokémon. Qu’est-ce que... ? Je ne l’avais jamais vu avec cette expression. Il lui était arrivé quelque chose de grave ? Je ne perdis pas un instant, et courait vers lui.

- Slash !

Arrivé à son niveau, ma priorité fut de voir s’il allait bien. Il ne disait rien, il ne fit rien. Mais, que diable avait-il ? Je posais mes deux mains sur ses épaules, essayant de chercher son regard du mien. Il le fuyait.

- Eh Slash, qu’est-ce qui t’arrive ? Tu vas bien... ?

J’étais très inquiet. Puis, je me souvenais qu’il n’était pas seul. Que nous n’étions pas seuls. Je relevai la tête, puis je regardais l’adolescent avec qui il était. Il devait à peu près avoir mon âge, et possédait des cheveux blonds, et des yeux violets. Seulement... il ne m’avait pas l’air très commode.

- Excuse-moi, il s’est passé quelque chose avec mon Pokémon ? Il n’est pas dans son état normal... il t’a causé du tort ?

Il a du faire quelque chose, oui. Seulement, j’ignorais quelle avait été la réponse qu’il avait reçu. Même quand il se faisait choper, il n’était jamais dans cet état. Jamais. Il était trop fier pour ça. Alors, quoi ? Que s’était-il vraiment passé ?

- Je suis désolé si c’est le cas.

J’étais inquiet pour Slash, mais j’étais également inquiet vis-à-vis de la réaction de l’adolescent.
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Quand la Souris n'est pas là, le Chat danse - PV. Diziel Ashenhurst  Sam 2 Avr - 23:08


Réexpliquant la même histoire, Diziel observait le Farfuret tout en s’efforçant de maintenir son air sévère. Oui ! Il se devait d’être ferme cette fois ! Sinon, cela signerait le début de son enfer ici. Parce que si un élève réussissait à lui faire du mal sans qu’il ne réagisse, cela inciterait probablement les autres à faire de même. De cette façon, il fallait montrer les crocs, afin de montrer que, lui aussi, il savait mordre.

Lilou, quant à lui, comprenait l’histoire du Farfuret. Toutefois, son sens aigu de la justice impliquait pour lui qu’il fallait punir le farfuret d’une telle blague. Afin qu’il ne recommence pas, et qu’il soit plus gentil avec les autres à l’avenir. Oui, le pokémon était certes un peu idéaliste, mais il avait vu son Maître souffrir d’injustices multiples. C’était pourquoi il était devenu très sensible à cette thématique.

Attendant donc que le Farfuret trouve son Maître, Diziel vit ensuite arriver en courrant un garçon qui devait avoir environ son âge. Appelant le Farfuret “Slash”, l’adolescent le dévisagea pendant un instant, dans une expression vague et relativement froide. Effectivement, Diziel restait sur ses gardes. Après tout, il croyait avoir en face de lui un dresseur suffisamment lâche pour utiliser ses pokémons pour accomplir ses méfaits.

Toutefois, la mine inquiète brillait comme un visage plein de mépris qu’il envoyait à son pokémon. Le blond aux yeux d’améthyste n’oublia pas de noter l’air apeuré du Farfuret, qui n’osait même pas croiser le regard de son dresseur, tant il avait peur de la punition qu’il allait recevoir pour avoir échouer. Se retournant vers lui, l’on pouvait voir sur le faciès de Diziel différentes émotions. La première étant la méfiance, la seconde la colère, et la troisième la crainte.

Diziel observait attentivement le comportement de l’autre adolescent. Veillant à mettre une distance de sécurité suffisante pour ne pas entrer en contact avec lui, il devait avouer qu’il jouait merveilleusement bien la comédie pour un sale pervers violent et narcissique. C’était effectivement crédible, mais la méfiance et la paranoïa naturelle du blondinet ne lui faisaient voir actuellement que le mauvais côté des choses. Et tout ce qui ressortait du jeune homme qu’il avait en face de lui sonnait faux à ses yeux.

D’autant plus que les questions que posait le garçon aux cheveux corbeau, en s’appliquant bien d’y mettre un ton innocent, agaçaient encore plus Diziel, qui finit par lui répondre. Enfin, après de longues secondes de silence, et d’un regard accusateur.

    « Comme si tu ne le savais pas ! Et arrêt de faire ton innocent, car des pervers manipulateurs comme toi, j’en ai maté des tas hein ?! »


Ce qui était complètement faux, mais crédible grâce au ton colérique qu’empruntais le blondinet. Toutefois, son réquisitoire n’était pas terminé. Loin de là.

