Pokémon Academy

Incarnez ici un étudiant, un professeur ou un habitant et créez votre équipe !
 

Partagez|

Cette ruelle sera mon tombeau, sauf si... - PV. Léo Weber

avatar
Matt Tyler
Messages : 99
Nombres de Rp : 54
Date d'inscription : 28/03/2016

Feuille de personnage
Vos Pokémon:
Vos Objets:
Argent: 15 680$
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Cette ruelle sera mon tombeau, sauf si... - PV. Léo Weber  Mer 15 Juin - 0:18

Spoiler:
 

C’était impensable. L’improbable s’était produit, alors que des images commençaient lentement à me revenir à l’esprit. Lorsque je me suis réveillé ce matin, dans ce lit inconnu, dans cet hôtel... je ne savais pas réellement ce qu’il m’était arrivé. Mon esprit était complètement embrumé, et ma tête me faisait souffrir le martyr. Par moment, mon corps était pris de convulsions légères. On aurait dit que j’ai ingéré quelque chose... d’absolument déconseillé. Et encore, si ce n’était que ça, ça irait.

- Fuir... je dois... fuir...

Je fuyais. Où ça ? Je n’en savais trop rien. Je ne savais plus quoi penser. J’essayais de courir, mais mon corps ne tenait presque pas debout. Je me sentais mal, souffrant. Je devais me maintenir au mur, tellement que mon corps pouvait me lâcher à tout instant. Ces substances que j’ai consommé, et le fruit de cette nuit à l’hôtel n’avait eu absolument aucun effet bénéfique. Loin de là. Péniblement, je traversais la ville. Je ne savais pas où j’allais, mais je continuais d’avancer pour m’éloigner le plus possible de l’endroit où le mal s’est produit. C’était la seule chose à laquelle je pensais.

Quel mal ? Eh bien. Il y a que toute trace de mon innocence s’est évaporée cette nuit. Cet homme... Rain. Il était derrière tout ça. Son Abra m’a piégé, et m’a drogué pour m’attirer dans ses griffes... ou plutôt, dans son lit. C’est horrible quand j’y repense... au fil des minutes, de nouvelles images de cette nuit me revenaient, me faisant rappeler tout ce qu’il m’a fait subir en profitant de l’état dans lequel j’étais, ce qui expliquait bien pourquoi je me suis réveillé dans cette chambre, complètement dénudé. Quel... enfoiré. En y repensant dans ma course pour fuir, de chaudes larmes coulaient, rendant ma vision de plus en plus floue. J’étais dans un état... lamentable. Les passants me regardaient étrangement, mais je n’en avais que faire. Ils ne savaient rien. Ils ne savaient pas ce qu’il m’est arrivé…

Le tout me rendait fou. Lorsque j’ai aperçu ce mot sur la table de chevet de la chambre, de la part de ce très cher psychologue, ma mémoire avait commencé à se raviver. Ce mot me disait clairement que je pouvais revenir auprès de lui quand je le voulais, si j’avais besoin d’une punition... quel être ignoble. De plus, il avait même pris la peine de signer, au cas où j’aurais oublié à qui j’ai eu à faire. Il n’avait pas peur que je le dénonce... et, il n’avait peut-être pas tort. Je ne peux pas faire ça... jamais je n’assumerai ça... et puis, je n’ai aucune preuve. Tout ce qu’il a laissé, c’est ce mot et cette chemise... que faire avec ça ? Rien. Rien du tout.

Je m'essoufflais, en dépensant ce peu d’énergie qu’il me restait. Je n’avais qu’une envie : me cacher, là où personne ne pourrait me retrouver. M’isoler, ne plus avoir de lien ni de compte à rendre à personne. Puis mourir, seul. Je ne voyais aucune autre alternative... et je n’étais pas en situation de chercher plus loin que ça.

- À l’aide... fuir...

Je perdais la raison. Mon cœur dans ma poitrine se serrait violemment sous cette douleur. J’étais complètement démuni face à cette situation. Tout s’était passé si vite... jamais je n’aurais cru ça possible. Et pourtant, si : j’ai été violé par ce psychologue dégénéré.

Lorsque je parvins à mettre des mots sur ce qu’il m’est arrivé, mes dernières ressources m’abandonnèrent, et mes jambes lâchèrent. J’étais au sol, les larmes continuaient de couler. Avec difficulté, j’essayais de me relever, de sorte à m’adosser au mur de cette ruelle, plongeant ma tête dans mes bras, et en continuant de pleurer. Mon corps tremblait de plus en plus. J’étais dans l’incapacité de réfléchir correctement. Sans doute que les effets de toutes ces substances ne s’étaient pas encore complètement dissipés... en plus de ce violent traumatisme que je venais de subir.

- P... pourquoi... ?

J’étais complètement désemparé. Et j’espérais que personne ne vienne me trouver ici. Je voulais juste... disparaître pour toujours.


Dernière édition par Matt Tyler le Mer 22 Juin - 23:54, édité 1 fois
avatar
Léo Weber
Messages : 178
Nombres de Rp : 128
Date d'inscription : 05/10/2015

Feuille de personnage
Vos Pokémon:
Vos Objets:
Argent: 17 300 P$
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Cette ruelle sera mon tombeau, sauf si... - PV. Léo Weber  Mer 15 Juin - 21:25


* Wah ils ont l’air trop boooon ! *

Centre commercial d’Edenia, samedi matin. Léo était dans le rayon biscuits, encore à faire briller ses yeux plein de gourmandise. Puis il descendit les yeux pour constater le prix.

* Roh mais pourquoi c’est aussi cher… Et là à côté c’est de la sous-marque, ça a l’air moins bon… *

Il soupira. Bon il allait se contenter de cette sous-marque. Les bonnes résolutions pour être économe. Et encore, malgré tout, la quantité n’était qu’à la limite du raisonnable. C’était mieux si quelqu’un d’autre les faisait pour lui, on était plus sûr que ça n’aille pas trop loin. Mais il n’y avait personne pour lui faire le travail à la place ici. Mais la mauvaise voix dans sa tête préférait ça. Bon après, il faut aussi dire qu’il avait des Pokémon à nourrir maintenant. Il se disait qu’il pouvait se permettre d’en acheter plus du coup, vu qu’ils sont plus à en manger. Ça coûte cher en fait ces bestioles.

Une fois le tout payé, il ressortit sa planche pour rentrer à l’Académie, en passant par les ruelles. Ça allait plus vite et il n’y risquait pas grand-chose en journée. Et puis, il allait assez vite pour minimiser les risques de se faire aborder. Depuis ce jour à l’usine, il prenait plus de temps à évaluer les risques potentiels lorsqu’il s’aventurait quelque part.
Roulant dans ces recoins vides de la ville, il s’entraînait à faire quelques figures classiques de skateboard tant qu’il y était. Il était à deux doigts de se vautrer de temps en temps, mais il avait globalement un bon équilibre pour au moins éviter de se ramasser s’il ratait ce qu’il voulait faire. Il passa devant quelqu’un qui était contre un mur, recroquevillé sur lui-même, et prit 1-2 secondes avant de réagir, entendant également des pleurs. Léo s’arrêta brusquement et se tourna. Il l’observa un instant puis s’avança à faible vitesse vers lui, finissant par remarquer qu’il tremblait. Oulah ça allait vraiment mal. Il avait un sentiment de déjà vu, cela lui faisait penser à cette fois où il avait rencontré Mayumi, quand elle venait d’arriver à l’Académie. Elle était… agoraphobe c’est ça ? En gros, elle avait peur quand il y avait des gens quoi. En vrai c’était un peu plus tordu que ça, mais passons les détails. Elle était quand même dans un état qui semblait moins catastrophique que celui qui se présentait maintenant devant lui.

Il descendit de sa planche et retira son casque, puis il s’adossa contre le mur à côté du malheureux, avant de s’asseoir pour se mettre à son niveau. Tous ces gestes étaient faits avec calme et tranquillité. Léo devait se monter détendu s’il voulait le calmer. Il avait envie de poser une main sur son épaule pour montrer plus de proximité, mais il préféra se retenir pour l’instant, ne nous montrons pas trop tactile tant que nous n’en savons pas plus sur son état. Il lui adressa la parole d’une voix posée, la plus rassurante qu’il pouvait.

