Pokémon Academy

Incarnez ici un étudiant, un professeur ou un habitant et créez votre équipe !
 

Partagez|

[cours phyto n°1] Baies et Pokébloc : la nature au service des performances [libre]

avatar
Isabelle Dupré
Messages : 69
Nombres de Rp : 42
Date d'inscription : 03/10/2015

Feuille de personnage
Vos Pokémon:
Vos Objets:
Argent: 17 150 $
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: [cours phyto n°1] Baies et Pokébloc : la nature au service des performances [libre]  Dim 8 Nov - 12:48

L'installation de la jeune cimetronelloise au sein de l'académie fut assez bref, déjà parce qu'elle n'aimait pas trop rester dans sa chambre. La première chose qu'elle avait faite, c'était d'ouvrir la fenêtre en grand pour éviter de se sentir complètement enfermée. Passé ce petit moment de stress, elle rangea bien vite ses habits dans l'armoire, une photo de sa famille qu'elle posa sur sa table de chevet et enfin un grand cadre posé sur le mur où était représenté son village natale, celui où elle avait également grandi jusqu'à présent : cimetronelle, son paysage arboricole et ses cabanes suspendues. Cette vision lui faisait du bien, la réconfortait.

Son tropius pendant ce temps était rangé dans sa pokeball pour des raisons évidentes. Il était trop imposant pour tenir dans cette chambre, mais aussi pour divaguer dans l'académie tout simplement, de plus son côté glouton était assez gênant, elle voulait éviter qu'il commence à mâchouiller un truc ou un machin dans un des recoins de l'académie. Toutefois elle le laissait sortir lorsqu'elle allait dehors. Au moins là il pouvait brouter l'herbe s'il voulait ainsi que se mouvoir en toute tranquillité.

Plus tard il fallait également qu'elle prenne ses marques, qu'elle fasse connaissance avec le personnel, s'habituer aux lieux. Cependant cet aspect ne sera pas expliqué ici, puisque le plus important à présent et la raison pour laquelle elle était venu, c'était pour enseigner la phytothérapie et la botannique. Est-ce que cette matière intéressait vraiment les jeunes ? Elle savait que le plus populaire en général c'était les combats et le spectacle, peut-être devrait-elle baser son premier cours dans ce sens là. S'il y a une chose qu'elle savait c'est que les pokémon dépendaient fortement de la nature, pour leur santé, pour devenir plus fort aussi.

Tout bon dresseur qui se respecte devait au moins s'intéresser aux plantes et à leurs effets sur leur pokémon, alors au fond pourquoi s'inquiétait d'elle ? Peut-être parce qu'il s'agissait de sa première fois ? Oui peut-être.

Quand elle quitta le bâtiment pour aller vers le parc elle fit sortir Acacia. Ils se dirigèrent vers la serre et Isabelle commença à préparer un peu le terrain. La serre était plutôt grande, et relativement bien organisée. Le compartiment des arbres à baies étaient disposés de telle sorte qu'il y avait de quoi se mouvoir entre chaque rangées. Deux arbres à baies de la même catégorie étaient côte à côte, puis se succédait 2 autre variétés différentes, ainsi de suite. Des tuyaux noirs flexibles traçaient un véritable réseau au sol, révélant tous les mètres un appendice en forme de robinet qui faisait couler de l'eau à petite quantité, il s'agissait d'un goutte à goutte.

Elle avait enfilé son tablier vert, son chapeau de paille et ses gants pour jardiner. Dans ses préparatifs, elle semblait plus maladroite que prévu. Le tropius la tamponna faiblement de sa tête sur son épaule, comprenant visiblement ce qu'il se passait. Isabelle soupira.

"Oui je sais, ça va passer ne t'en fais pas, du moment que ce ne sont pas des monstres. Et puis il faut bien que je m'y habitue."

L'heure du cours approchait dans quelques minutes. La porte de la serre était ouverte vers l'extérieur, comme ça les nouveaux arrivant n'auraient pas à attendre devant la porte.

La demoiselle continuait à entretenir quelques plantes, tandis que son Tropius derrière elle commençait à croquer quelque chose. Elle se retourna vite fait et remarqua un moitié de baie oran encore accrochée à son arbuste, croquée en partie. Le tropius regarda ailleurs comme si rien ne s'était passé, pourtant le bruit de sa mastication continuait.

"Cassy ! On ne mange pas le sujet du cours ! S'il te plait ! Si tu continues ce sera déduit de ton déjeuner. Non mais j'te jure."

Le pokémon plante avala, puis observa l'entrée. Quelqu'un venait déjà d'arriver. Isabelle le remarqua et son appréhension augmenta un peu plus. Elle dégluti.

"Quand faut y aller..."

Elle attacha deux gros paniers positionnés de chaque côté du tropius et y rangea toute sorte d'outils.

"Vient, nous allons les accueillir. Par contre avant..."


Elle cueilli la baie qui venait d'être croquée plus tôt et la tendit à son ami.

"Termine au moins ton assiette mon grand, sinon ça fait tache."

"Trooop !"


Ils se dirigèrent vers les élèves. Isabelle essaya de rester souriante, quant au Tropius, à l'aise, il mâchait son repas non terminé.



HRP:
 


Dernière édition par Isabelle Dupré le Mer 6 Avr - 10:22, édité 1 fois
avatar
Morland F. Puissant
Messages : 89
Nombres de Rp : 67
Date d'inscription : 18/10/2015

Feuille de personnage
Vos Pokémon:
Vos Objets:
Argent: 12 400$
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [cours phyto n°1] Baies et Pokébloc : la nature au service des performances [libre]  Dim 8 Nov - 20:21

Cette fois-ci, Morland avait tout fait bien comme il faut.
Pas extrêmement ponctuelle mais pourtant assidue, la chercheuse avait ce jour-là fait en sorte d'arriver à l'heure à son cours de phytothérapie. Une fois n'est pas coutume comme on dit.
Il faut dire que, contrairement aux enseignements de combat et de stratégie, les matières axées sur la connaissance pure et la nature (qui entre souvent en interaction avec les Pokémon) intéressaient beaucoup l'originaire de Sinnoh, qui avait besoin de toutes les connaissances possibles pour s'occuper de ses partenaires et pouvoir accomplir plus de choses à leurs côtés. Non pas que le combat n'est pas intéressant, bien au contraire : mais comme la demoiselle avait pu le voir lors du cours de Monsieur Richards, sa morphologie et celles de ses compagnons n'était pas exactement adaptée au sport.

Quoi qu'il en soit, la jeune fille s'était levée tranquillement, ce matin-là. Bien en avance, tout prévu. Elle prit le temps de se doucher, et s'habilla calmement, revêtant un jean tout simple, des chaussures qu'elle n'aurait pas peur de salir (au cas où), et un débardeur brun. L'adolescente avait dormi jusqu'à une heure tardive, mais de toute manière ses cours étaient peu nombreux.
Morland se dit qu'avoir deux Pokémon pour un cours de phytothérapie allait être juste, mais elle se permit tout de même d'emporter son Mélo et Nagel, ce dernier étant très calme puisque mal à l'aise à cause du fait que son sonar ne fonctionne pas bien. Le Chovsourir allait probablement rester perché à l'épaule de sa propriétaire et salvatrice sans poser de problèmes.

La chercheuse se demandait si il y aurait beaucoup de dresseurs à ce cours. Il faut dire que la phytothérapie, ce n'est peut-être pas la première priorité de ces combattants dans l'âme. Mais il pourrait toujours y avoir de surprises après tout, non ? C'est avec ces pensées en tête que l'étudiante sirotait avec sérénité son thé au caramel, se dispensant d'un petit-déjeuner/déjeuner/brunch (?), puisque comme d'habitude elle n'avait pas spécialement faim.
Lorsque Morland mange, elle se dispense très souvent d'ingurgiter de la viande. Pas par conviction ou quoi que ce soit, mais juste parce que la chair ne l'attire pas plus que ça. Déjà que la nourriture ne lui sert qu'à s'alimenter et pas du tout à satisfaire un quelconque désir, manger de la viande est souvent une perte de temps. C'est pour ça que dans une assiette remplie de, disons, purée, avec un steak à côté, la jeune fille se dépêchera de manger le steak en grande partie pour en finir le plus possible avec la viande, avant de s'attaquer à sa purée, l'esprit moins entravé par une quelconque obligation. C'est quelque chose d'assez conceptuel à expliquer, de toute façon. Enfin, bref.

La demoiselle était maintenant en train de marcher vers la grande serre. Tout de suite, lorsqu'elle franchit le pas de ce petit paradis artificielle, de nombreuses effluvent rencontrèrent ses narines, diffusant en elle un sentiment de chaleur, d'aise. Les odeurs de la nature étaient vraiment très agréables au nez de la chercheuse, qui préférait l'air pur de l'académie à celui pollué de Féli-Cité. Certaines personnes n'y font pas attention, mais cette petite distinction, la citadine l'a remarquée depuis son plus jeune âge. Peut-être est-ce sa partie un peu artiste et aventureuse qui se manifeste ? Oh, on peut dire que Morland a vraiment hâte de découvrir de nouvelles senteurs.

La femme qui semblait être l'enseignante avait une apparence vraiment rassurante et bienveillante. Un Tropius reposait à ses côtés : alors que le petit Mélo s'apprêtait à bondir sur le Pokémon fort massif, sa propriétaire parvint à le retenir de justesse, avant de lui expliquer tant bien que mal qu'il devait se tenir tranquille.
Quelques élèves étaient déjà là, mais Morland était largement à l'heure. L'adolescente s'accroupit près des plants de baies, attendant de voir de nouvelles faces, observant les alentours avec une grande attention.

Elle ne voulait pas se l'avouer, mais le cours de phytothérapie l'intéressait aussi beaucoup pour la raison stupide que "phytothérapie", ça sonnait vachement intelligent et cool comme mot.
avatar
Aaron W. Cooper
Messages : 69
Nombres de Rp : 46
Date d'inscription : 27/10/2015

Feuille de personnage
Vos Pokémon:
Vos Objets:
Argent: 23 380$
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [cours phyto n°1] Baies et Pokébloc : la nature au service des performances [libre]  Dim 15 Nov - 11:57



Les cours.
Je veux dire, les vrais cours, dans des salles de classe, assit sur des chaises devant un bureau, entourés par une vingtaine d'élèves et surveillé par un machiavélique professeur, ça n'avait jamais été la tasse de thé d'Aaron. Sa scolarité avait été particulièrement bancale à cause de son handicap, et il avait fini par avoir des cours à domicile, ce qui lui plaisait largement plus que d'aller dans un grand bâtiment avec des centaines d'élèves qui de toute façon, ne lui adressaient jamais la parole.
Mais quand il s'agissait d'aller à un cours spécial qui se déroulait dans une serre au beau milieu du parc à côté de l'académie, l'originaire de Roche-sur-Gliffe ne pouvait pas dire non. Un cours sur les baies et les pokébloc, franchement, qui pouvait être ennuyé par ça ?

