Pokémon Academy

Incarnez ici un étudiant, un professeur ou un habitant et créez votre équipe !
 

Partagez|

Une Journée difficile [Feat Hikari]

InvitéInvité
MessageSujet: Une Journée difficile [Feat Hikari]  Ven 1 Avr - 17:50

Cette journée s’annonçait difficile pour l’adolescent, qui s’était déjà réveillé dans un hurlement en plein milieu de la nuit. Et malgré le fait que son Evoli se colla contre lui pour le rassurer, Diziel n’avait pas pu refermer l’œil de la nuit, restant paralysé par les différentes hallucinations qui assiégeaient son esprit. Et à peine le soleil était levé qu’il était déjà parti à la douche.

Faisant couler un flux constant d’eau brûlante, le blond aux yeux d’Améthyste ne se sentait pas du tout d’attaque pour une nouvelle journée. Ou pour tout autre journée. Il n’aimait pas cet endroit, il s’y sentait mal, il avait envie de fuir. Rentrer à la maison, dans sa vraie maison. Son chez-soi, à l’IME avec les différents pokémon. Quel était son but d’être ici pour poursuivre sa thérapie ? Certes les contacts avec les autres étaient plus nombreux, et il n’y avait pas eu d’incident majeur, mais à quoi bon ? Cela faisait bien une semaine qu’il était ici, et il n’avait toujours pas réussi à se faire des amis.

Sortant de la douche, entièrement nue, il se dirigea vers son armoire, tout en se séchant les cheveux. Enfilant un boxer, il s’allongea sur son lit en posant sa main sur son Evoli, réfléchissant aux différentes possibilités d’avenir que cette académie pouvait lui offrir. Nombreuses, certes, mais toutes semblaient aussi hostiles les unes que les autres. Il avait choisis le cursus d’éleveur -probablement l’un des moins populaire-, mais cela ne l’empêchait pas d’être à la merci des différents dresseurs -ou tout autre élève- de l’académie.

Caressant Lilou afin de le réveiller en douceur, ce dernier poussa un petit gémissement de plaisir, avant de s’étirer et de faire une petite léchouille sur la joue de Diziel. Souriant, se dernier se releva afin de s’habiller rapidement, et de rejoindre la cafétéria en vitesse avant qu’elle ne soit pleine de monde. C’était l’une des nombreuses tactiques que le jeune homme avait mises en place, dans le but d’éviter tout intrusion dans son esprit. Quitte à paraître mystérieux aux yeux des autres, tant pis.

Prenant un bon petit-déjeuner avec son compagnon, qui se régalait lui aussi avec le Menu de l’académie, Diziel eut un moment de distraction en veillant à ce que Lilou reste prêt de lui. Moment qui marqua le premier contact avec un élève, qui le bouscula légèrement. Reculant vivement, et regardant avec crainte l’autre élève, un violent brouhaha s’éleva dans le crâne de Diziel, l’empêchant de réfléchir correctement, et d’entendre les excuses de l’autre étudiant. Hurlant un violent « VA TE FAIRE FOUTRE ! », le blondinet s’échappa en direction de l’endroit le plus calme qu’il pouvait y avoir : la bibliothèque.

Entrant en trombe dans la bâtisse, assaillis par les voix qui tapaient avec violence dans son esprit, il s’isola dans un coin de la bibliothèque. Dos à une étagère, des larmes commencèrent à couler sur ses joues, avant qu’il s’écroule par terre en cachant son visage. Lilou s’avança, et se colla tranquillement à ses pieds afin de le consoler.