« Qu’est-ce qui ne va pas ? »

_________________

color=#0033FF
avatar
Matt Tyler
Messages : 99
Nombres de Rp : 54
Date d'inscription : 28/03/2016

Feuille de personnage
Vos Pokémon:
Vos Objets:
Argent: 15 680$
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Cette ruelle sera mon tombeau, sauf si... - PV. Léo Weber  Lun 20 Juin - 18:45

Les larmes coulaient à flot, trempant mes manches sur lesquelles je m’étais reposé. La tête dans les bras, assis contre le mur de cette ruelle, je restais là, à ne rien faire d’autre que me lamenter sans cesse. Ma vie avait pris un tout nouveau tournant, lorsque cette soirée s’est passée. Je n’étais plus le même. Je me sentais... sale. Oui, c’était le mot. Mon innocence s’est entièrement évaporée, lorsque tout ceci s’est passé. Et je n’en étais pas fier, loin de là. Je n’osais même plus me montrer en public, tellement que j’avais honte de ce que j’étais devenu. Et puis, je ne voulais pas affronter le regard des autres. Qui sait ? Eux aussi pourrait se mettre à vouloir me droguer, et me réduire à l’état de pantin que l’on articule dans le sens que l’on veut, tout ça pour abuser de moi.

On ne sait jamais. Ce monde n’était sans doute composé que de fous. C’en était effrayant. Je n’étais pas à ma place, ici. Tout comme je n’ai jamais eu ma place chez moi, à Frimapic. Seulement, je commençais à me demander si ma place se trouvait quelque part, sur cette terre. C’était une bonne question, en effet... il semblerait bien que je n’ai pas ma place, et ce nul part. Quelles options s’offraient à moi alors ? Survivre dans la souffrance, disparaître... ? J’étais faible, et je l’ai toujours été. Je n’avais qu’une envie, c’était de me libérer de ce fardeau. Et pour ça, il n’y avait pas trente-six solutions, après tout. Il me fallait peut-être en finir.

« Qu’est-ce qui ne va pas ? »

Une voix. Une voix me sortit de mes pensées. Seulement, elle avait eu un autre effet... d’instinct, je n’ai plus fait aucun bruit, ni respirer. Une certaine peur commençait à m’envahir, alors que je n’avais même pas vu qui était cette personne qui était venue jusqu’à moi. M’avait-on retrouvé ? Me voulait-on encore du mal ? C’était probable. Du moins, c’est ce que je m’imaginais. Cette peur grandissante fit de nouveau trembler mon corps, alors que je relevais doucement la tête, afin de voir celle de cet inconnu.

J’ouvris les yeux difficilement. Ma vision était toujours floue à cause de tout ça, en plus de mes pleurs. Je pouvais voir qu’il s’agissait... d’un enfant ? Il semblerait. Seulement, je n’en étais plus tout à fait sûr, lorsque mon inconscient me joua un sale coup. Oui, inconsciemment, je revoyais par moment certains traits de ce violeur dégénéré, et d’une façon ou d’une autre je l’avais associé à lui. Qui était-ce ? Un complice ? Un membre de sa famille ? Lui-même, sous une autre forme ? Après tout, il avait bien montré qu’il avait plusieurs visages.

Une certaine terreur s’affichait sur mon visage, tandis que je m’éloignais, apeuré. Je tremblais, je me mordais la lèvre au point de ressentir ce goût écœurant qu’est celui du sang. On m’avait déjà retrouvé... ?

- Non, ne... ne... s’il te plaît... ne m’approche pas...

Les mains en arrière, je me reculais doucement, sans geste brusque. Je ne voulais pas l’énerver, mais je voulais m’échapper. Il le fallait.

- Ne me fais... pas de mal... pas... pas encore ! J’ai compris la leçon... !

De l’aide. Il me fallait de l’aide. Mais qui pouvait venir m’aider dans cette ruelle ? Personne. D’autant plus que c’était une impasse. La seule issue se trouvait derrière ce prétendu agresseur. Même si ce n’était qu’un enfant, dans cet état, je n’étais sûr de rien. N’importe qui pouvait être mon ennemi, après tout. Et je n’avais pas encore récupéré, mon état était... assez dramatique. Pitoyable.

- Qui... qui es-tu ? Tu me veux quoi... ?

Dans ma tête, je pensais réellement qu’il me voulait du mal. Je voulais rester seul à tout jamais, justement pour éviter que l’on s’en reprenne à moi. Et de ce fait, j’ignorais tout bon sens, toute raison. Après tout, je n’étais pas en état de raisonner correctement.


Dernière édition par Matt Tyler le Mer 22 Juin - 23:54, édité 1 fois
avatar
Léo Weber
Messages : 178
Nombres de Rp : 128
Date d'inscription : 05/10/2015

Feuille de personnage
Vos Pokémon:
Vos Objets:
Argent: 17 300 P$
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Cette ruelle sera mon tombeau, sauf si... - PV. Léo Weber  Lun 20 Juin - 23:31


Le garçon semblait prendre du temps à réagir. Il ouvrit les yeux lentement pour fixer celui aux cheveux verts. À sa vue, il prit un air terrorisé. Léo ne put retenir un air surpris, ouvrant légèrement la bouche. Il allait lui adresser la parole, mais son interlocuteur la prit avant lui, le priant de ne pas s’approcher. Le jeune dresseur se sentit subitement très mal à l’aise, pour lui. À quoi avait-il affaire cette fois-ci...
Le perdu s’éloigna lentement grâce à ses mains, insistant sur le fait qu’il a « compris la leçon ». Il finit ensuite par lui demander qui il était et ce qu’il voulait.

Ok, d’abord respirons un coup et calmons-nous. On ne peut pas demander à quelqu’un de l’être si nous sommes nous-même perturbés. Analysons ensuite la situation. Visiblement, il prenait Léo pour quelqu’un d’autre. Ce quelqu’un d’autre était une personne qui lui aurait fait du mal, et qui était peut-être même la cause de son état actuel. En tout cas, un bien mauvais souvenir pour lui, qui l’avait plongé dans un état de choc. Là maintenant, il fallait trouver le moyen de le rassurer.
Il ne veut pas qu’il l’approche. Dans ce cas, ne l’approchons pas. Pour l’instant, il préférait éviter de forcer quoi que ce soit, cela pourrait être mal interprété, son interlocuteur ne semblait pas en état de réfléchir calmement. Respectons sa demande pour se montrer le moins hostile possible. Léo ne bougea pas d’un iota, le regardant s’éloigner.

Il avait été invité à se présenter. C’était le moment d’en profiter pour paraître le plus proche possible de lui. Le déprimé ne semblait pas adulte, il était sûrement à l’Académie du coup, en tant qu'élève. Il avait déjà repris un air tranquille, et lui reparla d’une voix aussi douce et rassurante qu’il le pouvait, souriant. Il voulait mettre son interlocuteur à l’aise. En prononçant ces premiers mots, il se désigna lui-même avec son pouce droit.

« Je m’appelle Léo ! Léo Weber ! J’ai 12 ans, je viens d’Unys, et j’étudie en tant que dresseur à l’Académie. Ma passion, c’est l’électronique ! »

Il venait de déballer facilement des données personnelles, il en avait conscience. Mais il n’allait pas laisser ce pauvre garçon pourrir dans ses larmes. Même s’il ne l’admettait pas, il avait besoin d’aide. Et pour cela, le jeune dresseur voulait établir une certaine proximité entre eux.

« J’ai vu que tu n’allais pas bien, et je veux t’aider à aller mieux, et à combattre tes problèmes. »

Court, mais que dire de plus au final ? Inutile de sortir le classique « Je ne te veux aucun mal », que n’importe quelle personne qui veut du mal pourrait sortir sans trop réfléchir.
Effectivement, cela pouvait paraitre bizarre de prétendre vouloir le bien d’un inconnu, mais encore une fois, Léo ne pouvait pas passer son chemin en le laissant dans cet état.

_________________

color=#0033FF
avatar
Matt Tyler
Messages : 99
Nombres de Rp : 54
Date d'inscription : 28/03/2016

Feuille de personnage
Vos Pokémon:
Vos Objets:
Argent: 15 680$
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Cette ruelle sera mon tombeau, sauf si... - PV. Léo Weber  Mar 21 Juin - 23:14

Qu’allait-il advenir de moi ? Je n’en savais rien. Le destin s’acharnait contre moi, ne me laissant pas une seule minute de répit. Alors que je me pensais à l’abri ici, et loin de tous les potentiels dangers... me revoilà face à face avec la personne m’ayant sali. Ou plutôt, face à une personne qui était lié à lui. J’en étais sûr. Je l’ai vu. J’ai vu son visage. Il me voulait du mal. C’était clair maintenant. Qu’est-ce que j’ai fait pour mériter ça ? Il n’avait pas déjà eu ce qu’il voulait, en me volant ma virginité ? Non, il en voulait encore plus ?