    « Ouais ! Ouais ! Désolé, c’est ça ! T’es surtout désolé que ton pokémon n’est pas réussi à me voler malgré ton ordre ! Non mais quel lâche es-tu pour ordonner à ton pokémon d’accomplir tes vices ?! Tu as vu dans quel état tu le met à cause de tes conneries ?! »


Le visage devenant pourpre de colère, l’adolescent continua sur un ton toujours aussi hostile.

    « T’as pas intérêt à le frapper ou à le punir parce qu’il a échoué hein ?! Et qu’est-ce que tu me veux d’abord ?! Pourquoi tu t’en prends à moi ?! Je ne t'ai rien fait, espèce de connard ! Alors vas-y, explique-toi ! »


Situation délicate lorsqu’on avait à faire à un Schizophrène paranoïaque.
avatar
Matt Tyler
Messages : 99
Nombres de Rp : 54
Date d'inscription : 28/03/2016

Feuille de personnage
Vos Pokémon:
Vos Objets:
Argent: 15 680$
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Quand la Souris n'est pas là, le Chat danse - PV. Diziel Ashenhurst  Dim 3 Avr - 11:48

Le regard que posait sur moi l’adolescent n’était clairement pas rassurant, et accentuait cette inquiétude qui grandissait au fur et à mesure que les secondes passaient. J’ignorais tout bonnement ce qu’il s’était réellement passé, et cela n’avait pas l’air d’être juste un vol raté. La mine de Slash en disait long, je ne l’avais jamais vu dans cet état après tout. Et même si j’aurais pu être en colère contre lui pour m’avoir encore désobéi, le voir dans cet état m’avait tout de suite fait passer à autre chose. Il n’y a pas à dire, le voir aussi triste m’affectait. Pourquoi ?

La réponse ne tarda pas à tomber, lorsque l’adolescent aux cheveux d’or prit enfin la parole. Je le regardais... surpris. Un pervers manipulateur... ? De quoi ? C’est comme ça qu’il me voyait ? Euh. J’avoue ne pas avoir tout compris ce qu’il se passait dans sa tête. Et il continua donc, toujours aussi en colère. Il pensait que j’étais désolé que mon Pokémon n’ait pas réussi son coup ; que c’est moi qui lui avait ordonné d’agir ainsi. Haha, c’était la meilleure celle-là par contre ! D’ailleurs, dans le fond, j’étais un peu rassuré d’apprendre que Slash n’avait rien pu voler... cela lui faisait une bonne leçon. Même si du coup, j’avais d’autres problèmes un peu plus gênants. Je commençais à comprendre la réaction de mon Pokémon.

Il m’accusa même d’être à l’origine de l’état de mon Pokémon. Il pensait réellement que j’étais une ordure à ce point, pour ordonner quelque chose d’aussi ignoble à mon ami ? Et puis, le frapper ou le punir ? Sérieusement ? Wowow. C’est que ça commence à partir loin cette histoire, il en venait même à m’insulter lorsqu’il me demanda ce que je lui voulais... il lui manque une case à celui-là, c’est incroyable. C’est quoi son problème ?

- Jamais je n’ai ordonné à mon Pokémon d’agir comme il l’a fait. Je suis réellement désolé d’apprendre qu’il ait tenté de te voler, et je suis rassuré qu’il n’ait pas réussi. Il arrive parfois que Slash disparaisse dans un moment d’inattention, pour causer quelques soucis comme ça...

Après tout, c’était dans sa nature. C’était un Farfuret. Le vol, ça le connaît. Et ça, même notre amitié n’avait su le changer. Il a toujours été ainsi, depuis le premier jour où mon père l’a capturé.

- Slash est mon ami. Il n’existe personne de plus cher à mes yeux que lui. Alors non, je ne l’utiliserai jamais ainsi, et je n’irais jamais lui faire du mal comme tu le prétends... ma seule erreur a été de le laisser s’échapper, et pour ça je m’en excuse. Ce n’est pas la première fois que cela arrive, mais je ne lui en veux jamais.

Je regardais mon Pokémon, un sourire aux lèvres.

- Tu n’es pas d’accord, Slash ? Ne sois pas triste, on va régler ce malentendu.

Un petit sourire s’affichait sur le coin de sa bouche, puis il s’approcha. Il se serra contre moi, comme un câlin. Je passais ma main sur le haut de son crâne, étant un peu rassuré que mon Pokémon se sente un peu mieux.