Il s'était levé de bonne humeur, pour une fois il n'allait pas dormir en classe, cette fois ci le sourd allait bien écout-. Ah, non, c'est pas ce que je voulais dire, il allait lire sur les lèvres et se concentrer sur ça, tout simplement.
Après une douche rapide, Aaron enfila un pantalon beige ainsi qu'un t-shirt noir, assez simpliste comme tenue, parfait pour aller en cours. Sa plaque militaire, une paire de chaussette, toujours ses vieilles baskets noires et il était prêt. Son sac en bandoulière contenait un grand carnet à feuilles détachables pour pouvoir prendre des notes et peut-être même communiquer avec les autres élèves s'ils en valaient la peine, quelques crayons et stylos, les Pokéballs de Kara et Lancelot et c'était tout. Il n'avait rien oublié alors il pouvait se rendre au rendez-vous.

Sur le chemin, l'originaire de Kalos laissa sa Ténéfix déterrer quelques cailloux pour qu'elle puisse se rassasier avant de rentrer dans sa Pokéball. Un cours avec autant d'élèves allait la rendre folle si elle restait en liberté. Il allait seulement garder Lancelot, toujours là pour l'aider puisqu'il avait insisté pour prendre son sac de cours tandis que l'éleveur se trimbalait l’œuf récupéré à la décharge. Tiens parlons-en de cet œuf, il se faisait attendre. Depuis quelques jours il n'arrêtait pas de bouger et toujours rien, pas un seul petit craquement de coquille. L'éleveur le surveillait de près, attendant avec impatience le moment où la petite créature qui vivait à l'intérieur allait se décider à sortir.

Une fois devant la serre, il fit rentrer la Ténéfix dans sa Pokéball et rentra dans l'enceinte. Des fleurs, des arbres, des odeurs à n'en plus finir. C'était la première fois que le brun venait ici, c'était la première fois qu'il voyait autant d'espèces végétales réunies sous le même toit en verre. Il marchait tranquillement vers le groupe d'élèves déjà bien installé au milieu des fleurs, il salua la professeure d'un mouvement de tête et il alla s'asseoir un peu plus loin, un peu à l'écart des autres. Madame Dupré, comme tous les autres professeurs, était normalement au courant du handicap d'Aaron et il n'avait pas à montrer le papier attestant de sa surdité. Lancelot quant à lui, déposa rapidement le sac à côté de son dresseur et il se mit en marche dans la serre, profitant des quelques minutes disponibles avant le début du cours pour mâcher quelques brins d'herbe.

avatar
Isabelle Dupré
Messages : 69
Nombres de Rp : 42
Date d'inscription : 03/10/2015

Feuille de personnage
Vos Pokémon:
Vos Objets:
Argent: 17 150 $
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [cours phyto n°1] Baies et Pokébloc : la nature au service des performances [libre]  Lun 21 Déc - 21:24

La professeur s'étant approchée, pu ainsi mieux distinguer les élèves qui venaient d'arriver. Il n'y en avait que deux pour l'instant ? Bien... elle fut un peu déçu, mais au moins, deux c'était mieux que zéro. Il s'agissait d'un garçon et d'une fille. L'un était assez bien bâti, l'autre était plutôt menue. Mais au delà de l'apparence, Isabelle était contente de donner un cours à un groupe mixte. Si elle n'avait eu à faire qu'à une majorité de garçon, elle se serait peut-être senti moins à l'aise, et à l'inverse elle se serait demandée si son cours n'attirait que les filles.

Bien, très bien. Elle ôta son chapeau de paille, pour au moins le début du cours et entamer les présentations. Elle révéla ainsi un peu plus sa chevelure brune, brillant au soleil, dont les rayons traversaient sans peine le toit de verre. Son couvre-chef se retrouva ainsi sur la tête du Tropius, qui semblait ne pas être dérangé plus que cela dans sa mastication, semblant même être habitué. Elle ôta enfin ses gants de jardinage, révélant ainsi des mains délicates, bien entretenues. Elle les posa dans un des paniers portés par Acacia.

Arrivés tous prêt d'eux, elle s'arrêta. Son pokémon plante fit de même. Elle fit une courbette pour les saluer, les mains jointes devant elle, tout en souriant.

"Bonjour ! Merci d'être venus. J'imagine qu'on n'attend personne d'autre, vu l'heure..."

Elle dévia rapidement son regard vers son ami, qui se contenta d'incliner la tête sur le côté. Elle se tourna de nouveau vers eux.

"Je vois que vous êtes chacun venu accompagné."

Dit-elle en observant les pokémons des élèves. Puis elle prit un ton enjoué.

"Ils sont adorables ! Et celui-ci, je me demande de quelle espèce il est, je n'en avais jamais croisé avant. C'est charmant." Remarqua-t-elle en dévisageant le Vivaldaim, tout sourire.

"Si vous voulez faire sortir d'autre compagnons, ne vous gênez pas, du moment qu'ils savent se tenir ou qu'il ne mettent pas en danger la serre de par leur physique. Vu qu'on est peu nombreux, ce n'est pas un problème, n'est-ce pas Acacia ?"

"Tro... Tropius..."
"Moi... c'que j'en dis hein..."


Un gargouillement de ventre venant du Tropius se fit entendre.

"Hihi. Bien... passons aux présentations. Je m'appelle Isabelle Dupré, j'enseigne la phytothérapie et la botanique dans l'académie. Je m'occupe aussi en partie de maintenir de bonne conditions dans la serre, avec d'autre jardiniers. J'y suis fréquemment, alors n'hésitez pas si vous avez besoin d'un conseil. Mis à part ça, le grand glouton à côté de moi là, il s'appelle Acacia, c'est mon collègue, mais aussi mon ami."

Elle le désignait avec un bras. Il y eut un blanc... elle lança un autre regard vers le type plante, qui ne semblait pas réagir. Isabelle le tamponna discrètement d'un coup de tibia dans le flanc et lui chuchota quelque chose.

"Dis bonjour gros bêta !..."

"Tro, Tropius Tropius... tropi tropus... tropiuuuus"
"Oui, bonjour bonjour... tout ça, voila quoi... bon sang j'ai tellement la dalle
"

Fit-il en courbant la tête surmontée du chapeau de paille, ce qui lui donnait un style plus distingué que d'habitude.

"Voila nous concernant. Vu que vous n'êtes que deux, je vais vous demander de vous présenter, comme on est en comité réduit ce sera plus sympa de mieux se connaître je trouve. Oh et j'aimerais également savoir ce que vous attendez de ce cours, et globalement de la matière, si cela ne vous dérange pas. S'il vous plait."
avatar
Morland F. Puissant
Messages : 89
Nombres de Rp : 67
Date d'inscription : 18/10/2015

Feuille de personnage
Vos Pokémon:
Vos Objets:
Argent: 12 400$
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [cours phyto n°1] Baies et Pokébloc : la nature au service des performances [libre]  Sam 2 Jan - 19:36

Ça fait pas beaucoup de monde, deux personnes.
On peut dire que la surprise de Morland fut grande lorsqu'elle vit les quelques élèves présents quitter la serre tandis que le cours commençait. Ces visiteurs avaient un instant donné l'illusion à notre chercheuse que son cours se déroulerait comme n'importe quel autre.
Coïncidence supplémentaire, le seul autre étudiant qui avait daigné venir écouter miss Dupré était encore une fois Aaron. Décidément, lui et Morland semblaient de plus en plus liés inextricablement par je ne sais quel fil quantique et cosmique ; trois fois qu'ils se croisent par hasard, que ce soit en extérieur, à un bal ou à un cours.
Pour le moment, Morland se contenta donc de se rapprocher du sourd, suivie de près par son petit Mélo, qui semblait épaté par la stature du grand Tropius.

L'enseignante commença à parler, se présentant et évoquant le fait que sortir plusieurs Pokémon ne serait pas gênant vu le peu d'élèves présents dans le cours. Notre demoiselle aux cheveux blancs jeta un regard à Nagel, toujours perché sur son épaule, qui semblait apprécier le ton apaisant de la jeune femme. Mélo, lui, poussa un petit cri se joie en levant sa patte en l'air lorsqu'il entendit le nom du Tropius.
Morland espérait franchement qu'il n'était pas en train de vouer un culte à ce Pokémon - ça allait être un peu compliqué d'évoluer dans la serre, sinon.

La chercheuse trouvait cette prof' vraiment agréable de premier abord : de plus, le temps se prêtait vraiment à un peu de jardinage. Si ce hobby plaisait à l'adolescente, il ne faisait aucun doute qu'elle reviendrait de temps en temps demander des conseils à cette dame à l'allure aussi élégante que cordiale.

Bon, par contre, elle faisait le coup des présentations, et encore heureux qu'il n'y avait que Aaron et qu'elle avait l'air sympa parce que bon, on va pas se mentir, Morland déteste les présentations. Cela dit, la jeune fille se dit qu'elle se présentait plus à la prof qu'à Aaron, puisque les deux se connaissaient déjà.
D'une voix d'abord un peu hésitante, puis plus assurée, la chercheuse se décida à commencer, en prenant soin de se mettre dans le champ de vision de Aaron, histoire qu'il puisse comprendre ce qu'elle racontait.

> Donc, euh, je m'appelle Morland, et je suis un cursus afin de devenir une chercheuse agréée, elle marqua une pause un moment, le temps de réfléchir, et j'ai quinze ans.

Ah mince, le reste. Morland avait complètement oublié, mais Nagel lui mordilla les cheveux pour lui rappeler qu'elle n'avait pas fini.

> Donc à mes pieds, le Mélo s'appelle Truc, (elle assumait plus ou moins), et le Chovsourir sur mon épaule est Nagel. Je suis venue à ce cours parce que... Je pense que cette matière est reposante, et qu'elle peut m'être utile pour m'occuper de mes partenaires, voire pour m'aider dans mes études, si je dois partir en expédition un jour. 'Fin, je dirais que je n'attend pas un cours traditionnel, mais quelque chose de moins théorique et de plus concret. Qu'on ne fasse pas qu'écrire et écouter. Puis je m'attends aussi à ce que mes connaissances en phytothérapie me servent de temps en temps quand même.

Voilà. C'est déjà bien assez. Morland se tut après avoir fixé demoiselle Dupré de ses clairs yeux bleus. Elle se demandait comment Aaron allait bien pouvoir s'exprimer. Un Pokémon télépathe serait bien utile à celui-là, tiens.


avatar
Aaron W. Cooper
Messages : 69
Nombres de Rp : 46
Date d'inscription : 27/10/2015

Feuille de personnage
Vos Pokémon:
Vos Objets:
Argent: 23 380$
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [cours phyto n°1] Baies et Pokébloc : la nature au service des performances [libre]  Jeu 21 Jan - 19:41



Coup d'oeil à droite, coup d'oeil à gauche.
Les autres élèves venaient de déserter la serre, est-ce que la prof' était tyrannique pour faire fuir autant de personnes en à peine quelques minutes ? Non ? Peut-être ? Comment dire... bien qu'être deux ne me dérangeait pas vraiment, je trouvais ça bizarre un cours avec seulement deux élèves. Apparemment, celle qui était en face de nous ne s'en souciait pas trop et elle commença son cours sans attendre.