J’essayais de mettre un peu de distance avec nous. Ce n’était pas simple, j’étais complètement épuisé par toutes ces substances déconseillées que j’avais dans le sang. Je ne tenais plus debout, après avoir réussi à quitter les quartiers nord de la ville. J’ai tout donné pour me cacher ici... pas pour que l’on me retrouve aussi facilement.

Il ne cherchait pas à se rapprocher davantage. Après tout, pourquoi s’approcher ? Il savait sans doute que s'avancer ne servirait à rien. Après tout, nous étions dans une impasse. Je ne pouvais pas m’échapper par l’arrière, alors il n’avait pas besoin de s’avancer. Il savait sans doute que j’étais déjà piégé, que j’étais à sa merci.

Et pourtant, il semblait essayer de me mettre en confiance, en se présentant. Il disait se nommer Léo Weber, et avait douze ans. Douze ans... c’était donc un véritable enfant ? C’est vrai que ça peut paraître con d’en douter, mais mon esprit me jouait des tours, et ma vision n’était pas très claire... et puis, c’est vrai que sa voix était celle d’un enfant. De plus, il disait venir d’Unys, qu’il était un dresseur de l’Académie, et que c’était un passionné d’électronique. Je ne savais pas quoi en penser. Il n’avait pas l’air si méchant tout compte fait... quoique, ce psychologue dégénéré avait l’air sympa également... que faire ?

Une nouvelle fois, je me mordis la lèvre, hésitant à reculer davantage. Je tremblais, de nouvelles larmes coulaient...

- Léo... Weber ?

Il était un élève à l’académie, tout comme moi ? Et bien plus jeune, en plus. Était-ce tout de même une raison de lui faire confiance ? Il semblait tout innocent, tout gentil. Seulement dans mon état, j’avais du mal à concevoir qu’une telle mentalité pourrait être sincère. Maintenant, je savais que tout pouvait m’arriver. Absolument tout de ce que je pensais improbable encore hier pouvait m’arriver aujourd’hui.

Il reprit la parole. Il voulait m’aider à aller mieux ? Combattre mes problèmes ? Mais comment être sûr qu’il n’essayait pas de me manipuler, comme l’avait si bien fait ce Rain ? Je ne pouvais pas...

- Pourquoi tu veux m’aider ? Pourquoi je te ferais confiance… ? Et puis... je n’ai pas besoin d’aide...

C’était un grossier mensonge, certes. Bien entendu que j’avais besoin d’aide. Après si j’en voulais... c’était une autre histoire, ne sachant pas en qui je pourrais avoir confiance. Pour moi, personne ne le pouvait... parce que oui, je l’avais bien compris : tout pouvait arriver.

Sur ces paroles, mon corps tremblait de plus en plus. Je voulais me reculer davantage, m’enfonçant dans l’ombre de cette ruelle peu éclairée. Avec ce qu’il s’est passé hier, je savais que ce pervers m’ayant violé était capable de tout. Même d’envoyer un enfant pour me retrouver ? C’était possible, je suppose... et ce serait pour ça qu’il voudrait m’aider. C’était un piège. Ou alors encore pire... ce serait encore un sale coup fourré provenant de ses Pokémon ? C’était tout aussi possible. Après tout, il s’y est pris comme ça la première fois.

- Non, ne m’approche pas... tu ne... tu ne m’auras pas une seconde fois... ! C’est qui ce coup-ci ? Encore ton Abra ? Ou alors... ton... Magirêve, ce coup-ci ? Réponds... !

C’était probable après tout. Ils avaient peut-être hypnotisé cet enfant pour qu’il vienne jusqu’à moi... ou alors, ils me jouaient un sale tour, me laissant voir un enfant à leur place. Ce serait pour ça que j’ai cru voir ce psychologue à leur place.


Dernière édition par Matt Tyler le Mer 22 Juin - 23:54, édité 1 fois
avatar
Léo Weber
Messages : 178
Nombres de Rp : 128
Date d'inscription : 05/10/2015

Feuille de personnage
Vos Pokémon:
Vos Objets:
Argent: 17 300 P$
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Cette ruelle sera mon tombeau, sauf si... - PV. Léo Weber  Mer 22 Juin - 17:54


Il n'arrivait pas à se calmer, il continuait de trembler et de laisser couler des larmes. Il répéta le prénom et le nom de Léo, ce à quoi ce dernier répondit positivement d'un mouvement de la tête. Le jeune dresseur se disait qu'il avait réussi à ouvrir quelque chose, mais son interlocuteur continua de manière plus agressive, mettant en doute la proposition qui lui avait été faite. Alors qu'il essayait de se mettre les idées au clair pour trouver des arguments de réponse, le déprimé reprit la parole une nouvelle fois.

« Non, ne m’approche pas... tu ne... tu ne m’auras pas une seconde fois... ! C’est qui ce coup-ci ? Encore ton Abra ? Ou alors... ton... Magirêve, ce coup-ci ? Réponds... ! »

« Ou alors... ton... Magirêve, ce coup-ci ? Réponds... ! »

« ton... Magirêve »

Léo écarquilla subitement les yeux, tandis que le nom de ce Pokémon lui raisonnait dans la tête. Il ne pouvait pas y rester indifférent, pas après ce moment. Des images lui revenaient : cette attaque Larcin qui l'avait séparé de Gamma, ce Regard Noir qui l'avait terrorisé au point de lui paralyser les membres, puis ce vieux fou masqué qui l'avait ligoté. Puis il se revoyait pleurer dans une ruelle, désemparé, jusqu'à ce que ce que quelqu'un s'occupe de lui. Il ne put s'empêcher de comparer ces deux situations. Ils avaient peut-être eu affaire à la même personne. Quel monstre quand même de s'en prendre autant à des innocents. Les Rockets ne sont qu'une bande d'égoïstes. Léo baissa la tête, perdant son sourire.

« Toi aussi... »

Si son estimation était juste, ils parlaient de la même chose. Il a dû avoir droit à un scénario à peu près similaire. Le garçon aux cheveux verts se mordilla la lèvre à son tour. Ça n'allait pas être évident de le calmer s'il avait subi ça... Il avait mal pour lui.
Il secoua la tête. Il voulait l'aider ou pas ? Oui. Alors il faut y mettre du sien. Il jouait un autre rôle là, celui du déprimé était déjà pris. Il devait le réconforter comme Eleven l'avait réconforté. Il reprit un peu d'assurance pour répondre aux questions :

« Je veux t'aider parce que tu en as besoin. Tu n'as sûrement pas mérité ce qui t'est arrivé, et tu ne mérites pas non plus d'être dans cet état. Où va le monde si les gens ne s'entraident pas pour affronter les difficultés qu'ils rencontrent ? »

Il marqua une brève pause, laissant le temps à son interlocuteur désemparé d'analyser et de comprendre tout ça. Et aussi pour se laisser à soi-même le temps de formuler dans sa tête la suite de ce qu'il voulait dire. Ce n'était pas un exercice évident : il devait se mettre à la place de ce garçon et chercher les multiples interprétations possibles de chaque formulation de phrase, et leurs sous-entendus. Est-ce que ce fou aurait demandé cette information ? L'aurait-il plutôt formulé ainsi ? Ou de cette façon ? Etc.. Tout un travail afin d'éviter qu'il voit le moindre mal dans ses paroles. Il fallait éviter au maximum les faux pas.
Ok voilà le plan. Il allait emprunter un autre chemin. Plutôt que de forcer le passage en insistant sur le fait qu'il était innocent, il allait essayer de faire comprendre leur similitude.

« Je sais ce que c'est d'être dans cet état. Récemment, j'étais allé à l'usine, où vivait un de mes Pokémon. Seulement, ce jour-là, un grand personnage masqué et aux cheveux blonds-platine était arrivé sur les lieux, comme s'il me cherchait. Je l'ai affronté, puis son Magirêve est apparu et m'a volé mon Pokémon avant de m'immobiliser, et ensuite... »

Il s'arrêta. Il se ravisa et ne comptait pas aller au bout de l'histoire, ça devenait un peu personnel, et peut-être que lui n'a pas eu à subir jusque là. Et si c'était le cas, il comprendrait de lui-même la fin de la phrase. Le but n'était pas d'être pris en pitié. Pas n'importe qui serait capable de raconter de tels moments de faiblesse à un inconnu. Mais là, il ressentait le besoin de lui en faire part.