Le contact humain était une réelle torture pour l’adolescent, qui sentait la saleté s’étendre irrémédiablement sur son bras. Jettant vivement sa veste plus loin, il commença à gratter vivement cette partie, cherchant visiblement à se débarrasser de la saleté. Ce qu’il n’avait pas vu, ni lui, ni son Evoli, c’était la Gardevoir qui l’observait un peu plus loin. Depuis combien de temps ? Il l’ignorait. Mais il avait mal, et les voix dans son esprit étaient tout ce qui l’omnibulait.
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Une Journée difficile [Feat Hikari]  Lun 11 Avr - 17:51



Depuis ma transformation, je cherchais des indices de cette personne qui cherchait mon aide. Je cherchais certaines sources pour pouvoir relier les phénomènes étrange et pouvoir rejoindre cette âme qui me promettait de rendre ma vie d'autrefois. Être la véritable personne que j'étais était vraiment un rêve qui faisait garder mon espoir à un nouveau souffle. Peut-être était-ce un mensonge pour pouvoir mieux me manipuler, mais je ne sentais guère un couteau à double tranchant dans ses paroles. Elles semblaient même honnêtes et justes. D'ailleurs, à cause de ce ressentie, je continuais toujours à espérer, essayant tant bien que mal de trouver un sens dans les paroles de l'inconnu et de savoir où le trouver. Malheureusement, même après des mois de recherche, les informations restèrent introuvables. J'avais pourtant visiter tous les lieux cachés de cette île, mais aucun m'avait éclairci pour ma quête. Oui, j'avais gagné de plus en plus de force, mais je voulais à tout prix trouver une réponse à mes questions maintenant.  Il ne reste qu'un seul endroit où que je n'avais guère mis les pieds; la bibliothèque de l'Académie de Gakuen. C'était un endroit excellent pour trouver des légendes, des mythes et même quelques documents pertinents. Le seul problème était que je ne pouvais guère lire les écriteaux. Je n'avais point appris à lire et à écrire quand j'étais humaine. En même temps, il ne voulait guère créer des intello dans mon camp de concentration. Pourquoi savais-je cela? C'était seulement un ressenti, rien de plus. Hélas, la vérité était que je n'avais point retrouvé toute ma mémoire. J'avais quelques informations sur mon identité, mais rien de plus. Peut-être le saurais-je quand j'aurais retrouvé ma véritable forme, qui sait?

En me baladant dans mes pensés, je me souvins de cette journée où que je voulais lancer un voeu à la rive. J'avais rencontré un vieil Alakazam là-bas qui avait écrit ma lettre. Peut-être pourra-t-il m'aider dans mes recherches et lire ce que je trouverais? Sans trop attendre, je prenais les jambes à mon cou et je me dirigeais vers l'Académie. Je portais toujours ce long manteau noir qui couvrait mon corps de Gardevoir, la capuche qui tombait un peu sur le visage. J'espère qu'il acceptera de m'aider.

Rendue à la bibliothèque, je tournai vers la droite pour me diriger rapidement vers le fauteuil où que j'avais vu l'Alakazam pour la première fois. mais, malheureusement, il n'était plus là. Son fauteuil était vide. Enfin, vide n'était point le mot approprié, vu qu'il y avait de beaux bouquets de fleurs et une longue feuille de papier. D'ailleurs, ce petit décor attira ma curiosité et je m'approchai pour observer plus clairement le papier. Je voyais la photo d'un Alakazam assit sur un fauteuil, en train de lire, suivit des mots puis deux dates. Oh. Il était mort. Je ne pouvais dire pourquoi qu'il avait décédé, mais je tenais à lui envoyer une pensé positive. Ce vieux pokémon m'avait aidé et ce, de son plein gr. Donc, baissant légèrement ma tête, je joignis me mains ensemble et je priais pour son bien-être.

Soudain, quelques chose bouscula moi bien-être intérieur. Je paniquais. J'avais peur, mais ce n'était aucunement mon émotion. Cela ne me appartenait pas. J'avais l'impression que les gens autour de moi me voulaient du mal. Qui était dans cet état? Alarmée, j'essayai de suivre l'aura de cette âme en panique totale, tout en restant méfiante, puis, après quelques détours, je remarquai, au loin d'une allée, un jeune adolescent qui sanglotait. Il avait même lancer sa veste pour commencer à gratter son bras, cherchant quasiment à arracher quelque chose sur lui. Je ramenai aussitôt ma main droite sur mon coeur, fermant instinctivement les yeux et je conclue que ce sentiment que j'avais ressenti plus tôt venait de lui. Le pauvre, je devais l'aider du mieux que je le pouvais.