Le moment le plus difficile dans un cours, c'est d'essayer de comprendre le charabia d'une prof' qui semble avoir oublié d'articuler. Lancelot était revenu à mes côtés et lança un petit cri de joie suite à (sûrement) une remarque de la demoiselle, j'étais trop concentré à essayer de déchiffrer ce qu'elle disait pour en plus essayer de comprendre mon Pokémon. Elle se présenta puis désigna le Tropius à ses côtés, sûrement l'un de ses Pokémons, elle était professeur en botanique et vivait dans la serre. Uh, j'avoue que j'avais pas tout compris sur ce passage là, c'était une ermite qui vivait dans une serre ? Pourquoi pas. Elle demanda ensuite à ses deux élèves de se présenter. Morland -Arceus merci- pris la parole en première, le temps pour moi de fouiller dans mon sac afin de sortir un papier officiel attestant de ma surdité et de mon handicap pour parler à voix haute.
Morland avait fini son petit résumé et je sentais maintenant le regard pesant des deux demoiselles qui me voyaient fouiller dans mon sac sans prendre la parole pour m'excuser. J'aurais du chercher ce foutu papier avant de rentrer dans la serre...

Je brandissais la feuille blanche tachetée d'encre, une signature de médecin illisible sur le bas de la page. Je commençais à me lever pour apporter l'ordonnance à madame Dupré. Lancelot s'en saisit pour l'apporter à ma place, il en profita pour regarder le Tropius de plus près. Un collègue de type plante, évidemment qu'il était heureux. Je laissais la prof' survoler le papier administratif. Il y avait presque toutes les informations qu'elle souhaitait. Aaron W. Cooper, âgé de 16 ans et né un 17 août. Souhaite étudier à Gakuen dans la branche de l'élevage.

Qu'est-ce qu'elle voulait s'avoir d'autre déjà... Ce qu'on attendait de son cours, enfin je crois qu'elle avait dit ça. Je sortais un grand cahier et un marqueur pour pouvoir communiquer plus facilement avec elles. Le temps que madame Dupré finisse de lire les papiers, je gribouillais ce que j'attendais de ce cours avant de retourner le cahier vers la prof'.

Aaron a écrit:
Cours important pour mes études

Simple, clair et précis. Je ne pouvais pas écrire plus sans faire un roman. Maintenant qu'elle était au courant, avec un peu de chance, elle allait articuler un peu plus.



hors rp:
 
avatar
Isabelle Dupré
Messages : 69
Nombres de Rp : 42
Date d'inscription : 03/10/2015

Feuille de personnage
Vos Pokémon:
Vos Objets:
Argent: 17 150 $
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [cours phyto n°1] Baies et Pokébloc : la nature au service des performances [libre]  Mer 10 Fév - 17:16

Isabelle écoutait attentivement la présentation de la fille, tandis que d'autres enfants se dispersaient dans la serre pour s'y promener, ou d'autres qui en sortaient immédiatement après être rentrés, surpris sûrement de la tenue d'un cours en un tel endroit. Cette fois-ci elle pouvait se permettre de laisser un peu de côté le regard sur la surveillance globale de la serre. Les autres jardiniers étaient au courant de son cours et ils étaient un peu plus vigilant que d"habitude, même si l'enseignante restait disponible pour tout évènement sérieux.

"Bonjour Morland ! Mais aussi Nagel et ... Truc, c'est bien ça ? C'est assez original comme nom, et je le trouve plutôt mignon en fait !" Fit-elle en souriant. "Concernant la théorie, j'ignore si le domaine en question en compte moins que la pratique, mais ce que je peux dire, c'est que l'environnement est assez diversifié pour s'y perdre et qu'il est toujours bon de savoir ce qui nous entoure. Mais oui tu as raison, nous somme dans le vif du sujet, il n'y aura pas de calculs ni de dissertations à faire. Je prévois principalement de l'observation et de la manipulation, saupoudrée d'une pointe de connaissance bien sûr. En tout cas pour ce premier cours, ne vous en faites pas, je ne vous assommerais pas avec toute une liste de variétés de plantes. On y viendra progressivement, rien ne presse..."

La patience, c'était bien une des qualités que l'on pouvait attendre de l'experte en plante. Tout comme les fleurs poussent à une vitesse différente pour s'épanouir, les élèves apprenaient chacun à leur rythme, eux aussi pour s'épanouir à l'arrivée. En gros elle devait s'occuper des élèves un peu comme des plantes. Elle avait bien choisit sa matière, s'était-elle dite.

A son tour, l'autre élève se mit à fouiller, sortant une feuille de papier qu'il tendit. Le pokémon qu'elle trouvait adorable s'empara du bout de papier, non pas pour le mâchouiller comme l'aurait fait Acacia en temps normal, mais pour lui apporter en main propre. Elle trouvait ceci très attachant. Elle se pencha alors et d'une main elle prit le papier, d'une autre elle caressa délicatement la tête du faon.

"Merci à toi, c'est très gentil."

Se mettant ainsi à lire le contenu du document, elle prit une mine quelque peu surprise surmontée d'un "oh ?". Elle leva de nouveau les yeux et aperçu ce qui était noté sur le cahier. Comprenant vite fait et semblant à côté de la plaque elle se mit à expliquer d'un air désolé en articulant un peu plus :

"Oh Aaron ! Pardon, je n'avais pas fait attention ! Bien sûr je suis au courant, ne t'en fais pas. Il fallait bien que je te rencontre avant de me rendre compte qu'il s'agissait de toi. Je vais faire un effort pour que tu comprenne tout, vu que ce cours est important pour toi. Encore désolée !"

Bien, à présent que les présentations venaient d'être faites, inutile de s'attarder plus longtemps et de commencer sur le vif du sujet.

"Bien ! Première chose que nous allons faire, il s'agit de la cueillette. Je vais vous donner à chacun une feuille avec des images de baies, ce sont des baies très communes, à vous ensuite de trouver chacune d'entre elles dans cette rangée d'arbustes."

Dans un des paniers portés par le Tropius, elle sortit deux feuilles mais aussi deux petits paniers en osier qu'elle tendit à chacun d'eux. Sur la feuille était présente six images de baies :

CerizMaron
PechaFraive
WilliaOran


"Prenez-en deux ou trois de chaque, vu qu'elles sont assez petites. D'ailleurs si je pouvais donner un conseil pour cueillir les plus mures, elle se détachent assez facilement si on tire dessus doucement. Quand vous aurez tout rassemblé on se regroupera de nouveau pour passer à la suite. Si vous avez du mal à trouver un baie en particulier, venez me prévenir, je vous indiquerai où se trouve l'arbre. Sur ce ! Bonne cueillette !"


Dernière édition par Isabelle Dupré le Mer 6 Avr - 10:22, édité 1 fois
avatar
Morland F. Puissant
Messages : 89
Nombres de Rp : 67
Date d'inscription : 18/10/2015

Feuille de personnage
Vos Pokémon:
Vos Objets:
Argent: 12 400$
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [cours phyto n°1] Baies et Pokébloc : la nature au service des performances [libre]  Ven 11 Mar - 13:23

Spoiler:
 

Morland, petit papier et mignon panier en main, afficha un sourire serein. Voilà une activité tranquille et agréable ; la cueillette. Sans se presser, l'adolescente avança un peu, et s'assit en tailleur derrière un arbuste pour étudier la feuille de plus près.
Chose amusante, Morland avait toujours trouvé que les baies parlaient d'elles-même. Enfin, c'est un peu abstrait, évidemment... Mais par exemple, une baie Ceriz, que ce soit dans son nom ou de par son apparence, évoque en tout point l'électricité. Elle a dans son allure une sorte de spontanéité un peu tordue, petite, colorée vivement et agressive dans son nom. Par opposition, la baie Maron représentée juste à côté paraissait paresseuse et rondouillarde, rappelant vaguement la forme d'un Ronflex fainéant. Même son nom, Maron, a quelque chose d'inarticulé. Comme un mot prononcé par une personne pas matinale, tout juste sortie de son lit.

Morland s'était souvent demandée si ces réflexions sur les mots et les apparences lui venaient grâce à son éducation. Les mots sont-ils des idées, ou bien imposent-ils des idées ?

Si je dis que le mot Mélo évoque quelque chose d'enfantin, de peu agressif en la présence de consonnes toutes douces et tendres, si je dis que c'est un peu gamin, un peu mignon comme mot, Mélo. Est-ce parce que petite, on m'a appris qu'un Mélo est petit, rose et adorable, ou est-ce parce que ce mot a réellement une aura chaleureuse et douce ?
C'est quand même assez amusant et casse-tête comme réflexion. On pourrait penser que les premiers hommes, pour qualifier un danger, on créé un mot cruel et bourré de lettres méchantes comme le K, le R (mais pas celui de Maron, celui de Ceriz), des lettres qui frappent, dynamiques et vivantes. Inversement, face à une créature pacifique, ils auraient préféré créer un terme doux et gentil aussi. Avec des consonnes tranquilles et coulantes, le N, le M, le L. Miel. Mélo.

Mmmh.

Voilà qu'en plein cours de phytothérapie, face à la simple tâche qui impliquait de cueillir des baies, Morland se perdait dans les méandres de la philosophie du langage.
Décidant que sa propriétaire avait cogité trop longtemps, Mélo se mit a escalader ses cuisses et lui tapota les bras, l'air de dire : non mais sérieux, pour une fois qu'on te donne un job facile, tu préfères te compliquer la vie.
Sortant brutalement de ses réflexions, la chercheuse se releva d'un coup, et regarda de nouveau la liste, avant de faire un demi-tour parfaitement maîtrisé. Comme d'habitude, sa mémoire ne la trompait pas : les baies Willia étaient là. Constellées de petites taches vertes, comme le pelage d'un Leopardus, en moins, euh, violet.

Morland chercha donc des spécimens bien mûrs et les fourra dans son panier. Elle ne se souvenait plus vraiment de la propriété de la baie Willia. Ayant déjà étudié dans une école de dresseurs, les baies basiques lui avaient été présentées assez tôt dans sa vie : mais franchement, à cet âge-là, la petite morveuse n'en avait foutrement rien à faire. Les plus mémorables avaient bien évidemment été les Ceriz, Oran et Pecha. Après tout, ce sont celles qu'on a le plus souvent le loisir d'utiliser.
Nan sérieux, faut vraiment avoir la poisse pour que son Pokémon GÈLE. Pauvre bête.

Durant sa petite promenade, Morland s'étonna franchement de la variété de baies présente dans la serre. Certaines avaient une apparence totalement inédite pour notre passionnée de nature, et elle se retenait fort d'en attraper quelques exemplaires pour les présenter à la demoiselle Dupré de l'autre côté. Enfin, quoi qu'il en soit, il ne fut pas difficile de trouver les baies Ceriz, si rouges qu'il était impossible de les rater, et les baies Fraives, juste à côté des Ceriz.
Morland galéra un peu à trouver les baies Oran ; elles étaient proches des baies Fraive, mais leur couleur aussi bleutée que ces dernières rendit confuse la chercheuse qui avait de prime abord confondu les deux baies. Bon, elle n'avait pas non plus très bien regardé, on doit bien l'avouer.

Dans le dos de son humaine, Mélo ramassait toutes les baies à sa portée et les fourrait dans sa bouche, s'octroyant un festin gratuit et délicieux. Heureusement pour le petit Pokémon, il semblerait que les jardiniers avaient pris soin de ne pas laisser les baies dangereuses à la portée des petits Pokémon, que l'on voyait de temps en temps circuler librement dans la serre. L'innocente créature avait le visage barbouillé de bleu et de rouge, mais surtout de pêche. Qui pourrait ne pas aimer le goût sucré de la baie Pecha, après tout ?