« Mais maintenant je m'en suis remis, et cette histoire est du passé, je ne vais pas continuer de vivre en repensant uniquement à ce moment. Il faut se reprendre... et tourner la page. Aller de l'avant. Et affronter. »

Il marqua une dernière pose avant de poser une question à son tour, revenant sur sa rencontre avec le dresseur du Magirêve. Son regard et sa voix étaient sincères.

« Est-ce que ton histoire ressemble à la mienne ? »

_________________

color=#0033FF
avatar
Matt Tyler
Messages : 99
Nombres de Rp : 54
Date d'inscription : 28/03/2016

Feuille de personnage
Vos Pokémon:
Vos Objets:
Argent: 15 680$
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Cette ruelle sera mon tombeau, sauf si... - PV. Léo Weber  Mer 22 Juin - 23:53

La peur me faisait réagir de façon de plus en plus impulsive. L’angoisse, la haine, cette peur... tous ces sentiments se mélangeaient entre eux. De plus, mon état physique était tout autant déplorable que mon état psychique, pour le moment. Je crois, en effet, que je n’ai jamais été aussi désemparé. Rien, ni personne, n’avait su me mettre dans un tel état de détresse, au bord du gouffre. Oui, et bien au bord. Je commençais même à me demander ce qui me poussait à rester en vie. Je voulais juste disparaître, et ne plus jamais revenir dans ce monde. C’était sans doute mieux ainsi, je suppose.

Eh oui, c’était sans doute cela. Il y avait de grandes chances que cet enfant soit lié, de près ou de loin, à Rain. Et l’hypothèse qui me semblait la plus probable, à supposer que je sois en état de penser à quelque chose de crédible, c’est que cette personne soit possédé, ou soit carrément lui-même le Pokémon du psychologue, à savoir son Abra. Il revenait me hanter. Ou alors, c’était son autre Pokémon : le Magirêve. Bien qu’il m’ait paru tout à fait gentil, c’était sans doute une ruse pour mieux m’attirer dans ses griffes. Elle doit être comme son dresseur. Une personne gentille en apparence, mais en réalité doté d’une perversion sans égale.

Mais alors, comment devrais-je considérer cet enfant ? Le rejeter ? Était-il sous son emprise, ou agissait-il de son plein gré ? Non. Ce n’était pas la question que je devais me poser. J’étais seul, contre le monde. Je me devais de le rejeter. C’est tout. Cependant, lorsque j’ai dit ça, je voyais son expression changer. Il semblait triste. Il se contentait seulement d’un "Toi aussi…". Que devais-je comprendre... ?

Je relevais légèrement la tête, pour essayer d’observer ce garçon. Que faire ? Je ne pouvais pas m’enfuir. Et même dans mon état, je ne pourrais jamais tenir tête à quelqu’un... pas même à un enfant. Je ne tenais même pas debout. S’il décidait de s’en prendre à moi, j’étais dans de beaux draps.

- S’il...

Alors que j’allais implorer sa pitié, il reprit de plus belle, en répondant à mes questions précédemment posées. Il disait qu’il voulait m’aider, parce que j’en avais besoin, et que je n’ai pas mérité ce qu’il m’est arrivé. Comment pouvait-il en être sûr ? Et pourquoi perdrait-il son temps à aider une personne telle que moi ? Seulement, je ne disais rien. Je restais silencieux, alors que j’observais le garçon qui se nommait Léo. Un nouveau sentiment grandissait... plus que de la crainte, ou de la panique, je pouvais ressentir de la curiosité. Oui, rien de ce qu’il n’avait dit ne m’avait échappé. Et puis, je commençais à me demander si, par hasard, il ne cherchait pas vraiment à m’aider. Pourquoi m’amadouer, alors qu’il pourrait faire ce qu’il veut de moi maintenant, si tel était son désir ? Je pouvais même être à la merci des quelques rats qui grouillaient dans cette ruelle. Alors bon.

Il finit par reprendre, en s’expliquant un peu plus. Et en l’écoutant, j’avais le souffle coupé. Il me raconta une histoire de son passé, ou plutôt de ses quelques derniers jours d’après ce qu’il racontait. Apparemment, il aurait eu à faire à un homme masqué, aux cheveux platines qui le cherchait. Il a du l’affronter, et un Magirêve serait apparu pour le lui dérober son Pokémon, et de l’immobiliser. Seulement, il ne parvenait pas à finir sa phrase. Est-ce que... par hasard ? Cet enfant aurait eu un problème semblable au mien ? Et si la suite de son récit était... ce qu’il m’est arrivé ? Et si c’était la même personne ? Un Magirêve, des cheveux blonds platines... ? Et puis un masque... il était bien maquillé, la première fois que je l’ai rencontré. Est-ce que par hasard... ce serait lui ? Rain s’en serait prit à cet enfant, également ? Je ne savais plus trop quoi dire...

Je baissais la tête, observant le sol. Je l’écoutais continuer à parler. Il me disait qu’il fallait continuer à vivre, et considérer le passé derrière. Il fallait l’affronter, comme il disait. Puis, il me demandait si mon histoire ressemblait à la sienne. Assurément, qu’elle y ressemblait. À l’entendre, il était très probable que nous avions été victimes d’une seule et même personne. Et ça me faisait mal au cœur d’apprendre que cette crapule s’en prenait même à de plus jeunes enfants, comme ce garçon. C’était... dégueulasse.

- Je... je...

Je peinais à trouver les mots, afin de lui répondre. C’était difficile. Je serrais les dents, et de nouvelles larmes coulaient, suivis de nouveaux gémissements.

- Je... suis dé... solé...

Mes paroles étaient interrompus par mes pleurs. Il fallait que je me calme. Étrangement, après l’avoir attendu raconter son histoire, je me sentais un peu plus en confiance ici, avec lui. J’arrivais à me convaincre qu’il ne me voulait pas de mal. Il fallait que je me fasse pardonner. Et, de plus, apprendre qu’il avait vécu ça m’avait mit assez mal pour lui.

Pendant une bonne minute, je me terrais dans le silence, ou plutôt dans mes larmes. J’essayais de me calmer, tant bien que mal. Je respirais fortement, afin de reprendre mon souffle. Et après une bonne minute, je commençais à me calmer. Il le fallait, après tout.

- Oui, ça... ça y ressemble. Je crois que cet homme... nous a fait souffrir tous les deux...

Et maintenant ? C’était délicat d’expliquer une telle situation à un enfant, bien qu’il pouvait me comprendre étant passé par là également. S’il voulait m’aider, je pouvais peut-être lui faire confiance. Et s’il ne m’a pas menti... alors, il comprendra sans doute...

- Hier soir, j’ai rencontré un... son Abra. Je ne me souviens plus vraiment de tout, mais... il m’a...  hypnotisé. Il m’a forcé à boire... il m’a drogué... alors que j’étais toujours sous son contrôle. Je n’ai rien pu faire pour lui résister, j’étais complètement à sa merci... je n’étais plus qu’un pantin...

Ma gorge se nouait une nouvelle fois, en en reparlant. Prenant sur moi-même pour ne pas craquer une énième fois, je repris.

- Il m’a emmené dans cet état, jusqu’à son maître. Et... profitant de mon état... il a fait des choses avec moi. Il a abusé de mon être tout entier... je le revois encore, des images me reviennent progressivement en tête, mais je ne veux pas en voir plus... c’est trop dur… ! Je ne supporte plus revoir ces scènes...

Une nouvelle fois, avec insistance, je me mordais la lèvre, tout en plantant mes ongles dans mes paumes, les poings étant fermés.

- Je n’ai rien pu faire pour l’en empêcher. Et lorsque je me suis réveillé, j’étais dans cet état... il était trop tard, le mal était fait... il a disparu, et m’a laissé dans cet état... j’ai... peur... il m’a détruit, il m’a tout pris... je... j’ai honte... plus jamais je ne veux sortir de là... je veux juste... disparaître à tout jamais.

Telle était ma pensée. Le mieux pour tous, était de disparaître. Je ne me sentais pas de vivre avec un tel fardeau sur les épaules. C’était bien trop lourd à porter.

- Tu... tu me comprends... ? Il t’a aussi... ?