Néanmoins, il y avait toujours ce garçon qui posait problème. Je ne voulais pas spécialement qu’il continue de penser que je n’étais qu’un connard -comme qu’il disait si bien- qui exploitait mon Pokémon pour faire le mal. Jamais je n’aurais cru que l’on pense réellement ça de moi. J’étais bien trop naïf et faible pour être aussi méchant. Je dirais même que si tous les méchants de ce monde étaient comme moi, nous vivrions dans un monde beau. Ce serait trop demandé.

- Je ne te veux aucun mal, et je n’ai jamais ordonné à mon Farfuret quoique ce soit qui te porterais atteinte. Je te prie de nous excuser pour ce malentendu, je ferai en sorte que cela ne se reproduise plus.

Je regardais mon Pokémon. Je n’étais pas le seul à devoir m’excuser, après tout.

- Far Farfuret !

Ah oui. S’il s’excuse, c’est quand même qu’il l’a vraiment mal vécu comme histoire. Je continuais à lui caresser le dessus de son crâne.

- Tu acceptes de nous pardonner... ?

Un sourire léger, bien que je redoutais sa réponse.

Ah, et en fait...:
 
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Quand la Souris n'est pas là, le Chat danse - PV. Diziel Ashenhurst  Lun 4 Avr - 21:27


Des moments d’inattention ? C’était une excuse valable, mais pas pour Diziel, qui maintenait un fort taux de suspicions envers le brun. Il était très difficile de faire changer d’avis le blondinet, qui était du genre tenace lorsqu’il pensait que quelqu’un lui voulait du mal. Et pour lui, ce dresseur pourtant innocent représentait une des plus grandes menaces qu’il avait pu rencontrer depuis son court séjour à l’académie.

Mettre ça sur la nature de son farfuret ? L’adolescent aux cheveux d’or fixa avec un regard mauvais le Dresseur, qui en plus d’être lâche au point de laisser son pokémon effectuer ses sombres plans, se plaçait ensuite en victime du caractère de son compagnon. Cela n’avait aucun sens aux yeux de notre Héros. Après tout, quel genre de personne se disant dresseur ne contrôlait pas son pokémon ? Et bien la réponse coulait de source pour lui : aucun. Il mentait, et c’était évident.

Toutefois, le doute envahissait Diziel lorsque le Farfuret câlina la jambe de son dresseur. Le faisait-il par obligation ? Par contrainte ? Ou bien était-ce ici un acte totalement volontaire ? Pendant un instant, l’adolescent observa la situation, d’un air extrêmement suspicieux. Il était persuadé que l’adolescent qu’il avait en face de lui était coupable. Et le pire dans tout ça ? C’était que son esprit allait lui-même créer la pièce maîtresse de son accusation.

Alors qu’il doutait et écoutait la demande d’excuse, Diziel entendit des murmures venant de l’extérieur. Fronçant les sourcils, son regard se perdit un peu plus loin, dans la direction de là où venait ce bruit mystérieux. Se concentrant un peu plus sur le sujet, il entendit ensuite des voix diverses d’adolescents qui médisaient sur lui. En vérité, il n’entendait pas réellement la signification des paroles, mais il arriva à entendre quelques insultes, le traitant de “Fou”, “Naïf”, “Imbécile de croire à cette histoire”, “Être bizarre” et même “de Monstre”.

    « Ah ouais ?! Et tes amis derrière là ?! Tu crois que je ne les entends pas ?! »


Diziel hurlait de toutes ses forces, et les voix se turent, lui donnant raison sur la situation, et le persuadant qu’il avait juste. Son Evoli le regardait d’un air étrange, avant de lui caresser gentillement la jambe. Mais rien à faire, il était déjà trop tard. Toutefois, le garçon aux cheveux d’or fut extrêmement blessé par les propos qu’il avait entendus, persuadé qu’ils étaient bien réels. Des larmes commencèrent à couler de ses joues.

    « Et dire que j’allais te croire ! Je ne t'ai rien fait ! T’es vraiment qu’un bâtard de dresseur dégueulasse qui ne mérite pas de vivre ! »


Il récupéra une pierre par terre, et la jeta avec violence vers les arbres derrière le dresseur.

    « Et arrêtez de m’insulter ! »


Hurlant de désespoir, il s’empressa de courir dans la direction inverse en direction de la forêt, suivis de près par son Evoli, en hurlant à son nouveau pire ennemi.