Au bout d'un bon quart d'heure (bon ok, vingt minutes en comptant le petit moment de réflexion), Morland avait rempli son petit panier en osier. Porter un accessoire pareil lui paraissait vraiment cocasse : elle se serait crue à Floraville. Niaiserie maximale. Mais bon, quelque part, sans se l'avouer, elle aimait bien cette situation quand même.
Contente de sa cueillette et relaxée, l'adolescente revint se poster devant son professeur, en posant le panier de baies à ses pieds.

C'est en voyant le visage barbouillé de son compagnon que la chercheuse écarquilla de grands yeux et se démena pour trouver un tissu ou un mouchoir, avant d'essuyer la bouche du Mélo en s'excusant. Nagel s'étira paresseusement sur l'épaule de l'humaine, humant avec délice les senteurs de la serre.

Mélo, lui, se disait que ça valait bien le coup de se faire enguirlander, en échange d'un banquet pareil.
avatar
Aaron W. Cooper
Messages : 69
Nombres de Rp : 46
Date d'inscription : 27/10/2015

Feuille de personnage
Vos Pokémon:
Vos Objets:
Argent: 23 380$
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [cours phyto n°1] Baies et Pokébloc : la nature au service des performances [libre]  Ven 11 Mar - 21:44



Bien, au moins une chose de réglé, maintenant j'allais pouvoir me concentrer sur le cours. Il commença réellement quand Mme.Dupré nous expliqua brièvement que la première chose à faire pour étudier les baies, c'était de les cueillir. Elle aurait très bien pu les cueillir elle-même, nous les montrer, nous laisser chercher quelles baies correspondaient à quels effets connus mais elle avait une meilleure méthode pour nous apprendre les bases. La cueillette. Quelque chose qui n'avait pas du tout l'air déplaisant à faire, errer dans les allées de la serre, cherchant quelques arbres à baie, cueillant deux trois échantillons pour ensuite venir les étudier ici.
Je survolais rapidement la feuille où six baies étaient représentées, avec seulement leur nom inscrit au dessus d'elle. Simple et précis, Lancelot était prêt à partir, il avait déjà saisit le panier en osier et si je ne l'avais pas retenu par la patte arrière gauche, il n'aurait jamais entendu les dernières explications du professeur (enfin, je suis même pas sûr qu'il puisse comprendre quelque chose, mais j'ai l'impression d'être un bon dresseur en le gardant près de moi).
On devait seulement prendre deux ou trois variétés, pas la peine d'avoir la même baie en vingt exemplaires non plus, pour éviter le gaspillage. Elles pouvaient toujours être utiles pour d'autres, comme des dresseurs voulant quelques baies Oran pour leur futur matchs à venir. Mme Dupré rajouta que les baies les plus mures étaient celles qui se détachaient le mieux de l'arbre, c'était toujours bon à savoir. Les explications étaient enfin terminées, on pouvait partir. Je lâchais la patte de Lancelot qui se précipita dans l'allée que la prof' nous avait indiqué.

Alors, alors, qu'est-ce qu'on devait chercher. Ceriz, Maron, Pecha, Fraive, Willia et Oran. Des baies vraiment basique, parfait pour commencer un cours de phyto quand on est débutant. Est-ce que Mo' était débutante en baie ? Aucune idée, je lui aurais bien demandé mais je venais de trouver ma première baie -par pur hasard, en relevant juste la tête au bon moment-. Plusieurs arbres portant des baies fraives poussaient ici. Lancelot déposa le panier en osier à mes pieds avant de goûter une baie à sa hauteur. On utilisait plusieurs adjectifs pour décrire le goût d'une baie, elle pouvait être épicée, sèche, sucrée, acide et quoi d'autre déjà... Lancelot secoua ses babines dans tous les sens, grimaçant. Amère, les baies pouvaient être amères. Je rigolais et pendant que mon Pokémon mangeait quelques brins d'herbe pour faire passer le goût, je tirais sur les fruits pour en ramasser quelques échantillons bien murs. Moi non plus j'aimais pas trop les choses amères, le seul légume auquel je pense quand on me dit amer, c'est les endives et honnêtement, y'a que les cochons d'inde qui aiment les endives.

Continuons notre chasse aux trésors. Je regardais les photos des baies et honnêtement, je ne savais pas trop vers quoi me diriger. Si on devait se limiter à quelques baies, je devais choisir les plus intéressantes. Elles soignaient toutes un problème de statut excepté pour la baie Oran. Intéressant alors ? Oui ! Malheureusement, j'avais beau regarder les plants de baie, rien ne ressemblait à des baies orans. Je me retournais pour communiquer avec Lancelot, celui-ci était accroché à une baie Maron, il essayait de croquer le fruit mais celui-ci ne voulait pas céder. Je l'ai aidé à décrocher la baie, elle opposa une certaine résistance ce qui voulait dire qu'elle n'était pas du tout mure. Tant pis pour lui, il la voulait, maintenant il la mangeait. La peau était plutôt coriace mais une fois percé le jeune daim ne semblait pas déçu. J'en ramassais des plus mures pour pouvoir les analyser après. Avec un peu de chance on allait pouvoir les goûter nous aussi. Pour le moment je laissais Lancelot profiter.

Le panier était déjà bien rempli et pour éviter d'écraser les baies qui se trouvaient en dessous je devais faire attention à prendre des baies un peu moins lourdes. Peut-être que les baies pêchas pouvaient faire l'affaire. Légèrement rosée, sucrée, soignant l'empoisonnement, une baie qui était et est toujours très appréciée par les dresseurs et les Pokémons.
Je m'agenouillais pour récolter quelques baies, malheureusement, l'une se détacha presque automatiquement, s'écrasant sur mon pantalon. GENIAL. MERCI LA BAIE. Et en plus de ça, elle était à moitié pourrit. J'enlevais le superflu avec ma main, j'avais une grosse tâche sur la jambe et rien pour l'essuyer, rien pour m'essuyer les mains non plus... Tant pis, je les frottais rapidement sur mon t-shirt pour qu'elles sèchent rapidement, je ressemblais à un vrai jardinier maintenant. J'avais trois spécimens de baies, je pouvais retourner au près de la prof'.

Au moins j'avais appris qu'il fallait se méfier des baies pêchas et que Lancelot n'aimait pas l'amertume de la baie Fraive.

avatar
Isabelle Dupré
Messages : 69
Nombres de Rp : 42
Date d'inscription : 03/10/2015

Feuille de personnage
Vos Pokémon:
Vos Objets:
Argent: 17 150 $
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [cours phyto n°1] Baies et Pokébloc : la nature au service des performances [libre]  Mer 16 Mar - 14:48

Chacun d'eux examina sa feuille en silence, même si au fond c'était un peu idiot de dire ça pour Aaron qui n'avait d'autre choix que d'être silencieux... le pauvre. Quoique... il n'était peut-être pas mué en fait. Juste sourd ? Elle ignorait comment cela se passait en fait, car c'était bien la première fois qu'elle rencontrait une personne avec un tel problème. A noter le fait qu'elle le considère comme un "problème", peut-être n'en était-ce pas un au final. Du moment qu'il arrivait toujours à communiquer. Puis au fond il fallait y penser, mais au moins il était au calme, sans bruit pour le déranger. Hé ! En fait c'était pas si bête d'être sourd !

...

Non en fait ce dernier commentaire risque d'être mal vu, alors tentons de le faire oublier avec un prochain paragraphe. Hop!-

-Là, à ce moment les deux élèves se mirent à chercher dans les rangées, accompagnés de leurs amis respectif, rose, gonflant et flottant ou vert, foulant l'herbe avec des sabots. A ce propos, le sol du bâtiment au même titre que le parc étaient parcourus de multiples empreintes. S'y mêlaient les traces de différentes chaussures, des baskets en passant par les rangers ou sinon des pattes à trois doigts voire des coussinets de Pokémons. En fervente exploratrice qu'elle était devenue, l'originaire de Cimetronelle avait pris l'habitude de pister ces traces, tout en allant faire sa cueillette chaque jour. Les empreintes de Dynavolt, de Linéon ou encore plus rarement d'Absol, elle ne les connaissait que trop bien. C'était ce qu'il y avait de plus fréquent. Par moment elle en trouvait d'autres, souvent accompagnées de traces de chaussures, signe du passage d'un dresseur occasionnel. Toutefois, dans la serre plus que n'importe où, ces enfoncements dans le sol était beaucoup plus dense et formaient par moment des figures géométriques plutôt originale. Fait étonnant, elle cru reconnaître la silhouette d'un Magby dans tout ce méli-mélo, était-ce un hasard, ou bien pensait-elle à quelque chose en particulier ? Allez savoir.

Pendant que ses chers élèves s’attelaient à la recherche et cueillette des fameux fruits, Isabelle en profita pour se relâcher un peu. Elle s'étira et se mit à bailler faiblement. C'était pas de tout repos d'être prof et de s'occuper de toute cette serre, même si le cadre était quand même idyllique et propice à la quiétude. Elle en profita par la même occasion pour caresser son ami pendant qu'elle observait ces petites mains en train de décrocher les baies qu'elle avait recommandées.

"Ils se débrouillent bien quand même non ? T'en penses quoi Cassy ?"

Le concerné ignora la question et se contenta de baisser la tête et de bousculer un peu sa maîtresse au niveau des hanches comme pour réclamer quelque chose. La prof se mit à rigoler et prit la grosse tête tropicale dans ses mains avant de la soulever de nouveau et de l'écarter un peu.

"Hoho ! Mais mon grand c'est pas encore l'heure, tu vas devoir attendre un peu. Tu sais bien ce qu'a dit l'infirmière au centre Pokémon la dernière fois, une fois toutes les deux heures, pas toutes les demi-heures ! Hmm ?"

Juste après Isabelle piocha dans un des paniers transportés par son pokémon. Elle sorti une bouteille d'eau fraîche et profita de cet instant pour boire quelques gorgées avant de tout remettre en place. Ensuite elle partait un peu à droite et à gauche pour vérifier l'état de certains arbustes. Elle passait ainsi à quelques reprises tout prêt de ses apprentis jardiniers, qu'elle évitait tout de même de déranger. La demoiselle faisait son petit train train quotidien, passant un coup d'arrosoir par-ci, arrachant une feuille morte ou une mauvaise herbe par là. Il était important de toujours entretenir cet endroit pour qu'il reste frais et agréable à regarder !

Lorsqu'elle remarqua que les élèves avaient terminé, elle se dirigea de nouveau là où était resté son Tropius, reposant le sceau Wailmer qu'elle avait utilisée tout à l'heure. Elle fit de nouveau face à son audience et leur sourit.

"Alors, bonne cueillette ?"

Elle s'approcha un peu pour examiner les baies récoltées dans chaque panier. Elles semblaient assez mûres visiblement, sauf peut-être une ou deux qui visiblement semblaientt un peu trop "vertes" encore. Juste à la limite cependant. Mais on reconnaissait bien lesquelles étaient mûres, déjà par leur couleur, parfois des taches par endroit. Parfois même il y avait des zones un peu trop molles, un peu pourries aussi mais ce n'était pas bien grave - d'ailleurs c'était quoi cette tache sur le pantalon d'Aaron ? Isabelle pensa qu'il faudrait prévoir des tabliers pour les élèves au prochain cour. Ouep, ouep... surtout que les parents après, ils ne sont pas content quand ils voient ça. Ils vous grondent pour des tâches d'herbe au niveau des genoux et ils vous interdisent d'aller jouer dehors après, c'est triste. Heureusement c'est pas tout les parents, et Isabelle le savait bien pour avoir un père et une mère plutôt cool ! Mais où en étions-nous déjà ? Ah oui le cours...