J’espérais au fond de moi avoir mal compris. Cet enfant ne méritait pas ça, encore moins que moi.
avatar
Léo Weber
Messages : 178
Nombres de Rp : 128
Date d'inscription : 05/10/2015

Feuille de personnage
Vos Pokémon:
Vos Objets:
Argent: 17 300 P$
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Cette ruelle sera mon tombeau, sauf si... - PV. Léo Weber  Jeu 23 Juin - 10:04


Lorsqu'il s'était levé ce matin, il ne s'attendait pas à se retrouver aujourd'hui dans une situation de ce genre, remettant sur le tapis l'histoire de ce voleur. Comment une personne de ce genre pouvait continuer à faire du mal ainsi sans ne jamais être punie ?

« Je... je... je... suis dé... solé... »

Il... il avait réussi ? Il fut subitement empli d'une certaine satisfaction. Léo ferma les yeux le temps de déplacer sa tête de la gauche vers la droite, indiquant qu'il n'y avait aucun mal dans son comportement.
Puis l'autre garçon raconta à son tour son récit, qui était sagement écouté. Et en fait... en fait c'était pire que ce que Léo pensait. Il avait envie de sourire parce qu'il avait réussi à l'ouvrir, mais ça aurait pu être mal interprété. D'un autre côté, il était choqué par ce qu'il venait d'entendre. Hypnotisé. Saoulé. Drogué. Cette énergumène n'avait pas de limite. Ça le mettait en rogne. Il y gagnait quoi à faire ça ? Ensuite il a "abusé de son être". Le type en question avait commencé à faire quelque chose de ce genre à Léo, mais il a dû partir de manière prématurée. Mais ça semblait avoir abouti du côté de ce garçon.
Il confia ensuite au jeune dresseur ce qu'il ressentait à présent. La peur, la honte, le sentiment d'être détruit, de n'avoir plus rien... tant de descriptifs péjoratifs qui s'enchaînaient. Il disait vouloir « disparaître ». Tout ça mettait toujours peu à l'aise le petit Léo, mais il cachait tout ça. On ne peut pas demander à quelqu'un de rester fort si nous-même on se met dans tous nos états. Enfin, il lui posa une question embêtante, demandant s'il avait vécu la même chose. Non, il n'avait pas vécu la même chose, c'était clair. Il pensait leur situation plus similaire que ça, mais en fait ce garçon avait subi pire que lui. Il détourna le regard le temps de répondre.

« Il ne m'a pas hypnotisé ou je-ne-sais-quoi d'autre, j'étais totalement conscient. Mais il n'a pas pu allé jusqu'au bout de ce qu'il voulait. Il m'avait laissé en plan, attaché. »

Ça le gênait de reparler de ça. Cela le faisait repenser à son impuissance, à son impossibilité de faire quoi que ce soit pour se sortir de là. Mais il imaginait que son interlocuteur était dans le même cas que lui. Néanmoins, il voulait lui conter la résolution de son problème, indiquer qu'on peut faire abstraction de ce traumatisme.

« Un homme m'a aidé. Il a fait tout ce qu'il pouvait pour me permettre de retrouver mon Pokémon. Et maintenant, il est de nouveau à mes côtés. À présent, je m'entraîne tous les soirs pour devenir plus fort. Et un jour... je serai de nouveau face à ce type, et ça se passera différemment. »

Le garçon aux cheveux verts le regardait dans les yeux, tirant un air sérieux et convaincu.

« Si tu abandonnes tout et que tu "disparais", comme tu dis, tu vas juste lui donner une victoire. Tu veux vraiment laisser gagner ce genre de personne ? Il ne faut pas se proclamer perdant à chaque difficulté. »

Si Léo a pu s'en remettre, pourquoi pas lui ? Il faut un peu de temps, c'est normal. Mais il ne faut pas déclarer vouloir disparaître aussi rapidement. Il prit cette fois-ci une mine plus sincère, compatissante, et légèrement souriante.

« Courage. Tu peux passer cette épreuve. Essaye de te calmer. Inspire lentement. Expire lentement. »

Il ne se rendait pas compte que ça pouvait faire bizarre d'avoir un garçon de son âge qui sort ce genre de chose de sa bouche, comme si c'était un parent qui consolait son enfant. Peut-être devait-il changer sa vocation pour devenir coach ?
À son tour, il marqua une petite pause, le temps de laisser réfléchir à ce qu'il venait de dire. Puis, il dévia un peu le sujet.

« Cet homme, tu en sais plus que moi sur qui il est, et à quoi il ressemble ? »

Visiblement, ils avaient passé une soirée ensemble. Peut-être avait-il eu l'occasion de voir son vrai visage, ou plus encore ? Léo ne se sentait pas encore totalement prêt, mais s'il pouvait récupérer des informations en amont, c'était déjà ça de fait.

_________________

color=#0033FF
avatar
Matt Tyler
Messages : 99
Nombres de Rp : 54
Date d'inscription : 28/03/2016

Feuille de personnage
Vos Pokémon:
Vos Objets:
Argent: 15 680$
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Cette ruelle sera mon tombeau, sauf si... - PV. Léo Weber  Sam 25 Juin - 23:31

J’étais inquiet. Au fond de moi, j’espérais qu’il me réponde que, pour lui, cela s’était passé différemment. Ce n’était qu’un enfant, et il ne méritait pas un tel supplice. Ce psychologue était immonde, mais l’était-il au point de s’en prendre à des enfants de son âge... ? Je ne l’espérais pas, bien que ça ne m’étonnerait pas. Il semblait n’avoir aucune limite, aucune retenue. Alors oui, je pouvais le dire : j’étais inquiet. Je sentais mon cœur se serrer, en attendant sa réponse.

Et heureusement, ce n’était pas le cas. Il n’avait pas eu à subir autant que ce que j’ai subi. Il n’en était pas venu à faire cet acte ignoble, bien qu’il n’ait absolument pas été tendre pour autant. Il n’avait pas eu à subir cette hypnose, toutes ces substances illicites, et surtout ce viol... j’étais rassuré pour lui. Seulement, je me sentais un peu mal d’avoir raconté tout ça à un inconnu, qui n’avait pas exactement vécu ce que j’ai vécu... c’était gênant. Surtout de raconter ça à un petit enfant.

Je l’écoutais, continuant son discours. Il m’expliqua un peu toute cette histoire, et y compris comment cela s’est terminé. Il a su surmonter cette épreuve difficile, grâce à l’aide d’un homme qui lui a porté secours. Il l’a aidé, et il a ainsi pu retrouver son Pokémon. D’ailleurs j’y pense... il lui a volé un Pokémon ? C’est étrange, il n’en a pas fait de même pour moi. Mes trois Pokémon étaient toujours là. La seule chose qui avait disparu depuis hier c’était mon Pokédex... était-il derrière cela, aussi ? Je n’en savais rien, et je n’avais aucune preuve pour cela.

Cependant, il disait quelque chose qui ne me rassurait pas vraiment. Il voulait s’entraîner, et devenir plus fort. Ensuite, il voulait retrouver cet homme, et changer le cours des événements. Ce gamin était inconscient... en agissant de la sorte, il se mettrait en danger. Il ne devait pas agir ainsi, c’était dangereux... comment pouvait-il trouver le courage de lui refaire face ? Il disait qu’abandonner lui donnerait une victoire. Ce n’est pas que je voulais pas le laisser gagner... c’est seulement que pour moi, il avait déjà gagné. Je n’avais aucune envie d’avoir de nouveau à faire à lui, et cet enfant ferait mieux d’en faire de même.

Il essayait de me calmer, me donnant quelques conseils. Je l’écoutais, et agissais en conséquence. J’essayais de me calmer, en respirant calmement et profondément. Ce n’était pas simple, certes. Mais il n’avait pas tort.

Il posa une nouvelle question. Il voulait en savoir plus sur cet homme. Sans doute était-ce pour l’aider dans sa quête. Il espérait pouvoir le retrouver, et prendre sa revanche...

- Je vois... je suis soulagé que tu n’aies pas eu à subir autant... mais je suis quand même... désolé pour toi si toute cette histoire resurgit à cause de moi...

Pourquoi je m’excusais ? Je ne sais pas, c’est ma nature après tout. Et puis, raviver ses souvenirs n’avait pas du être de tout bonheur pour lui. Mais le hasard avait bien fait les choses en nous réunissant aujourd’hui. Le destin y était-il pour quelque chose ?

- Il... il a déjà... gagné. Plus jamais je ne veux le revoir... plus jamais. Mais il va me hanter... il sera toujours là...

En y repensant, mes yeux se gorgèrent une nouvelle fois de nouvelles larmes. Sortir de cette ruelle reviendrait à dire que je devrais l’affronter quotidiennement, à supporter sa présence au sein de cette même ville... de cette même académie. Il était, et sera toujours là. Et il pourrait tenter de me happer une nouvelle fois entre ses griffes, en me piégeant à nouveau.