    « Je te déteste ! »
avatar
Matt Tyler
Messages : 99
Nombres de Rp : 54
Date d'inscription : 28/03/2016

Feuille de personnage
Vos Pokémon:
Vos Objets:
Argent: 15 680$
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Quand la Souris n'est pas là, le Chat danse - PV. Diziel Ashenhurst  Mer 6 Avr - 4:43

Je n’espérais qu’une chose : qu’il accepte nos excuses. Ainsi qu’il revienne sur ses accusations. Il était clair qu’il y avait un malentendu, et que l’adolescent aux cheveux d’or se trompait sur toute la ligne. Bien qu’au fond de lui, il sentait que cela n’allait pas être aussi simple. Il en était même persuadé. Il ne semblait pas vraiment convaincu, ou plutôt craintif à leur encontre. Ce qui pouvait se comprendre après tout avec cette histoire. Ce n’était que ma parole contre la sienne. En même temps, quelle preuve pouvais-je lui fournir ? Il n’y en avait pas vraiment. Un témoignage d’autres victimes de Slash ne m’apporterait pas que du bien, je pense. Cela ne ferait qu’empirer la chose.

Et seulement après, quelque chose d’étrange se produisait. Il semblait regarder... derrière moi. Je jetais un coup d’oeil discret, pour voir ce qui pouvait bien l’intéresser à ce point. Et cela resta une énigme. Des arbres, voilà tout ce qu’il y avait derrière moi. Sauf que lui... il semblait percevoir autre chose. Des amis, derrière moi ? Par réflexe, je jetai un nouveau coup d’oeil derrière moi. Rien, toujours rien.

- Des amis ? Bah, y a rien der... hé !

Il pleurait. Mais que s’était-il passé ici ? Une nouvelle fois, il reprit son lot d’insultes et de commentaires blessants. Pour lui, j’étais une personne qui ne méritait même pas de vivre. Pour... rien ? Il y avait quelque chose d’étrange... il jeta ensuite une pierre derrière moi, en direction de ces arbres, en leur demandant d’arrêter de les insulter. Qui, les arbres ?

- Euh… tu...

Trop tard, il partait déjà en courant, cherchant à me fuir. Il hurlait, il pleurait. La dernière chose que j’entendis de sa part fut les mots suivants : "Je te déteste.". Une déclaration qui ne me laissait pas de marbre, et qui me laissait avec un sentiment amère. Une boule dans le ventre. Même si je n’ai jamais été très apprécié dans mon enfance, c’était sans doute la première fois que quelqu’un me déclara aussi franchement ce qu’il ressentait à mon égard, à savoir de la haine pure et dure. Il était inutile de le suivre, pour tenter de s’expliquer. Chaque mot que j’avais dit n’avait fait qu’empirer la situation, alors que mes intentions n’étaient en rien mauvaises.

Quel étrange garçon. Je n’avais absolument rien compris à son délire... qu’est-ce qu’il me reprochait au juste ? On aurait dit qu’il pensait que je me payais de sa tête, avec des amis qui étaient cachés. Une dernière fois, je me retournais vers les fameux arbres, les explorant longuement. J’y réfléchissais... je cherchais une explication logique à ce qu’il s’était passé. Et pourtant, la réponse était tout juste sous mes yeux ! Mais oui, ça se tenait. Les amis imaginaires, la peur et la crainte du garçon... c’était évident. Je savais de quoi il était victime.

- Slash... je crois que j’ai compris le problème de cet élève.

Il me regardait, intrigué.

- Cet endroit est hanté, et des esprits lui ont fait un sale tour. Brr... viens, on se casse d’ici, ça me fait froid dans le dos.

La seule chose que je n’ai pas comprise, c’est pourquoi mon Farfuret s’est facepalm après mon explication.
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Quand la Souris n'est pas là, le Chat danse - PV. Diziel Ashenhurst  

Quand la Souris n'est pas là, le Chat danse - PV. Diziel Ashenhurst

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Tu sais la vie elle est belle, quand tu souris - Kathuycia I. Miller [Finit]
» Quand tu souris on croirait que tu fais un AVC. [UC]
» Quand le chat n'est pas là, les souris dansent ! [Ming Yue]
» Quand le chat n'est pas là, les souris dansent... OU PAS !! [Pv Bulle et Flamme]
» quand le chat est là, les faucheuses dansent (pv Felyn)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokémon Academy :: LES ALENTOURS DE L'ÉCOLE :: Le Parc-