Donc, sans trop attendre, je me téléportai devant lui, me mettant au même niveau que l'étudiant. J'observai le petit évoli au pied du jeune garçon et lui laissa un doux sourire, essayant de la mettre alaise de ma présence. Je levai ensuite mon regard hétéroclite sur l'adolescent en pleine crise.

-Hey.. qu'est-ce qui ne va pas? Pourquoi pleures-tu, mon cher?
dis-je en essayant d'éprouver de la douceur en son égard.

J'étirai légèrement mes bras vers son bras et je l'observai se gratter fortement la peau. Il va se blesser s'il continuer à se gratter comme ça..

-Est ce que je peux t'aider? Si tu me passes ton bras, je pourrais peut-être faire disparaître ce qui te fait mal.

HRP:
 
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Une Journée difficile [Feat Hikari]  Jeu 21 Avr - 23:02


Les voix dans l’esprit de Diziel résonnaient de plus en fort, au fur et à mesure que la corruption s’étendait sur son corps. Il continuait de toutes ses forces, grattant son bras jusqu’à voir les premières couches de peaux partir, laissant cette dernière rougeoyante. « Grattes ! Grattes ! Saignes ! Tu dois gratter sinon je vais te dévorer ! » et l’adolescent s’exécuta de plus belle, avec toujours plus de hargne et de panique, amplifiant l’horrible sensation de voir son esprit disparaître, comme pouvait ressentir l’adolescent.

Lorsque la Gardevoir arriva et lui adressa la parole en demandant ce qu’il n’allait pas, le blondinet avait énormément de mal à comprendre ce qu’elle disait, son appareil auditif étant constamment harcelé par les hallucinations lui ordonnant de se griffer au risque de se voir se détruire. Il frappa avec violence son bras sur le sol, comme pour le briser, avant de hurler « Je vais te vaincre ! Je ne vais pas mourir ! ». Puis, il vit une ombre inexistante s’étendre sur son bras. Hurlant de terreur, il cria : « Non ! NON ! NOOOOON ! Laisse-moi tranquille ! Va-t-en ! DEGAGE ! »

Battant chaotiquement des pieds, il s’arrêta soudainement en fixant le bandage qui ornait son bras gauche. Puis, il arracha se dernier, dévoilant une série de scarification. Il fallait qu’il saigne ! Il devait saigner pour arrêter l’irrémédiable avancée de l’esprit envahisseur. Pour faire que les voix cessent. Mais comment ? Il n’avait rien de tranchant ici. Il pleurait, toutes les larmes de son corps. Il allait mourir ? C’est ce qu’il pensait. Alors, réunissant l’énergie du désespoir, il se mordit fortement son bras gauche scarifié, jusqu’au sang, avant de faire couler les gouttes sur son bras contaminé.

La douleur se fit une place, et éradiqua les voix huants. L’ombre qu’il voyait s’étendre sur son bras avait disparût. La bouche pleine de sang, il avait une respiration sifflante, souffrante, et les larmes ne cessaient de couler sur ses joues. Il regarda la gardevoir, avant de s’accrocher à ses jambes et de pleurer bruyamment, symbolique d’un désespoir extrême. Il avait peur, il était terrorisé, et il cherchait irrémédiablement le contact avec le premier pokémon qu’il avait dans son champ de vision.