Une nouvelle fois, j’appliquais ses conseils. Inspiration... expiration. Je respirais calmement, pour reprendre mon souffle, et ainsi me calmer.

- Tu sais... Léo, c’est ça ? Tu ne devrais pas le chercher. Cet homme est dangereux, et tu ferais mieux de ne plus jamais te retrouver face à lui...  il est capable des pires atrocités... si je t’aide à le retrouver, et qu’il t’arrive quelque chose... je... je ne me le pardonnerais jamais. C’est peut-être mieux que tu ignores son identité... crois-moi...

J’étais sérieux à ce sujet. Je savais sans doute beaucoup plus de choses sur lui. Je connaissais son visage sous ce maquillage, mais aussi et surtout son identité. Seulement... ce jeune enfant risquerait de faire un mauvais usage de ces informations, et pourrait se remettre une nouvelle fois en danger. Ce n’était pas quelque chose que je pouvais permettre. Pas après l’aide qu’il m’a apporté.

- J’aimerais avoir la force de surmonter ça...  tout comme toi... mais je ne m’en crois pas capable... mais toi, ne gaspille pas cette force...

C’était sans doute la meilleure chose à faire.
avatar
Léo Weber
Messages : 178
Nombres de Rp : 128
Date d'inscription : 05/10/2015

Feuille de personnage
Vos Pokémon:
Vos Objets:
Argent: 17 300 P$
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Cette ruelle sera mon tombeau, sauf si... - PV. Léo Weber  Dim 26 Juin - 21:14


Léo était écouté attentivement pendant son petit monologue. Suite à ça, son interlocuteur disait être désolé pour tout ça. Il fut simplement répondu par un "non" de la tête avec un sourire, faisant comprendre qu’il n’y avait pas à s’excuser de quoi que ce soit.
Puis il déclara que pour lui, l’auteur de ces crimes avait déjà gagné. Le jeune dresseur écarquilla les yeux. Il abandonnait déjà ? Enfin, « déjà », façon de parler, il avait quand même subi quelque chose de lourd la nuit dernière. Il allait le hanter… et « sera toujours là » ? Il devait vouloir dire qu’il n’arrivera jamais à l’enlever de sa tête. C’est sûr que ce n’est pas forcément évident après une telle mésaventure. Le pauvre…
Au fur et à mesure, il commençait à ralentir sa respiration, et à se calmer. Léo était content de voir que son état s’arrangeait, ça le mettait aussi plus à l’aise. Puis, on lui conseilla de s’arrêter ici, de ne pas chercher ce fou, de ne jamais faire en sorte de le revoir. Le jeune garçon commença à froncer les sourcils. Il finit en disant comme quoi il ne pensait pas pouvoir surmonter ça, et lui dit de ne pas gaspiller la force de sa volonté là-dedans.

Bon.
Il fallait qu’il y mette du sien. Ça semblait être le genre de personne qui se laissait abattre facilement. La victime avait bien été choisie, elle ne semblait pas vouloir se plaindre ou chercher à lui faire un retour de flammes. Léo n’a pas porté plainte non plus, mais c’était aussi par manque d’information. Et son désir de vengeance lui poussait à vouloir faire ça de ses propres mains. Mais si à chaque fois qu’il fait quelque chose, celui qui a subi n’ose pas réagir, ça ne fera que continuer encore et encore.

« Cet homme n'était pas tombé sur moi par hasard. Il pourrait revenir à moi à tout moment pour finir ce qu'il a commencé. On finira par se retrouver face à face encore une fois, et je dois être prêt pour ce jour-là. Si tout le monde laisse couler et que personne ne l'arrête, il continuera. Tu penses qu'on devrait continuer de le laisser agir comme ça ? »

Il prenait un air plutôt sérieux quand il prononçait cette question, haussant même un peu la voix. Il allait continuer limite en l’engueulant, mais se ravisa en prenant un ton de voix plus calme. Vu son état, ça n’arrangerait pas les choses de parler sévèrement.

« Pense au nombre de personnes qui subiront la même chose que nous deux. Si tout le monde fait comme ça et n’ose pas réagir, ça continuera encore et encore... Et d’autres enfants auront affaire à ce vieux fou… »

Léo serra le poing, grinçant des dents. On ne pouvait pas laisser tout ça s’enchaîner en le laissant impuni. Il marqua un silence le temps de se recalmer, et soupira. Il se déplaça ensuite avec ses mains, de manière à se rapprocher. Puis il ressortit son tendre sourire, regardant vers le ciel.

« Je n’ai pas une force surhumaine et inaccessible. Je surmonte les épreuves seulement avec ma volonté. Si je veux vraiment atteindre un objectif, je sais que je mettrai tout en œuvre pour l’accomplir. Et je finirai par y arriver. Je sais qu’il est dangereux. Je sais aussi qu’actuellement il est trop tôt pour moi de l’affronter, je ne peux pas encore rivaliser avec lui. Mais j’étudierai des stratégies à mettre en œuvre, faisant des recherches sur lui-même et ses Pokémon. »

Il tourna ensuite la tête vers un interlocuteur, le fixant silencieusement durant une ou deux secondes. Puis il posa la main sur son épaule.

« Fais-toi confiance toi aussi. Si tu te fais marcher dessus sans jamais ne montrer de résistance, ça continuera encore et encore. Et la vie n’est pas simple quand on est dominé. Il faut que tu fasses un effort, je suis conscient que ce n’est pas toujours évident, mais tu te sentiras mieux après. »

Là en l’occurrence il venait de subir un cas plutôt extrême, mais Léo supposait que de manière générale, il avait tendance à baisser les yeux devant les problèmes. Il retira la main de son épaule et recommença à raconter un morceau de sa vie.

« Moi j’ai vécu plus de 10 ans dans la pauvreté. Je n’allais pas à l’école et je m’occupais avec ce que je trouvais dans la décharge. Mais je gardais toujours en tête l’idée de sortir de là, de m’intégrer aux autres, d’avoir des conditions de vie normales. Je me débrouillais comme je pouvais pour rendre service et gagner un peu d’argent. Et maintenant je suis ici, et j’étudie à l’Académie sans problème. Bref, tout ça pour te dire qu’avec de la volonté et de la persévérance, on est capable de grandes choses. »

Encore une fois, il se tut un bref instant. Puis il réalisa qu’il lui manquait une information plutôt importante.

« Oh au fait, toi tu t’appelles comment ? »

Il espérait que ça ne lui dérange pas trop qu’on lui demande ça. Ils ne se connaissaient pas beaucoup, mais Léo se disait que s’ils arrêtaient d’être dans l’anonymat, il pourrait se sentir plus à l’aise. Ça donnait au moins l’illusion de parler à quelqu’un qu’on connait plus.

_________________

color=#0033FF
avatar
Matt Tyler
Messages : 99
Nombres de Rp : 54
Date d'inscription : 28/03/2016

Feuille de personnage
Vos Pokémon:
Vos Objets:
Argent: 15 680$
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Cette ruelle sera mon tombeau, sauf si... - PV. Léo Weber  Mar 28 Juin - 0:01

Je n’étais pas tranquille. J’avais peur de cet homme, je craignais ce qu’il pourrait me faire si nos chemins venaient à se croiser, de nouveau. Et maintenant, je redoutais qu’il retombe un jour sur cet enfant. Même si je ne le connaissais pas vraiment, je savais qu’il ne méritait pas que du mal le lui soit fait, une fois e plus. Je pensais alors bien agir, en cherchant à le tenir éloigné de toutes les informations susceptibles de le guider vers Rain. S’il ne le retrouvait jamais, alors il sera peut-être plus en sécurité. Oui, pour moi, ça ne faisait aucun doute. Je ne devais pas céder.

Et pourtant, le jeune garçon apportait des arguments tout à fait convaincants. Et il fallait bien avouer... qu’il n’avait pas spécialement tort. Loin de là, même. Je n’avais pas vu la chose sous cet angle. Il se pouvait très bien que ce soit lui qui revienne vers Léo, à un moment ou un autre. Et de ça, il devait y être préparer. On sentait dans l'intonation du garçon qu’il ne plaisantait pas, et que cela lui tenait très à cœur. C’était compréhensible, après tout... maintenant qu’il le disait, je pouvais tout aussi bien le mettre en danger en ne lui disant rien. Il pouvait tomber à tout moment dans un de ces pièges, comme cela m’est arrivé à moi aussi.