Certains fruits aussi étaient picorés par des oiseaux ou bien croqués par d'autres insectes. On pense à tort laisser de côté de tels fruits malmenés, mais pourtant le fait est que si d'autres se sont régalés avec, cela signifiait que c'était bon signe de la qualité du produit. La jeune botaniste tenait vraiment à ce que la méthode de croissance et d'entretien de tous ces végétaux reste bio, pour la bonne santé de tout le monde. Et puis c'était moins cher, quoique demandant plus de surveillance et donc plus fatiguant. Mais vous savez, quand vous êtes passionné...

L'originaire d'Hoenn décida alors de passer à l'étape suivante. Elle prit à son tour le même exemplaire de feuille qu'elle leur avait donné. Ils avaient des baies chacun dans leur petit panier, maintenant ils devaient apprendre à quoi servait ce qu'ils avaient entre les mains. Sans aucun doute connaissaient-ils un minimum à ce sujet, de toute façon ce cours enseignerait les bases, et puis on n'était jamais au courant de tout, il faut l'avouer. Ils auront sûrement des questions quand elle leur expliquera en détail. Ou bien...

Ou bien, allait-elle justement leur demander à eux ? Héhé ! Oui c'était sûrement une bonne idée de jauger de la sorte.

"A présent je vais vous demander à chacun de me dire ce que vous savez sur ces baies là, tout ce que vous pouvez m'en dire, de leurs vertus médicinales en passant par leurs qualités culinaire. Inutile de trop vous étaler non plus, on laissera ça pour les cours de cuisine ou de soin aux pokémons, il y a de meilleurs professeurs que moi pour vous expliquer tous ces aspects. N'hésitez pas à les goûter, et surtout à les faire goûter à chacun de vos Pokémon. Chacun réagit différemment selon le goût."

Pile à ce moment elle sentit Acacia agripper le haut de la feuille de papier entre ses lèvres et tirer. Sa maîtresse qui avait l'habitude tira dans l'autre sens. La feuille se déchira. Elle inclina la tête vers le bas, une main cachant partiellement son visage, l'air désespérée. Elle se mit à soupirer. Isabelle forma alors une boule de papier avec ce qui lui restait entre les mains, et la logea dans la bouche de l'herbivore qui se mit à ruminer. Elle tapota contre son long cou du plat de la main, et elle rajouta vers Aaron et Morland.

"Enfin... il y a certains cas qui restent énigmatique et qui mangent de tout et n'importe quoi. Hein Cassy ?"

"Tro-mium-num-num."

Marmonna-t-il, imperturbable.


Dernière édition par Isabelle Dupré le Mer 6 Avr - 10:21, édité 1 fois
avatar
Morland F. Puissant
Messages : 89
Nombres de Rp : 67
Date d'inscription : 18/10/2015

Feuille de personnage
Vos Pokémon:
Vos Objets:
Argent: 12 400$
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [cours phyto n°1] Baies et Pokébloc : la nature au service des performances [libre]  Sam 19 Mar - 14:17

Morland était comme happée par le spectacle du Tropius de mademoiselle Dupré. Le Pokémon mastiquait son morceau de papier comme si il s'agissait d'un fruit, paisible. Petite, notre chercheuse grignotait aussi petit bout par petit bout ses feuilles de papier et autres cartes machinalement, sans y penser.

Elle avait trouvé en la présence du Tropius un autre être à même de la comprendre.

Mais quoi qu'il en soit, la première chose à comprendre avant tout, c'était les différents goûts des baies. Pas trop capricieuse en matière de nourriture, Morland ne se plaignait pas de cette dégustation improvisée. De plus, elle avait assez de baies pour ses deux compagnons et elle.
Consciencieusement, l'adolescente dressa le portrait mental de tout ce qu'elle savait sur les baies qu'elle avait en face d'elle. Ce n'était pas bien compliqué, étant donné qu'il s'agissait de connaissances de bases pour tout dresseur. La baie Pecha soigne l'empoisonnement, la baie Ceriz la paralysie, la baie Maron le sommeil, la baie Fraive le gel, et la baie Oran soigne. Tout court.
...
En revanche, gros trou de mémoire pour la baie Willia dont Morland ne se souvenait pas. Il faut dire qu'elle n'apparaît pas souvent dans les cours théoriques des dresseurs.

Après avoir un peu réfléchi, la chercheuse décida qu'elle prendrait la parole après avoir goûté les baies en compagnie de ses Pokémon. Elle savait d'office que la baie Pecha avait un goût très agréable et sucré en bouche. Du coup, elle la garda pour la fin.

Baie Ceriz.
La couleur évoquait déjà quelque chose d'assez piquant. Tour à tour, Truc, Nagel et Morland firent goûter à leurs papilles cette saveur... Chaleureuse.
Morland haussa simplement les sourcils. L'adolescente n'était pas très sensible aux épices et il aurait fallu lui verser une bouteille entière de tabasco dans la bouche pour la faire réagir.
Nagel, lui, n'eut aucune réaction pendant quelques secondes, avant de s'envoler soudainement pour haleter en compagnie de Truc qui courait un peu partout.
En tant que petits Pokémon, ils devaient être bien plus sensibles au goût de la baie Ceriz qui se faisait plus discret dans la bouche d'un humain.

Baie Maron.
Les trublions finirent par se calmer et procédèrent à la dégustation de la baie Maron. Tous les trois mastiquèrent un instant, étonnés de la consistance sèche de la baie et de son absence de goût -pourtant, cuisinée, elle était réputée pour être un délice. Truc finit par la recracher, tandis que Morland trouvait fascinant qu'une baie puisse ne pas être juteuse du tout.

Baie Fraive.
Alors là, une catastrophe. À peine avait-elle goûté à la baie que Morland se mit à tousser comme une pauvre femme empoisonnée. Elle grimaça jusqu'à la dégustation d'après, comme si on l'avait forcée à boire du café noir, sans sucre. Truc eut à peu près la même réaction. En revanche, Nagel n'eut pas l'air de rejeter le goût amer de cette étrange baie, il parut même l'apprécier.

Baie Oran.
Sans doute la baie la plus particulière. Morland la trouva délicieuse, tandis que Nagel semblait ne pas vraiment la trouver à son goût : Truc resta un peu silencieux, pas très certain de la réaction à avoir. Il semblerait que la baie Oran possède un goût qui diffère selon le spécimen goûté ; globalement, il est indéfinissable.

Baie Willia.
Morland grimaça comme après avoir mangé un citron, mais sans trouver le goût désagréable. Truc se mit à pleurnicher à cause de l'acidité, et Nagel continua à mastiquer la baie sans la moindre réaction.

Baie Pecha.
Globalement, un très grand succès. Tout le monde aime la baie Pecha. Le Mélo arrêta instantanément de pleurer et Morland se félicita d'avoir gardé cette baie pour la fin.

Après la fin de la dégustation, la chercheuse rassembla ses idées. Elle regarda un peu autour d'elle, remarquant au passage la grosse tache sur le pantalon d'Aaron -voilà un truc qui sera difficile à nettoyer. Il faut dire que la jeune fille avait été chanceuse sur le coup. Finalement, s'assurant que personne ne comptait parler avant elle et que le moment était adapté pour s'exprimer, l'étudiante parla de ses connaissances en terme de baies.

> Bon, je vais commencer je suppose... Je connais les propriétés de toutes ces baies sauf celle de la baie Willia (je m'en souviens plus)... La baie Oran soigne les Pokémon, la baie Ceriz guérit la paralysie, la baie Pecha guérit l'empoisonnement, la baie Fraive le gel, la baie Maron le sommeil, et voilà.
Pour ce qui est des goûts, on a cru remarquer -mes Pokémon et moi- que la baie Ceriz est épicée, la baie Pecha sucrée, la baie Fraive (très) amère, la baie Willia est acide, et la baie Maron... Elle a une texture très sèche. Par contre, je n'arrive pas à dire quel goût a la baie Oran.


Morland se tut ensuite, en regardant Aaron. Elle espérait qu'il trouverait une alternative pour se faire comprendre. En tout cas, le professeur était au courant de sa surdité, maintenant.
avatar
Aaron W. Cooper
Messages : 69
Nombres de Rp : 46
Date d'inscription : 27/10/2015

Feuille de personnage
Vos Pokémon:
Vos Objets:
Argent: 23 380$
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [cours phyto n°1] Baies et Pokébloc : la nature au service des performances [libre]  Mer 30 Mar - 20:54



Le cours se poursuivait calmement, enfin, je supposais qu'il était calme. Même si c'était peu probable, il pouvait toujours y avoir des éléments perturbateurs comme des enfants par exemple, criant parce qu'ils venaient de trouver un Aspicot en train de manger une baie Pêcha. Ce que je voulais dire par calme, c'est que contrairement à des cours de maths ou de philo (non je vise pas que les cours chiants), je pouvais me reposer un peu la tête. J'écoutais les consignes de Madame Dupré, la suite du cours était également assez simple, dire tout ce que l'on savait sur les baies que l'on avait ramassé. Etant donné que c'était les baies de base, la partie théorique allait être vite réglée, le plus intéressant résidait dans la deuxième partie. Goûter les baies ? Ça n'avait pas échappé à l'oreille attentive de Lancelot qui était déjà prêt à fourrer sa truffe dans le panier en osier.

Je n'allais pas m'embêter à choisir la baie, j'ai simplement pris la première qui me venait dans la main, en l'occurrence, la dernière que j'avais récolté. La baie Pêcha.
Afin de répondre aux questions que Madame Dupré venait de nous poser, j'arrachais quelques pages de mon bloc note pour pouvoir noter tout ce que je pouvais sur chacune des baies.

Lancelot était impatient de commencer la dégustation, je pouvais facilement le comprendre, mais vu que maintenant je me méfiais des baies pêcha, je tendis le premier fruit vers Lancelot qui ne s'embêta même pas à enlever les feuilles. J'espérais qu'elles n'étaient pas toxiques pour lui ; le Pokémon se mit à sourire, il aimait bien les baies Pêcha, il fallait le comprendre, elle était légèrement sucrée, tendre quand elle était bien mûre et en plus de ça, elle soignait l'empoisonnement. C'est trop la classe de soigner l'empoisonnement, c'est dire non à tous les Pokémons poisons et y'en a quand même un paquet de Pokémons poisons. J'enlevais délicatement les petites feuilles accrochées sur le haut du fruit avant de croquer à mon tour dans la baie pêcha. Vraiment pas mal, quand elle n'avait pas décidé de me sauter dessus et de me tâcher mon pantalon en tout cas.
En ce qui concerne la cuisine, les baies de base gardaient leur couleur une fois transformées, c'est à dire qu'une baie pêcha une fois cuisinée en poffin restait rose. Je pris mes crayons de couleur et commençais à gribouiller mes réponses sur une feuille. Lancelot me regardait patiemment -même s'il n'avait qu'une envie, manger la prochaine baie-.