    « Je… Je veux pas mourir ! Je veux pas mourir ! Pas mourir ! Je… dois pas disparaître ! Ils vont me détruire ! Il faut que je parte ! Je veux rentrer à la maison ! Ils vont me faire disparaître ! Ils veulent tous… me faire disparaître ! Pitié ! Aide-moi ! Protège moi ! Les laisses pas me toucher ! Il vont m’envahir et je… je... »


Il éclata en sanglots une nouvelle fois, les bras abîmés… Son esprit encore chamboulé.
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Une Journée difficile [Feat Hikari]  Ven 29 Avr - 4:35

La peur, l'angoisse, le désespoir.. je pouvais tout ressentir ce que ce jeune adolescent vivait. Il était apeuré, désorienté, mais il essayait tout de même de retrouver une réalité à son malheur. Oui, en observant ses réactions, j'avais l'impression qu'il délirait et combattait une force invisible qui lui voulait du mal. Se battait-il contre lui-même. Peut-être, mais je ne pouvais le laisser comme ça. Il avait désespérément besoin d'aide, pourtant, je ne pouvais m'avancer plus loin dans mes gestes. Pourquoi? Pour la simple raison qu'il était en pleine crise. En effet, étant une parfaite inconnue à ses yeux, il pouvait me comparer à ses illusions et m'attaquer, par erreur. Je devais malheureusement attendre qu'il se calme avant d'agir. Néanmoins, je surveillais quand même les mouvements du jeune humain. Je ne voudrais que, par simple déséquilibre mental, il décide de s'enlever la vie ou encore de se blesser gravement pour échapper au ''mal'' qui veut le posséder.

Donc, l'observant dans sa crise, je pouvais entendre dans sa voix de la détresse. Délibérément, son esprit était perturbé ou malade. Pour certains, il pouvait être un danger pour les autres enfants autour de lui, pourtant, je ne crois guère que le jeune homme aux yeux orchidée était méchant de nature. Comme je disais, son esprit était sûrement malade et avait besoin d'un grand soutien pour se sentir bien, en sécurité et guéri. De plus, mes dires se confirmèrent quand il enleva le bandage blanc sur son bras gauche, laissant paraître toutes ces petites blessures cicatrisées depuis des années. Normalement, quelqu'un qui se mutilait n'était clairement point une personne qui souhaite du mal aux autres. C'était une certitude.

Aussitôt qu'il enleva le bandage, je me plaçai en position, prête à intervenir si jamais il tournait autour la mort, puis, je le vis se mordre fortement le bras. Il transperça légèrement son bras fragilisé par les scarifications et laissa égoutter son sang sur son bras droit. Soudainement, je sentis le blondinet plus calme. Enfin, plus calme était un grand mot, vu qu'il sauta sur mes jambes pour chercher du réconfort, une certaine sécurité. Maintenant que sa crise c'était calmée, je pouvais lui venir en aide. Donc, écoutant ses dires de désespoir et ses pleurs, je rapprochai doucement l'adolescent en pleure contre mon torse. Je le serrais un peu contre moi, caressant doucement sa chevelure platine, comme le ferait une mère pour consoler son enfant.

-Chuuuuut.. c'est fini. Tu n'as plus rien à craindre. Ils ne sont plus là.

Malgré que je savais que tout ce mal venait de sa propre imagination, j'essayais tant bien que mal de le rassurer. Je voulais le sécuriser et l'aider dans son problème et non le juger. Pourquoi? Pour la simple raison que je savais ce qu'il ressentait. Autrefois, j'avais déjà vécu des sentiments similaires. C'était énormément souffrant de ne pas être capable de différencier ce qui est réel ou non. T'as l'impression de devenir complètement fou. Oui, j'avais déjà senti ça dans mon ancienne vie, mais je ne pouvais spécifié le ''pourquoi?'' du ''comment?''. Mes souvenirs étaient loin d'être complets.

Bref, après mes dires, je restai dans cette position, berçant doucement l'adolescent en peine dans mes bras. J'essayai de trouver une solution pour l'aider à l'apaiser, sans que la panique reprenne le dessus. Puis, alors que je me baladais dans mes pensés, un souvenir revint à moi. J'étais très jeune dans ce fragment de souvenir et j'étais aussi très triste. Je ne savais guère la raison de cette énorme tristesse, mais elle me faisait mal au coeur. Soudain, une femme à longue chevelure bleu foncé s'approcha de moi et me serra dans ses bras. Je sanglotais de plus belle, mais cette femme réchauffait mon coeur meurtri. Ensuite, de sa voix féminine et harmonieuse, elle commença à chanter, tout en berçant la pauvre petite fille que j'étais. Une chanson douce à l'audition, telle une berceuse...