Et encore, comme il disait... nous ne serons peut-être pas les seuls. Si personne ne l’arrête, cela continuera sans cesse... j’avais des informations très importantes, pour parvenir à cette fin. Le tout était d’arriver à en parler... si jamais il l’apprenait, il pourrait très bien se venger... j’avais peur, très peur. Je ne voulais plus jamais le revoir, et pourtant, il avait besoin de moi...

Tandis que j’y réfléchissais, je le vis s’approcher doucement, en s’aidant de ses mains. Le voyant faire, je sursautais légèrement. J’ai eu durant un bref instant l’envie de reculer, mais je ne le fis pas. Ce garçon ne me faisait plus peur, je ne pensais plus vraiment qu’il me voulait du mal. Loin de là. Il me venait en aide, et avait maintenant besoin de mon aide en retour. Mais même ça, c’était pour moi. Je le laissais donc s’approcher, alors que je le regardais faire, baissant un peu le regard. Il continuait lui son discours, et c’était plutôt étonnant pour un enfant de son âge. En effet, comme il le disait si bien, il était doté d’une volonté à toute épreuve, et était prêt à faire face à bien plus de situations que je ne l’étais moi-même. C’était admirable. Et c’était sans doute cette volonté là qu’il cherchait à m’insuffler.

Il posa ensuite sa main sur mon épaule, ce qui me surpris une nouvelle fois. Je sentais ma peau frissonner, et de nouveau cette peur resurgit, un bref instant. Seulement, je parvins à me calmer rapidement, me disant que c’était fini, et qu’il ne me voulait pas de mal. Je ne m’étais tout simplement pas attendu à un contact physique de sa part, dès maintenant. Une goutte de sueur perla de mon front, alors que j’écoutais la suite de son discours. Il me contait les épreuves par lesquelles il a du passer. Il disait avoir vécu dix ans dans la pauvreté, et qu’il s’occupait avec ce qu’il pouvait dénicher à la décharge, et en rendant service aux autres pour obtenir de quoi vivre. Et il avait réussi à mener une vie correcte, ici à l’Académie maintenant. Tout ça grâce aux efforts qu’il a effectué depuis tout petit. Je ne pouvais pas m’empêcher d’être compatissant envers lui, mais aussi d’admirer son courage, et sa force qui lui permet d’aller vers l’avant. Il me demandait ensuite mon nom, à moi aussi.

Je restais un moment silencieux, en regardant le sol à mes pieds. Je ne sais pas combien de temps s’est passé, dans ce silence, mais sans doute un peu plus d’une minute. Je repensais à chacune de ses paroles, pesant le pour et le contre. Je ne savais pas trop quoi dire, ni quoi faire. J’avais peur de parler, de trop en dire. Si jamais il l’apprenait, il pourrait se venger... non ? Sans doute. Mais si je me taisais, il pourra continuer ses méfaits. Tout ce qu’il me fallait, c’était du courage... et de la volonté, comme il m’avait dit. Il le fallait...

- Je...

Je crispai les yeux, cherchant à me forcer d’arriver à parler, et à m’ouvrir un peu plus pour qu’il puisse en savoir plus. Il tenait à apprendre ce que je savais de cet homme. Il fallait que je me concentre, pour lui en dire plus... je ne devais pas faire marche arrière. Allez.

- Je... je te suis reconnaissant… excuse-moi, j’étais dans le tort.

Je respirais fortement, en parlant. Je relevais la tête, pour regarder dans les yeux cet enfant. Et c’était sans doute la première fois que je le regardais directement dans les yeux.

- Tu as raison. Je... je vais te dire ce que je sais sur lui, Léo.

Je fermais ensuite les yeux, me concentrant. Il fallait que je prenne sur moi pour lui expliquer ce que je sais, sans trop craindre les conséquences de mes actes. Pour l’instant, il ne devait pas vraiment avoir de moyens de savoir ce que j’allais dire, mais... il finira peut-être par l’apprendre tôt ou tard. Je devais être prêt à ce que cela arrive. Je ne savais pas vraiment si je l’étais, mais il fallait que je me lance, quitte à devoir assumer mes actes plus tard.

- Je sais quelques trucs sur lui. J’ai pu voir son visage oui, mais j’ai aussi... son identité.

Une boule au ventre se formait, tandis que je rouvris les yeux à nouveau, pour fixer l’enfant aux cheveux verts. Allez, du courage, il me faut du courage.

- Cet homme, c’est... c’est le psychologue de l’Académie. C’est Mr. Rain Overfield. Je l’ai rencontré hier matin, lors d’une séance à son bureau. Nous avons parlé, et son Abra m’a proposé un jeu étrange. J’ai du choisir entre plusieurs couvercles, qui possédaient chacun un contenu caché. Seulement, sous celui que j’ai soulevé, il y avait trois objets : un joint, un shooter, et une paire de menottes. Il a tenu à me les refiler, chose que j’ai refusé. Et au départ, son maître l’a sermonné pour qu’il me laisse tranquille. Seulement, ce n’était qu’un jeu d’acteur très bien mené...

Je ravalai ma salive, avant de continuer.

- Dans la journée, je suis sorti pour aller à la plage. Là-bas, j’ai d’ailleurs rencontré un Dedenne que j’ai capturé. Et le soir, lorsque je suis rentré... j’ai recroisé cet Abra, dans une ruelle vide. Et c’est à ce moment-là qu’il m’a hypnotisé, et qu’il m’a fait prendre chacun de ses cadeaux. Tout ça pour me mener tout droit dans les griffes de son dresseur. Et après... voilà, il s’est passé ce que tu sais. Lorsque je me suis réveillé ce matin, je n’ai pas réalisé tout de suite ce qu’il m’était arrivé. Je n’ai seulement compris que lorsque j’ai vu le mot qu’il m’a laissé, signé de son nom, et disant que je pouvais revenir la prochaine fois que je voudrais une "punition". Je me suis ensuite enfui, pour me retrouver ici... et d’ailleurs, toutes ces substances qu’il m’a fait ingéré ne se sont pas encore complètement dissipées...

Je parlais beaucoup, mais je me devais de lui donner un maximum d’informations, après tout. J’avais essayé d’être le plus clair, et le plus concis possible. Ce n’était pas simple, j’ai du me forcer un peu pour me calmer, et rester rationnel. Dans mon état, ce n’était absolument pas simple.

- Ah et sinon... je m’appelle Matt Tyler. J’étudie comme toi dans un cursus de dresseur, à l’Académie.

Les présentations étaient faites, dorénavant. Et puis surtout, il y avait... une dernière chose que je devais lui dire.

- Tu sais... tu as raison. Je ne peux pas me résoudre à laisser cette crapule faire le mal autour de lui... alors, je... je... si je peux t’aider pour l’avoir... tu peux me demander. J’essayerai de faire mon possible...

Je ne sais pas vraiment ce qu’il me prenait à proposer ça, alors qu’il y a encore quelques minutes je ne voulais plus jamais le revoir, et mourir dans cette ruelle. Il faut croire que les paroles de cet enfant m’avaient atteintes au plus profond de mon cœur. Il m’avait touché là où il fallait.
avatar
Léo Weber
Messages : 178
Nombres de Rp : 128
Date d'inscription : 05/10/2015

Feuille de personnage
Vos Pokémon:
Vos Objets:
Argent: 17 300 P$
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Cette ruelle sera mon tombeau, sauf si... - PV. Léo Weber  Mer 29 Juin - 16:08


Il prit un temps de réflexion puis se décida à prendre la parole, non sans galérer. Mais Léo sentait que son état s'arrangeait malgré tout.
Il commença par relancer quelques excuses, reconnaissant son "tort". D'après le jeune garçon, "tort" était un bien grand mot, il comprenait bien qu'il préférait ne pas lui communiquer ce qu'il voulait, c'était un point de vue qui se défendait. Même si ça ne l'arrangeait pas. Il lâcha un sourire, en attente des précieuses informations qu'il allait lui fournir. L'adolescent ferma les yeux tandis que le dresseur écoutait très attentivement ce qu'il avait à dire. Il connaissait donc son visage... et son identité.