Deuxième baie, la maron.
Qu'est-ce qu'on pouvait bien dire sur celle-ci, elle soignait le sommeil, était plutôt coriace à manger, mais entièrement comestible donc autant ne pas se priver. Lancelot avait déjà goûté cette baie mais -comme on est jamais trop sûr-, il en reprit une autre, faisant une tête une fois de plus satisfaite. Apparemment il n'était pas trop compliqué au niveau des baies. Une fois de plus, cuisinée elle pouvait donner un Pokébloc bleu ou un poffin sec. Une fois de plus, je saisissais une feuille pour marquer mes petites remarques sur la baie, Lancelot commença à ricaner, quoi, ils étaient pas beau mes dessins ?!

Et pour finir, la troisième baie, que je n'avais pas du tout, mais alors pas du tout envie de goûter.
L'amertume était vraiment un goût ignoble, comment des personnes pouvaient aimer manger un truc qui a le même goût qu'un Méganium resté trop longtemps au soleil. Je soufflais légèrement, je devais quand même faire l'effort de goûter. Lancelot se jeta dessus comme pour les autres. Pendant qu'il mastiquait doucement, je me mis à réfléchir. Cette baie était connue pour soigner les brûlures, amère bien entendu et une fois cuisinée elle-Lancelot venait de recracher la baie dans le panier. Mais... mais non, pas dans le panier ! Mais pourquoi... Je pris la baie à moitié mâché pour la jeter un peu plus loin, ne faisant même pas attention aux personnes qui nous entourait. Eh bah bravo, y'avait de la bave sur toutes les autres baies qui étaient restées dans le panier, j'espère que t'es fier de toi Lancelot. "Heureusement", une baie m'attendait à côté du panier. Je croquais dedans avant de mastiquer doucement. Non, non, non, pas moyen, je crachais sur le côté mon morceau de baie, affreux, ignoble, immangeable. Je marquais mes observations sur une dernière feuille blanche, en rajoutant le fait qu'une fois cuisinée, on obtenait des pokéblocs verts et des poffins amers.

Quand j'ai relevé la tête, Morland avait déjà commencé à présenter ses baies. Tant mieux, comme ça je pouvais finaliser mes gribouillages. Lancelot me tapota la jambe pour me dire que c'était à mon tour. Je me suis redressé sur mes genoux pour être légèrement en hauteur, comme ça Morland et Madame Dupré pouvait voir sans problème. Je faisais passer mes petits schémas les uns après les autres, marquant un temps d'arrêt entre chaque "diapo" pour les deux femmes puissent correctement lire ce que j'avais marqué.


Lancelot acquiesça à chaque diapo, même s'il n'en comprenait aucune, il avait remarqué que je m'étais appliqué pour le dessiner, et ça lui faisait quand même vachement plaisir.

avatar
Isabelle Dupré
Messages : 69
Nombres de Rp : 42
Date d'inscription : 03/10/2015

Feuille de personnage
Vos Pokémon:
Vos Objets:
Argent: 17 150 $
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [cours phyto n°1] Baies et Pokébloc : la nature au service des performances [libre]  Jeu 7 Avr - 18:38

Isabelle guettait avec attention la réaction de chacun. Cela l'amusait de voir par moment des sourires de satisfaction, des mines perplexes ou encore des grimaces. Elle cacha un rire candide avec sa main d'ailleurs quand ils passaient aux baies amères ou même acides. Sa langue et son palais non plus n'aimaient pas trop ces goûts, un peu comme beaucoup de personne en fait. Pourtant c'est étrange, certains appréciaient l'alcool de gentiane, particulièrement amère. Elle n'avait jamais su comment il était possible d'apprécier un tel liquide puisque cela consistait simplement à goûter une boisson amère juste alcoolisée, rien d'autre. Elle préférait quand c'était plus sucré. Le rosé, le blanc, les liqueurs de noix, de châtaigne... de baie pecha tiens justement ! Cela passait davantage. Pourtant elle n'était pas non plus une grande buveuse, juste à l'occasion. Et n'oubliez surtout pas : l'alcool, c'est à consommer avec modération (et entre proches si possible) !

Au moment où le faon recracha la baie fraive dans le panier (hmm bon tant pis) et qu'Aaron la lança plus loin au sol, le Tropius eu comme un déclic, comme un chien qui voyait un morceau de viande être lancé plus loin. Nourriture qui s'envole au loin = nourriture ignorée = opportunité ? Acacia déboula bien vite et se pointa à l'endroit où le reste de baie était tombé. Dans sa précipitation il provoqua une sorte de bazar sonore en faisant bousculer entre eux toutes les affaires qui se trouvait dans les paniers accrochés à lui, que ce soit de ferraille, de bois ou de plastique. Tandis que l'enseignante exprima son mécontentement par un "Non mais arrête ! Rooooh !..." qui sembla passer comme un courant d'air dans les oreilles du pokémon plante, il baissa son long cou et attrapa la nourriture, mastiqua, puis avala. Tans pis pour lui s'il y avait déjà un peu de bave dessus, ce n'était pas un soucis, au moins ça donnait un goût différent (Mais beurk quand même...).

Acacia se dirigea à présent à côté des élèves et pencha son cou au dessus des paniers pour observer les baies qui étaient restées là, qu'ils n'avaient pas mangés. Son ventre se mit à gronder. Toutefois la professeur, plus insistante cette fois-ci, tapa deux fois des mains assez fort et le rappela à ses côtés comme un toutou. Il s'exécuta et revint auprès de sa maîtresse - sans tirer la langue bien sûr.

C'était à présent au tour de ses élèves de lui répondre. Elle écouta d'abord Morland qui aurait fait un sans faute si elle n'avait pas fait une erreur concernant la baie fraive, sûrement une étourderie. Tandis que le goût de la baie oran semblait un mystère pour la jeune femme aux cheveux clairs. Il était vrai, et la prof y reviendrait plus tard, après qu'Aaron s'exprime à son tour. Il avait dessiné sur plusieurs fiches les caractéristiques de chaque baie. Le jeune avait pris soin de tirer le portrait de son Pokémon aussi, c'était mignon. Isabelle s'était approchée et hochait la tête pour confirmer à chaque fiche, sans un bruit.

Quand se fut terminer elle recula de nouveau d'un pas pour commencer les explications.

"Merci pour votre participation ! Je vois que vous êtes au courant de la plupart des effets de chacune d'elle et c'est bon à savoir, cela veut dire que vous seriez capable dans la nature de repérer ce qui est bon à utiliser pour la santé de vos amis. Mais n'allez pas croire qu'il est mal de ne pas tout connaître ! De toute manière je ne les connais pas toute moi-même, alors c'est un peu comme pour les champignons, il vaut mieux se renseigner auprès d'un spécialiste. Concrètement nous avons donc :"

Elle sortit à chaque fois la baie correspondante dans un des paniers du Tropius. Elle en sortit d'abord une baie Ceriz, puis les autres ensuite. Enfin ce n'était pas qu'une seule baie Ceriz, mais deux qui étaient accrochées à la même tige.

"La baie ceriz, particulièrement tendre et quelque peu épicée. Elle soigne la paralysie. On peut en porter facilement plusieurs sur soi, c'est très utile. Sinon avec on peut..."

Puis elle accrocha la double baie Ceriz dans le creux de son oreille droite, l'une pendait devant, l'autre derrière. Elle se mit à sourire. C'était pas très sérieux certes, mais ça l'amusait. Comme on dit, il en faut peu pour être heureux, hein.

"Faire une boucle d'oreille...! Ou juste avoir les mains moins encombrées en fait..."

Les mains ainsi libre elle piocha une autre baie.

"La baie marron, qui pour le coup est un peu plus coriace, en plus de son gout sec. Elle est censée réveiller un pokémon endormi, si vous arrivez à lui en faire avaler bien sûr. Je précise hein, parce que..."

Elle se mit à rire, pour on ne sait quelle raison d'abord.

"... une fois j'ai vu un enfant qui avait essayé d'en faire manger une à son pokémon pendant qu'il dormait, mais sans succès. Alors plutôt que d'essayer davantage, devinez comment il s'y est prit ? Il s'était un peu éloigné et avait balancé la baie marron bien dure sur la tête de son pokémon pour le réveiller ! Au final oui il s'est réveillé, mais de façon assez brutale. Je ne recommande pas cette méthode bien sûr, bien qu'efficace. Et ne maltraitez pas vos pokémon s'il vous plait. Voila pour l’anecdote."

Elle garda la baie marron dans sa main gauche et en piocha encore une autre.

"La baie pecha. Qui ne l'aime pas ? Oh surement quelques personnes par-ci par-là, il y a bien des goûts et des couleurs partout. Une baie sucrée, et tendre, très tendre même, attention de ne pas vous en prendre une sur les vêtements. Je crois que tu peux confirmer Aaron à présent." laissa-t-elle échapper de façon confidente avec un sourire envers le désigné. "Elle soigne du poison, vous devriez toujours en avoir sur vous."

Remplissant un peu plus sa main gauche pour stocker, elle dévoila à présent la baie fraive, la fameuse, cette vilaine baie fraive qui provoque des grimaces.

"Certains préfèrent l'ignorer. Oui elle est amère, et plus de la moitié des individus ne supportent pas l'amertume, j'en fais partie. Elle est assez ferme, sans plus. Toutefois je voulais rectifier quelque chose que tu venais de dire Morland. Elle ne soigne pas du gel, mais plutôt de la brûlure. Il y a une bon moyen pour s'en rappeler : 'Fraive' commence par un F doit vous faire penser à -> 'Feu' et logiquement -> 'brûlure'. "

La même démarche que tout à l'heure pour faire apparaître cette fois-ci un fruit jaune.

"Ah j'ai déjà mal aux gencives rien que de la voir celle là et encore c'est pas la pire. La baie Willia. Très ferme et acidulée. On ne l'utilise qu'assez peu finalement vu son effet, à moins que vous ne viviez en altitude avec un froid permanent ou dans des régions enneigées. En tout cas en avoir une ou deux sur soi c'est toujours bien. Je ne dis pas le contraire."

Enfin elle garda la baie Willia dans sa main droite n'ayant plus de place dans la gauche. Piochant ainsi la dernière friandise entre son pouce et son index, la peau bleu fit son apparition en dernière position.

"La base, de la base, de la base. Et je ne le répéterai jamais assez. La baie Oran ! Un gout indéfinissable mais qui met tout le monde d'accord. Prenez-en toujours avec vous si vous n'avez pas de baie Citrus à la place. Elle est certes très ferme mais ses qualités curatives rattrapent le tout. A donner à vos Pokémon s'ils ont un coup de mou ou s'ils sont blessés. Elles sont surtout utilisés pour les premiers soins, je ne vous conseillerais que davantage de poursuivre les soins dans un centre Pokémon plutôt que de tout gaspiller sur un seul de vos compagnons."

Elle déposa tout de nouveau dans le panier. Par contre elle avait oublié d'enlever sa parure de baie ceriz accrochée à son oreille, ce qui continuait de lui donner un drôle d'air. La demoiselle enchaîna ensuite.

"Mis à part ces six là, il y en à quatre autre à ne pas négliger non plus. Mais j'y reviendrai plus tard."

Elle avait déjà pas mal parlé et voulait éviter de trop les perdre en bla-bla.

"J'ai vu, Aaron, que tu avais rédigé des notes sur les pokéblocs tout à l'heure. Hé bien justement... hmm alors... est-ce-que-je-l'ai-mis-là?-oui-non... c'était pas tout au fond...? Voyons..."