Oui, c'est ça! C'était la solution à mon problème pour qu'il se calme complètement. Donc, le tournant légèrement, je me collai doucement contre son dos. Je ne voulais guère le brusquer ou encore, l'angoisser, en croyant que je lui veux du mal. Aussi, je ne voulais point qu'il voit mon état pendant la séance que je tentais d'accomplir. Alors, d'un faible sourire, je repris la parole d'une voix douce et sereine. J'espère vraiment que mon idée marche.

-Promis, je vais essayer de te protéger du mieux que je peux. Cependant, je voudrais essayer de t'apaiser. Peut-être avec mon don psychique, je serais capable de te venir en aide. J'aimerais seulement que tu me fasses confiance, jusqu'au bout. D'accord?

Après quelques secondes, alors que je laissai le blondinet décidé s'il avait confiance en moi ou non, je commençais à chanter cette mélodie.


Ma voix était douce et calme, toute comme la mélodie que je chantais. Ensuite, alors que je chantais cette splendide petite berceuse, je chargeais aussitôt mes mains avec mon énergie vitale. L'aura était d'une couleur bleu clair. Je déposai ensuite mes mains sur le bras droit du jeune homme. Le bras ''infecté'' par le ''mal'' qui a voulu le détruire. Mon aura transmettait une chaleur réconfortante et apaisait sûrement les blessures de l'étudiant. Puis, restant toujours dans la douceur, je déplaçai mes mains sur son autre bras en frôlant très légèrement sa peau. La blessure ouverte sur son bras se ferma peu à peu, jusqu’à elles disparaissent complètement. Malheureusement, je n'avais aucunement les capacités pour faire disparaître ses nombreuses cicatrices. Elles étaient trop vieilles pour qu'elles puissent rejoindre le néant. Néanmoins, je pouvais au moins essayer ''d'effacer'' les sentiments négatifs qui avaient pris place dans son coeur meurtri. Donc, lentement, je déplaçai ma main gauche vers le torse de l'étudiant, là où son coeur était, puis, chargeant, à nouveau, cette main de mon énergie vitale, je plaquai doucement ma main sur son torse, en serrant un peu. Je pouvais maintenant ressentir tout ce qu'il avait dans son coeur. C'était douloureux. J'avais l'impression qu'on me transperçait la poitrine avec une dague. C'était vraiment horrible comme sensation, mais je devais rester forte pour l'aider. Des larmes coulèrent sur mes joues, tandis que mon regard affichait de la peur, de la confusion et même de l’anxiété, mais ce n'était aucunement mes émotions. Je ne faisais qu'absorber les sentiments négatifs enfuis dans le coeur du blondinet aux yeux violets.

Je ne sais point combien de temps que ça avait pris. Peut-être quelques minutes? Peut-être une ou deux heures? Je n'en savais guère. Je suivais seulement le rythme de réaction du jeune. Je ne voulais le brusquer ou encore, perdre sa confiance. Par contre, j'étais quand même soulagée que la séance eut une fin. Je me sentais un peu fatiguée par cette connexion. J'espère seulement que mon traitement à servie à quelque chose.

-... Comment tu te sens? demandais-je d'une voix faible, mais douce.

HRP:
 
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Une Journée difficile [Feat Hikari]  Dim 15 Mai - 15:04


La Gardevoir approcha doucement la tête de Diziel contre sa poitrine. Le jeune garçon, encore sous le choc après la crise, semblait être un peu plus calme. Le contact chaud avec la Pokémon le rassurait, car il était persuadé qu’elle ferait le nécessaire si des humains essayaient de le toucher maintenant. Hors, lorsqu’elle lui annonça que c’était terminé, l’adolescent fondit encore plus en sanglot, se blottissant encore plus fort contre le torse de sa mère de fortune.