Euh pardon ? Comment était-ce possible que quelqu'un qui commette de tels actes dévoile son identité si facilement ? Enfin, c'était peut-être une inattention de la part du coupable. Mais peut-être allait-il lui mentir ? Non, il n'avait pas de raison de lui mentir. Ou peut-être était-ce une fausse identité ? Probable, mais on ne pouvait pas le confirmer. Plutôt que de spéculer, Léo écouta la suite.
Et là ce fut comme un choc. Le psychologue, M. Overfield. Sérieusement ? L'expression de son visage montrait clairement qu'il ne s'attendait pas à une telle révélation. Il en avait presque froid dans le dos, un homme aussi fou qui se baladait librement dans les couloirs de leur école. Les circonstances de la journée furent ensuite racontées. Léo ne comprenait pas vraiment les détails, mais ce n'était pas si important. Mais par exemple, pourquoi cacher un joint dans une boîte ? Cet élément était très neutre. Ou peut-être s'intéressait-il lui aussi à la mécanique, ça pouvait être bon à prendre dans ce cas. Et un « shooter » ? En anglais, il lui semblait que cela signifiait logiquement "tireur". Enfin, il devait y avoir un second sens, mais l'information ne semblait pas assez importante pour s'attarder dessus. Par contre, la paire de menottes était un élément plus clair.
Il avait recroisé le fameux Abra plus tard et raconta donc les conditions de la soirée dernière. C'était des choses qu'il avait déjà compris, mais entendre une nouvelle fois ça le remit de nouveau mal pour la victime du jour. Ce Pokémon est aussi horrible que ce psychologue, il l'avait bien trouvé... Et du coup ce vieux fou lui avait laissé un mot en parlant d'une "punition". Là aussi il y avait peut-être un second sens qu'il ne saisissait pas. Mais... ça l'interpelait quand même là. Il aurait fait quelque chose de mal ? Peut-être cachait-il une bêtise qu'il n'osait pas dévoiler. En tout cas, vu comme cela s'était passé, il semblait peu probable qu'il se trompe sur l'identité de son agresseur. À moins que "Rain Overfield" soit une fausse identité en soi, mais malgré tout, son visage reste connu.
Ensuite, il se présenta. Ah, c'est toujours plus agréable quand on peut mettre un nom sur la personne avec qui on discute.

Pour finir, il déclara qu'il avait changé de point de vue et pouvait l'aider s'il en ressentait le besoin. Léo était vraiment content de ça, bien qu'un peu surpris d'entendre quelque chose qui était peut-être... précipité ? Il répondit à tout ça, d'une voix compatissante.

« Je suis également désolé pour toi, personne ne mérite de subir de telles choses... On affronte plein de difficultés dans la vie, mais pour profiter un maximum du bonheur qu'elle peut procurer, il ne faut pas se laisser abattre à chaque problème ! Merci pour ces informations, je n'en reviens toujours pas qu'une telle personne peut rester au sein de l'Académie malgré tout ça... »

Oui on peut se le dire, il semblait étrange que ce soit un enfant de 12 ans qui fasse des leçons sur la vie. Mais c'était bien le cas. Il marqua une brève pause, le regardant dans les yeux, puis reprit.

« Je suis content de voir que tu sembles aller mieux, et que tu reprennes un peu confiance. Maintenant tu devrais te prendre le temps de te reposer un peu et de te détendre, de penser à autre chose. »

Il remarqua une pause en le fixant, souriant, et laissant planer un bref silence.
Puis, il écarta les bras, avant de l'enlacer.

« Courage, Matt. »

Il lui transmis de l'affection de cette manière un court instant. Cet adolescent semblait avoir la vie dure. Ça l'attristait parce qu'il sentait qu'il s'agissait de quelqu'un de très sympathique, avec qui il s'entendrait bien. Il commençait à se dire qu'il allait peut-être garder un œil sur lui, peut-être être un ami. Il avait envie d'un peu plus le connaître... dans d'autres circonstances. Ben oui, après tout ça il est quand même curieux de savoir de quelle genre de personne il s'était occupé ce matin.

Il le lâcha, puis après 2 secondes, se leva dynamiquement et se tapota les fesses pour retirer la saleté -les vêtements blancs c'est génial-, puis il lui tendit la main en riant doucement.

« Aller, tu ne vas pas rester par terre toute la journée, ça te dirait de rentrer à l'Académie ? »

_________________

color=#0033FF
avatar
Matt Tyler
Messages : 99
Nombres de Rp : 54
Date d'inscription : 28/03/2016

Feuille de personnage
Vos Pokémon:
Vos Objets:
Argent: 15 680$
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Cette ruelle sera mon tombeau, sauf si... - PV. Léo Weber  Mer 13 Juil - 23:25


Il semblerait que mes explications aient surpris le jeune garçon. C’était compréhensible, après tout, qui pourrait rester de marbre en apprenant que derrière ce fou se cachait notre psychologue ? Il était là, au sein de notre académie, sans que personne ne s’en doute. C’était ça le pire dans cette affaire, c’est que personne mis à part nous avait une idée de ce qu’il se cachait derrière ce personnage. La veille, lorsque je l’ai rencontré, je le considérais encore comme une personne gentille et à l’écoute... un bon psychologue en soi. Et c’était effrayant de se dire qu’il avait aussi bien caché son jeu. Qui sait combien de personnes sont tombés entre ses griffes avant moi. Et s’il y en avait, combien d’eux disposaient des informations dont je possédais ? Il n’était pas impossible qu’il y en ait très peu, voire aucun.

En d’autres mots, il n’y avait que nous pour lutter. Deux de ses victimes, plus précisément. Léo de son côté semblait triste pour moi, puisque comme il le disait, personne ne méritait de subir de telles choses. Non, personne. J’étais plutôt d’accord avec lui, pour le coup. Et il confirma ce que je pensais : il ne s’attendait pas à une telle révélation. Oui, cette personne était au sein de notre académie, et n’avait pas l’air de craindre grand-chose. Sans doute pensait-il que je ne parlerai jamais, ou que je ne tenterai jamais rien... si ce garçon n’avait pas été là, c’est sans doute ce qu’il serait arrivé. Il avait su profiter du moment où j’étais le plus apte à m’ouvrir.

Il était néanmoins content que j’ai été capable de l’écouter, et de lui venir en aide. Grâce à ça, oui, j’allais mieux. Ce n’était pas encore ça, certes... mais il y avait du progrès. Et celui-ci était notable. Et il n’avait pas tort : j’avais besoin de repos, après tout cela. Après un bon repos, je pourrais sans doute y penser à tête plus reposée. J’avais l’impression d’être complètement perdu. J’avais des envies suicidaires il y a encore quelques minutes, alors que là je commençais à songer à ne pas me laisser faire. Les paroles de cet enfant avaient été bénéfiques, mais je devais y réfléchir plus calmement.

Il m’encouragea, puis m’enlaça entre ses bras. J’ai d’abord été surpris, ne m’attendant pas à une affection de ce genre. Un frisson me parcourut un instant. Déjà qu’auparavant, j’étais déjà quelqu’un d’assez renfermé... alors là, le moindre contact physique me rendait anxieux, me rappelant cette nuit-là. Je ravalai ma salive, cherchant à évacuer cette tension, et ainsi me calmer. Fébrilement, je le remerciais.

- Merci pour ce que tu as fait pour moi, Léo...

Je souriais, tandis qu’il se relevait, en me proposant d’en faire de même et de se rendre à l’académie. Il me tendit sa main, comme pour m’aider à me relever. Je le regardais un moment, avant d’acquiescer d’un simple mouvement de tête. J’attrapais sa main avec la mienne, puis, hésitant un petit moment, je décidais de me relever, tout en le remerciant une nouvelle fois.

Une fois debout, je ne me sentais pas très à l’aise. Je n’avais encore pas retrouvé complètement ma motricité, si bien que je devais me maintenir. Heureusement pour moi, Léo était là pour m’aider à me déplacer. Il avait sans doute bien compris que je n’étais pas en état de me mouvoir correctement.

On se dirigeait donc vers l’académie, et, après quelques minutes de marche, nous y étions. J’allais pouvoir me poser tranquillement dans ma chambre, afin de me reposer. Un repos bien mérité.

- Encore une fois, merci ! Hm... je vais aller me reposer dans ma chambre un peu. À la prochaine...  !

Sur ces paroles, je le saluai, avant de me diriger vers ma chambre. Ce repos allait être sacré.
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Cette ruelle sera mon tombeau, sauf si... - PV. Léo Weber  

Cette ruelle sera mon tombeau, sauf si... - PV. Léo Weber

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Cette ruelle sera mon tombeau, sauf si... - PV. Léo Weber
» Chronologie explicant le massacre de la Ruelle Vaillant
» C'était il y a 20 ans; massacre à la ruelle Vaillant!
» Une ruelle sombre
» Décors Moria et Autres.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokémon Academy :: LA VILLE : Edenia :: Quartier Ouest :: Rues et Ruelles-