Elle fouilla un peu dans le panier d'Acacia, la tête penchée, bazardant un peu de tout et n'importe quoi et provoquant des bruits de désordre. Pire qu'un sac à main dis donc ! Elle sortit enfin une sorte de machine, pas très grosse, un peu cubique mais les bords arrondis. Positionnés à chaque angle du sommet on voyait 4 boutons et un de plus au centre. Elle appuya sur celui du centre et un réservoir cylindrique et transparent coulissa vers le haut. A l'intérieur dans le fond se trouvait fixée une hélice en métal et le réservoir était gradué. Le couvercle pouvait s'ouvrir pour y mettre des ingrédients.

"Hop voila ! Vous en avez sans doute déjà vu un. C'est un mixeur à baie. Vous en avez déjà utilisé un ?"
avatar
Morland F. Puissant
Messages : 89
Nombres de Rp : 67
Date d'inscription : 18/10/2015

Feuille de personnage
Vos Pokémon:
Vos Objets:
Argent: 12 400$
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [cours phyto n°1] Baies et Pokébloc : la nature au service des performances [libre]  Ven 22 Avr - 21:56

Ah. Soigner le gel, vraiment ? Morland avait franchement honte de sa performance. Tout s'était un peu embrouillé dans sa tête, mais elle préférait ne pas se chercher d'excuses afin de ne pas empirer son cas.

Quoi qu'il en soit, la jeune fille reconnaissait bien la machine que son professeur avait exposée. En effet, dans son école de dresseurs, le fonctionnement des pokéblocs avait été évoqué -très légèrement puisqu'il concerne plus les coordinateurs. Même si Morland n'avait pas retenu grand-chose, elle savait quand même quelques petits trucs. Une chercheuse comme elle n'avait pas besoin, dans ses études, de manipuler un tel appareil de toute façon.

Oui, parce que la raison qui poussait l'étudiante à venir à ce cours ne concernait pas vraiment ses études mais plutôt ses ambitions : en effet, souhaitant être au plus près des Pokémon afin de gagner leur confiance, des cours destinant à savoir s'occuper d'eux correctement ne pouvaient qu'être profitables.

Honnêtement, Morland a déjà pensé à se reconvertir -petit aparté sur ses désirs- mais bon. Elle ne s'est jamais sentie aussi bien qu'entourée de Pokémon. Se sentir bien, dans le sens d'une vraie sérénité, voire une félicité - un calme tranquille, ce calme tranquille qui vous envahit lorsque vous réalisez que vous êtes dans votre élément. Pour certains, ll s'agira d'un musée : pour d'autre, d'une forêt. Peut-être que des gens trouveront leur compte en soirée, ou chez eux, plantés devant la télé, qu'importe. L'essentiel, c'est cette intuition d'aise qui nous fait sentir que là, maintenant, on investit bien notre temps, qu'on aime vraiment être là et qu'on a jamais aussi bien respiré et vécu que maintenant.
Tout ça pour dire : Morland aime bien les Pokémon et elle les trouve intéressants.

Pour en revenir au mixeur de pokéblocs là, la chercheuse ne voulait pas trop s'aventurer à essayer d'en faire. Elle n'était pas sûre de son coup et avait déjà épuisé son "joker connerie" de l'heure. Elle préférait pour l'instant rester un peu en retrait et laisser Aaron faire, puisqu'il semblait avoir une meilleure connaissance des pokéblocs -quoi de plus normal pour un éleveur ?
Cependant, elle se risqua tout de même à prendre la parole de nouveau.

> Je n'ai jamais utilisé de mixeur moi-même -c'est pour ça que je suis ici-, mais je sais juste qu'on peut y mettre jusqu'à 4 baies, que les pokéblocs sont une des bases de la coordination et que la couleur des baies employées importe beaucoup. Et ça va de soi, mais certains pokéblocs sont de meilleure qualité que d'autres, donc ils seront plus bénéfiques au niveau du bien-être de nos Pokémon.

Que dire de plus ? Truc et Nagel demeuraient calmes : peu de chance qu'ils soient aussi sages une fois les pokéblocs prêts à être gobés.
Quelque part, Morland redoutait le jour où elle aurait à s'occuper d'un Mélodelfe aussi énergique.
avatar
Aaron W. Cooper
Messages : 69
Nombres de Rp : 46
Date d'inscription : 27/10/2015

Feuille de personnage
Vos Pokémon:
Vos Objets:
Argent: 23 380$
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [cours phyto n°1] Baies et Pokébloc : la nature au service des performances [libre]  Mar 5 Juil - 14:41



En y repensant bien, cette journée était vraiment cool.
Je m'étais réveillé un peu stressé à l'idée d'être dans un nouveau cours, de voir de nouvelles têtes, un nouveau professeur et surtout de ne pas pouvoir communiquer comme je le voudrais. Mais dès que j'avais vu la serre je m'étais senti mieux, dès que j'avais vu le visage connu de Morland, j'étais tout de suite plus relaxé et enfin quand j'ai compris dans quel genre de cours j'étais, on pouvait dire que je n'avais jamais été aussi heureux de participer à un cours.

Mes petites pancartes avaient réussi à attirer l'attention des deux jeunes femmes, Mme Dupré s'était rapproché pour capter toutes les informations que j'avais inscrite dessus. S'en suivit un long, très long monologue de la part de la professeur dont je n'avais réussi qu'à capter que la moitié. En gros elle résumait ce qu'on venait de dire en reprenant chacune des baies, une par une, et en détaillant leur effet. Accroché des baies Ceriz sur ses oreilles... ? J'ai jeté un petit coup d’œil vers Morland. D'accord, on pouvait carrément dire qu'elle était bizarre. Mais étant moi même défini comme quelqu'un de bizarre, j'avais totalement le droit de penser ça d'elle. Un problème avec les baies Pêcha, moi ? Non pas du tout, j'ai détourné la tête quand elle m'a interpellé, non aucun problème avec ces baies.

Le cours devenait de plus en plus intéressant, un mixeur à baie, vraiment ? Quand j'étais plus jeune je passais des après-midi entière à faire des Pokéblocs, mélangeant toutes les baies que j'avais sous la main sans vraiment faire attention à si ça allait donner quelque chose de comestible ou non. Ma mère était obligée de cacher les baies pour éviter que je les passe toutes au mixeur, alors effectivement, je m’étais déjà servi de ce genre de machine, mais j'étais loin d'être un professionnel. Morland expliqua rapidement le principe et j'étais tout à fait d'accord avec elle. Les baies ne servent pas qu'à soigner l'empoisonnement ou la paralysie, une fois mixées, réduites en jus puis compactées, les coordinateurs peuvent s'en servir pour améliorer la beauté de leur Pokémon pendant quelques heures. Certains Pokébloc sont réputés pour rendre le poil plus brillant par exemple, d'autres aident les Pokémon se concentrer pendant les concours, ça a été démontré par plusieurs professeurs Pokémons !

Mais en voyant toutes ces baies et ce mixeur, j'avais envie de faire des Pokéblocs plus que quiconque ! J'ai d'abord répondu à la question en me pointant puis en hochant la tête. Je savais m'en servir et je n'allais pas attendre plus longtemps. J'ai attrapé quelques baies Pêcha (mes fidèles amies), et trois autre baies différentes : Oran, Ceriz et Fraive, laissant le choix à Morland. Puis j'ai tendu mes deux baies Pêcha vers Mme Dupré, demandant du regard si on pouvait commencer à en confectionner.

avatar
Isabelle Dupré
Messages : 69
Nombres de Rp : 42
Date d'inscription : 03/10/2015

Feuille de personnage
Vos Pokémon:
Vos Objets:
Argent: 17 150 $
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [cours phyto n°1] Baies et Pokébloc : la nature au service des performances [libre]  Sam 10 Sep - 23:14

Isabelle écouta attentivement Morland s'exprimer, et tout de suite la prof se dit que cette élève avait sacrément de la chance de na pas encore avoir essayé le dispositif tellement il était amusant à utiliser. Elle se souvient encore créer des pokéblocs avec ses amis. C'était à la fois ludique mais aussi appétissant au final quand ils goûtaient. Car oui au final même si c'était des friandises réservées au pokémon elles pouvaient aussi faire le plaisir des humains, surtout les pokéblocs sucrés. C'était peut-être d'ailleurs ce qui l'avait rendu si calme ? Le bienfait des roses étant de renforcer le sang-froid de celui qui en mangeait. Ou alors cela n'avait aucun rapport ? Bref...

Aaron lui tendit deux baie pêcha justement. Au moins il choisissait le meilleur goût, il avait tout compris. De toute manière il aurait été difficile d'en faire accepter d'autre à tout le monde, donc va pour le sucré.

"Je pense qu'en les mixant avec une baie ceriz et une baie oran on pourrait obtenir un bon équilibre et se retrouver avec un goût agréable, mais ce n'est qu'un conseil, à toi de voir Morland. Oh et ne t'en fais pas, c'est assez simple, il suffit d'appuyer au bon moment sur l'un des boutons lorsque l'aiguille rouge au centre se trouve en face de toi, c'est une question de réflexe mais cela permet aussi de donner une meilleure qualité au pokébloc. C'est assez amusant tu vas voir, en plus le score de chacun est marqué à la fin."

La prof semblait pensive et examinait les environs, cherchant un endroit où poser la machine. Finalement elle n'eut pas à chercher bien loin et dévisagea le tropius comme si elle avait une idée derrière la tête.

"Je ne vais pas aller chercher une table alors que nous avons là un formidable support. Allez assied-toi Cassy, et surtout ne bouge pas !"

Le Tropius fit un long soupir au point qu'il fit virevolter les cheveux d'Aaron. Si il s'était bien coiffé avant, à présent pour lui c'était foutu. Il lui laissa par la même occasion inhaler son haleine de fourrage, comme un mélange d'herbe humide et de multiple fruits ainsi qu'autre... chose ? On l'ignorait. Il valait mieux l'ignorer si on savait le désordre gastronomique mais surtout gastrique que se réservait le pokémon plante dans l'estomac - et ce garçon n'avait sûrement pas demandé d'avoir un avant-gout prononcé de la campagne, ce fumet si spécial, dans les narines - puis le pokémon s'assit.

Isabelle posa le dispositif de mixage sur son dos, puis programma la machine pour trois personnes. Elle appuya sur le bouton au centre et le couvercle s'ouvrit. Aaron pouvait alors y disposer ses deux baies pêcha, il ne restait plus à Morland qu'à faire le choix de deux autres baies.

Quand ils furent fin près, elle referma le couvercle et ce fut le moment de jouer à celui qui avait le plus de réflexe. Isabelle était assez forte pour ça. Elle ressemblait même à une vraie gamine quand elle s'y mettait. Le bruit des lames se fit entendre, la machine vibra et la flèche rouge au centre commençait sa rotation, laissant à chacun la possibilité d'exprimer ses talents. Bien sûr le dispositif au centre tournait de plus en plus vite, sinon ce n'était pas marrant.