    « Non ! Non ! Non ! Ça sera jamais fini ! Pas tant que je suis là ! Ils veulent me voir mort, mais je n’ai rien fait ! Ils me veulent du mal, tous ! Parce que j’existe ! Parce que je suis là, ils veulent me tuer ! »


Il regarda de ses yeux d’améthyste pleins de désespoir la Gardevoir.

    « Tu comprends…? Ils n’arrêteront pas tant que je suis vivant. »


Avant de pousser un hurlement désespéré, suivis de lourds sanglots attestant de la souffrance du blond. Puis, dans un état léthargique, Diziel se laissa manipuler par le pokémon, qui se plaça dans son dos. Lilou en profita pour s’installer sur son ventre, et lui faire quelques léchouilles réconfortantes. Puis, la Gardevoir se mit à chanter d’une voix douce… Ses mains se teintèrent d’un bleu très clair. L’adolescent s’enfonça instinctivement encore plus contre sa protectrice par peur, mais accepta le contact du pokémon.

La chaleur qui l’envahissait chassa les ombres de son bras droit. Lui seul pouvait voir les ombres grimpantes sur son bras reculer d’une manière bien plus efficace qu’il pouvait le faire avec son sang. Il observa la pokémon bouche-bé, avant de voir les mains se déplaçant vers son autre bras. Les marques fraîches de ses morsures commençaient à disparaître, tel un mauvais souvenir… La douleur s’envola de même… Il n’arrivait pas à comprendre. Il voulait s’exprimer, lui dire mais c’était la première fois qu’il avait vu quelqu’un d’autre que lui, être capable de percevoir ses ombres. Où en tous les cas, c’était la première fois qu’il en avait une preuve tangible.

Mais c’est lorsqu’elle plaça ses mains sur son torse que Diziel se sentis immédiatement apaisé. Il était… Calme. Pour la première fois depuis qu’il était arrivé dans cette académie, il pouvait dire qu’il ne ressentait aucune crainte. Rapidement, la fatigue lui fit fermer les yeux, et il plongea dans un léger sommeil, pour une fois reposant. Et lorsque son nouveau ami eu finit en le signalant par sa question, qu’il acquiesça…

    « Oui… Beaucoup mieux… Merci. »


Il regardait ailleurs… Il était à la fois pensif, et heureux. Heureux parce qu’il avait une nouvelle amie, et pensif car il se demandait combien de temps son état allait durer. Il n’arrivait pas à comprendre pourquoi le monde lui en voulait autant. Pourquoi les gens qu’il croisait lui voulaient forcément du mal. Il n’y avait pas d’explication à cela, hormis le fait de son incroyable empathie envers les pokémons, et sa capacité à pouvoir communiquer par la pensée avec eux.

    « Je déteste cette académie. Et toi, que fais-tu ici… ? »


Blottis contre la Gardevoir, sans avoir envie de partir pour rien au monde, Diziel observait son bras meurtrit d’anciennes cicatrices. Pourquoi faisait-il cela ? Pour se défendre. Pour ne pas disparaître. Puis, réalisant un fait, il se retourna vivement avant de regarder sa nouvelle amie droit dans les yeux, pleins de convictions.

    « Mais tu les as vues toi aussi ? Vu que tu as réussi à les chasser ! Tu les as vues hein ? C’est eux qui se trompent ! Pas moi ! Je peux voir la vérité et toi aussi ! »


Sa voix était pleine d’espoir...
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Une Journée difficile [Feat Hikari]  Lun 23 Mai - 7:09

J'étais soulagée que mon traitement avait marché sur le blondinet. Il était beaucoup plus calme que tout à l'heure. Je le sentais serein et en paix avec lui-même. Les peurs et les angoisses de ce dernier avaient disparu en un claquement de doigt. Combien de temps que ce bien-être allait durer? Je l'ignorais. Cependant, j'espérais pour le jeune étudiant que ça dure pendant longtemps.

Néanmoins, tout ce qu'il comptait maintenant c'était le résultat. Je pouvais ressentir ce calme qui avait pris place dans son coeur, alors que, quelques minutes avant, c'était le désespoir et la panique qui régnait. J'affichais un léger sourire sur le coin de mes lèvres, satisfaite de ce sauvetage express. J'avais l'impression que, pour une fois, j'avais apporté une grande aide utile pour une âme en détresse, et non l'inverse.

D'ailleurs, sous ma question,le jeune homme acquiesça son bien-être et me remercia pour la séance.  J'affichai aussitôt un doux sourire sur mon visage humanoïde, en fermant instinctivement les yeux. Oui, comment ne point ressentir une énorme fierté après avoir aidé une personne en détresse? Il avait la tête tranquille. C'était suffisant pour le prendre comme un succès.

Par la suite, le jeune garçon avoua qu'il n'aimait point l'académie. Peut-être était-ce à cause de cette école que l'étudiant à chevelure platine faisait des crises de panique? Mmmh... c'était plausible et, cela m'intriguait à n'en savoir plus sur ce dégoût envers l'Académie de Gakuen. De plus, il me demanda la raison de ma venue.

-J'étais venue pour voir un vieil. ami. Malheureusement, la vieillesse à eu raison de lui et a pris son âme. dis-je, d'un faible sourire. Dommage, j'avais besoin de son aide pour trouver des informations, mais bon, on peut pas prédire quand un ange viendra nous chercher. J'espère seulement que son âme retrouve un repos éternel. Il le mérite.

Soudain, après mes dires, l'étudiant se blottit contre moi, sûrement heureux d'avoir croisé ma route. Je sursautai légèrement, surprise de son geste, puis, je serrais doucement l'enfant contre moi, après avoir réalisé qu'il me câlinait. J'avais cette impression qu'il ne voulait plus quitter mes bras. Peut-être me prenait-il pour un ange gardien, qui sait?

Il serait fort probable que ça soit le cas, vu que j'avais apparu par pur hasard et que je suis tout de suite venue à son aide, après son appel de détresse.

D'ailleurs, en parlant de la crise, l'adolescent posa son regard orchidée dans le mien, puis, avec plein d'espoir, il me demanda si je les avais vu aussi, vu que je les avais chassés avec mon énergie vitale. Vu qui? C'était la question à se poser, mais j'avais une intuition qu'il parlait de ses illusions. Malheureusement, je ne pouvais lui mentir, par peur d'aggraver son cas. Cependant, je ne pouvais non plus briser l'espoir du garçon. Mmmh.. que faire?

-Malheureusement, ils sont invisibles à mes yeux. Je ne peux les voir. dis-je, en lui souriant doucement par la suite. Cependant, j'ai ressenti le mal qu'ils t'ont fait. En tant que Modérateur technique Gardienne de l'île, c'est mon devoir de protéger chaque âme sur ce continent, même si l'ennemi m'est invisible. Au péril de ma vie, je dois veiller sur votre sécurité.

Mes paroles étaient pleines de convictions et vrais. Malgré que l'ennemi en question logeait dans sa tête, la douleur de ce dernier était bien réelle.

En effet, quand je me suis connectée à son coeur pour absorber les sentiments négatifs de l'enfant, j'avais ressenti cette douleur qu'il vivait. Peut-être que ce n'était guère dû à son imagination et une force inconnue l'attaquait par ses délires? Si c'était le cas, qui pouvait bien faire ce genre de ''Malédiction''? Un pokémon spectre ou psychique? Mmmh.. trop de questions pour si peu de réponse.

Bref, me redressant, j'étirai mon bras gauche vers l'étudiant et lui souris à nouveau.