Quel résultat les attendait ? Qui avait fait le meilleur score ? Mais surtout les pokébloc allaient-ils être comestible ? Mystherbe mystherbe ! Suite dans le prochain épisode.
avatar
Morland F. Puissant
Messages : 89
Nombres de Rp : 67
Date d'inscription : 18/10/2015

Feuille de personnage
Vos Pokémon:
Vos Objets:
Argent: 12 400$
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [cours phyto n°1] Baies et Pokébloc : la nature au service des performances [libre]  Mer 14 Sep - 9:42

Morland était franchement intriguée par cette idée de faire des pokéblocs en cours, et de voir cette tâche comme quelque chose de si amusant et ludique. Elle n'avait réellement jamais touché à ce genre de machines ; en vérité, Morland était ce genre de personnes qui ont engrangé un nombre incalculable de connaissances diverses et variées en lisant et en s'informant, mais qui n'ont aucune expérience concrète de tout ce qu'ils savent.
Morland connaissait toutes les merveilles de son monde, les monuments, les Pokémon légendaires, les espèces endémiques. Elle connaissait tous ces appareils à la pointe de la technologie... Elle connaissait aussi la misère et la richesse, l'histoire de son pays, son économie, ainsi que tous les coins et recoins de l'académie. Mais elle n'avait jamais vraiment voyagé, elle n'avait jamais vu le moindre Pokémon légendaire, n'avait pas côtoyé tant de Pokémon tout court que ça. Elle n'avait presque jamais mis un doigt sur ces machines super intelligentes, et avait toujours vécu dans le juste milieu entre précarité et vie confortable, ce qui l'avait plongée dans un état profond d'ennui.

Aujourd'hui, à ce cours, en voyant le mixeur à baies, Morland se rendait compte qu'elle avait beaucoup raté, et qu'elle devait rattraper ce qui avait manqué à sa vie toutes ces années. Ces petites choses que tout le monde a possédé et dont ils parlent tous avec nostalgie, en s'échangeant des regards complices. La chercheuse voulait comprendre cette espèce de tendresse que les jeunes de son âge témoignaient à l'égard de simples objets, de babioles d'enfants.

Suivant les conseils de mademoiselle Dupré, la jeune fille se saisit d'une baie Oran et Ceriz avant de les tendre à l'enseignante. Toute guillerette, la belle dame se prépara alors à commencer le jeu. Morland n'avait jamais eu d'excellents réflexes, mais ses récentes explorations de l'île avaient contribué à lui donner une meilleure confiance en elle ainsi qu'une plus grande capacité à anticiper (faute de quoi elle serait sans doute empalée sur la corne d'une quelconque bête sauvage à l'heure qu'il est). Elle espérait donc s'en sortir peut-être moins bien que ses deux compères, mais avec les honneurs tout de même.

Tout d'un coup, il sembla à l'étudiante que la machine se mettait en marche. Vite ! La demoiselle laissa son doigt en suspension au dessus de « son » bouton. Le premier tour fut plutôt facile à accomplir, et au fur et à mesure du mixage, Morland se sentait plus confiante, comprenant finalement que ce mixeur à baies ressemblait vraiment à un jeu d'enfant plus qu'à quelque chose d'extrêmement dur et sérieux. La chercheuse avait cependant du mal à enchaîner les parfaits, mais s'en sortait plutôt bien avec l'appareil. Vers la fin, cela dit, son esprit s'égara, lui faisant rater au moins trois tours.

Enfin, le score de tout le monde s'affichait. Morland regarda le sien, qui était de 7 cercles pleins, 13 cercles simples et 3 croix. Ouf. Ce n'est pas si pathétique que ça pour une première fois.
Les pokéblocs qui sortirent de la machine étaient étonnamment lisses et beaux. (En tendant bien l'oreille, on pouvait entendre des petits bruits de paillette en provenance des yeux de Nagel et Truc)...
Cependant, la dégustation n'était pas pour tout de suite ; Morland attendait sa revanche avec impatience, ainsi que d'autres baies. On se préparait pour un deuxième tour.

Cette fois, la chercheuse essaya une combinaison qui attisait sa curiosité : elle tendit une baie Maron et une baie Pecha afin que les deux soient mélangées ensemble. Alors que tout le monde n'était pas encore prêt, la citadine était déjà immobile devant son bouton. Même si elle en avait un peu honte, ce mixeur à baies lui plaisait plus qu'elle ne l'aurait cru.

… Bip !

L'aiguille recommença à tourner. Cette fois, Morland était prête ! Elle avait à peu près compris le timing et augmenta considérablement son score. La passionnée de Pokémon a toujours aimé les jeux de rythme... Voilà que son travail se mettait à porter ses fruits. Pour cette deuxième tentative, elle ne fit aucun raté, et son score fut donc de 12 cercles pleins, et 11 cercles simples. Encore une fois, les pokéblocs semblaient très appétissants, et les Pokémons ne voulaient plus attendre.

Contente de cette expérience, c'est avec le sourire que la chercheuse attendit la permission de faire goûter (et de goûter elle-même) ces friandises à l'assistance.
avatar
Isabelle Dupré
Messages : 69
Nombres de Rp : 42
Date d'inscription : 03/10/2015

Feuille de personnage
Vos Pokémon:
Vos Objets:
Argent: 17 150 $
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [cours phyto n°1] Baies et Pokébloc : la nature au service des performances [libre]  Mer 19 Oct - 18:08

Voila, les baies étaient en place, Isabelle appuya sur le bouton de démarrage. Une vibration se faisait entendre, signe que l'hélice commençait à tourner. L'aiguille sur le couvercle se mit en marche au même rythme et la jeune femme appuya la première fois sans aucun soucis. Un parfait pour commencer ! C'était le meilleur moment pour en placer un, puisque que l'aiguille tournait doucement au début, mais à mesure qu'elle prenait de la vitesse, il était bien plus compliqué de parvenir à un super score. L'aiguille allait tellement vite vers la fin qu'elle échoua deux fois et ne fit même plus aucun parfait, à part peut-être un seul, sur le coup de la chance.

La professeure se retrouvait dans un tout autre état pendant l'exercice, à vrai dire elle ne se sentait plus comme une adulte, mais comme retournée en enfance. Elle avait l'air d'une vrai gamine, à s'exclamer quand elle faisait un parfait, à bouder quand elle ratait de peu, et son air concentré lui avait fait oublier tous ses soucis, pour peu qu'elle en ait.

Pour une première fois, Morland s'était bien débrouillée et semblait d'ailleurs prendre goût à ce jeu là. Aaron avait déjà eu l'occasion d'utiliser la fameuse machine, donc il s'en était bien sorti également. Les pokéblocs qui en sortirent furent jolis, pas exceptionnels, mais au moins appétissants.

Entre les deux tours de mixeurs, Acacia s'étira, ce qui avait presque conduit à une catastrophe tandis que l'appareil s'était mis à pencher dangereusement. Sa maîtresse évita de peu l'accident en arrêtant la chute de l'objet. Heureusement qu'il n'était pas bien lourds, contrairement aux engins d'il y a plus de dix ans qui prenaient pas mal de place. La demoiselle avait acquis cet objet il n'y a pas si longtemps. La société Devon avait revu le modèle pour qu'il soit plus simple d'utilisation. Elle avait profité des soldes pour aller s'en procurer un à Lavandia, il était donc presque neuf.

Le deuxième mixage démarra. Cette fois-ci elle ne rata qu'une seule fois, mais la vélocité de l'aiguille l'empêchait toujours d'enchaîner les scores parfaits.

Il était temps à présent de déguster !

"Maintenant qu'on a recueilli un bon paquet de pokéblocs, vous pouvez les déguster et les faire déguster."

Le Tropius gémit. Isabelle compris tout de suite ce qu'il voulait mais elle hocha la tête par la négative. Le pokémon plante tourna la tête ailleurs.

Elle regarda sa montre, il ne restait plus que cinq minutes avant la fin du cours. Le temps lui avait paru passer si vite !
avatar
Morland F. Puissant
Messages : 89
Nombres de Rp : 67
Date d'inscription : 18/10/2015

Feuille de personnage
Vos Pokémon:
Vos Objets:
Argent: 12 400$
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [cours phyto n°1] Baies et Pokébloc : la nature au service des performances [libre]  Jeu 27 Oct - 14:19

Un petit sourire étirant ses lèvres, Morland se surprit à ressentir une sorte de fierté vis-à-vis de ses pokéblocs. Pourtant, un pokébloc ne représente pas grand-chose, c’est juste -comme son nom l’indique- un bloc pour pokémon.
Mais le fait que la chercheuse ait finalement réussi à faire quelque chose de bien et de plaisant la rendait plutôt heureuse. Bien sûr, dans ce style là, les expéditions sont déjà une vraie prouesse- Nagel n’est pas venu gentiment frapper à la porte de Morland pour intégrer son équipe. Mais les petites choses du quotidien ont toujours une valeur, une saveur particulières. Elles apportent un sentiment idiot de satisfaction, de “je n’ai pas perdu ma journée”, de “j’ai passé du temps avec quelqu’un”.

Quand Morland rentre dans sa chambre, elle fait toujours un petit bilan de sa journée. Et les détails comme “aujourd’hui, j’ai fait des pokéblocs en cours de botanique avec mon ami et mon professeur et nous les avons mangés ensemble dans la joie et la bonne humeur” ont leur importance. De plus, la jeune fille ne se lassera jamais de voir ses compagnons se lécher joyeusement les babines en dévorant leurs friandises.

Bref !

Tout ça pour en venir à la dégustation de pokéblocs !
Bien sûr que Morland allait se servir dans les pokéblocs qui sortaient tout droit de la machine. Elle en donna en priorité à ses Pokémon ; Nagel voletait dans tous les sens en mâchant celui à la baie Maron, qui, associée aux autres avait laissé un goût doux et intéressant. Truc mangeait l’autre pokébloc, petit bout par petit bout, comme s'il souhaitait le faire durer le plus longtemps possible.
Finalement, Morland se saisit aussi d’une friandise, et la porta à sa bouche. Bien que les pokéblocs soient pour les Pokémon, l’étudiante fut surprise de la douceur et de la texture moelleuse et fondante de ces fameux en-cas. Elle se promit de se procurer un jour une petite machine pour en refaire bien au calme dans sa chambre, et organiser des goûters improvisés avec ses compagnons.
De plus, maintenant qu’elle connaissait la serre et Mlle Dupré, Morland pouvait toujours demander à récolter deux ou trois baies, à l’occasion.

Une fois la dégustation terminée, l’heure de la fin du cours avait finalement sonné. Morland rassembla calmement ses affaires et laissa vagabonder ses Pokémon dans la serre un instant, tandis qu’elle patientait, assise sur un banc, qu’ils finissent de jouer. Il faut dire que l’endroit, plein de senteurs et chaleureux comme tout, donnait vraiment envie de s’y attarder.
Finalement, les deux malandrins revinrent vers leur propriétaire, prêts à rentrer.

Morland se dirigea vers Mlle Dupré, avec un sourire avenant.

> Merci pour ce cours intéressant, et pour les pokéblocs.

En s’éloignant, la jeune fille se retourna une dernière fois, afin d’adresser un “au revoir” poli à l’enseignante. Puis elle repartit en direction des dortoirs, avec la solide conviction que la botanique allait être un des piliers de ses prochaines expéditions.
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [cours phyto n°1] Baies et Pokébloc : la nature au service des performances [libre]  

[cours phyto n°1] Baies et Pokébloc : la nature au service des performances [libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [ROSA] La fabrication des Pokéblocs.
» La fabrication des Pokéblocs !
» [Tuto] Capturer Bulbizarre
» Pokémon Soleil & Pokémon Lune
» cours de latin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokémon Academy :: HORS RPG : ZONE RÉCRÉATIVE :: Rp-