-En fait, je ne nomme Saphir. Et toi, quel est ton prénom?
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Une Journée difficile [Feat Hikari]  Mer 22 Juin - 3:32

Mort de vieillesse ? À cette annonce, le blondinet se figea avant de voir ses yeux s’humidifier. Il cligna, avant de laisser couler des larmes et être envahis une immense tristesse. Il pouvait sentir la peine de la gardevoir, qu’il absorbait telle une éponge. C’était une sensation commune venant d’un pokémon pour Diziel, de partager les émotions des pokémons. En revanche, personne n’était capable de dire si la source était son délire, ou bien une réalité.

La déception s’intensifia lorsqu’elle annonça qu’elle n’avait pas vu les ombres. Il baissa les yeux, regardant le sol, les larmes coulantes encore sur sa joue. Était-il donc le seul à voir ces choses qui voulaient le détruire ? Comment avait-elle fait pour les chasser alors ? Cela n’était pas logique. Il serra les poings, se sentant trahis, avant qu’elle ne lui confie qu’elle était toutefois capable d’en sentir les conséquences. Est-ce que c’était vrai ? Peut-être. Le résultat était-là, et le blondinet déduisait par le comportement de la Pokémon qu’elle disait la vérité. Et puis, un pokémon ne mentait pas.

    « Moi je n’ai pas d’amis. »


Il pleurait encore… Lilou poussa un petit rugissement, et grimpa sur le jeune garçon pour protester. Diziel ouvrit les yeux pour voir la mine boudeuse de son Evoli. Il sourit, et ajouta « Hormis toi, Lilou. Je voulais dire que je n’ai pas d’amis… Humain. Désolé... ». Il leva sa main et caressa la tête de l’animal qui laissa entendre sa satisfaction. Elle avait un nom : Saphir. A son tour, il se présenta.

    « Je m’appelle Diziel… Diziel Ashenhurst. »


Il essuya ses larmes, et fit quelques respirations profondes pour se calmer. Après une trentaine de secondes, il reprit.

    « Je ne suis pas ton ami, mais... je peux peut-être t’aider ? »
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Une Journée difficile [Feat Hikari]  Ven 21 Oct - 10:39

Quand j'évoquai la mort de ce vieil Alakazam, je vis le jeune blondinet prendre une mine triste, les yeux plein d'eau. Je le fixais, intriguée par son état. Pourquoi était-il triste? Est-ce que le jeune adolescent connaissait ce cher pokémon? Peut-être. Cependant, je devins aussitôt perturbée quand je sentis l'énorme déception du jeune suite à mes dires. Il était déçu de mes aveux. D'après moi, il avait l'air d'un enfant assez sensible et était sûrement manipulable. Pour ma part, je ne voulais point l'utiliser pour mes propres buts. Bien au contraire! Je voulais l'aider à rester dans un tempérament sain et calme, tel était mon devoir de Gardienne de l'île. Néanmoins, je ne pouvais mentir sur un tel sujet seulement pour le voir sourire ou soulagé. Cela serait aidé son problème à rester dans un monde obscur. Non, ce n'était point fidèle à mes promesses d'aider quelqu'un comme ceci. Pourtant, malgré ma parole de fer, je voulais désespérément aider le dresseur à guérir et à se sortir de ce cercle vicieux. Comment pouvais-je faire pour le faire sourire, encore une fois?

Après un lourd silence, le grand adolescent avoua qu'il ne possédait aucun ami. Je sentis mon coeur se serrer légèrement, surtout quand le blondinet sanglota à la suite de ses paroles. Je me demandais pourquoi que ce jeune humain n'avait aucun ami qui pouvait l'épauler. Oui, peut-être il ne semblait point ''normal'' comme tous les autres élèves de l'Académie, mais son coeur était si pure et innocent.  C'était une personne inoffensive qui ne cherchait qu'à être aimé et apprécié. Alors, pourquoi était-il condamné à pleurer seul, sans aucune personne autour de lui? Était-ce dû par son attitude? Ou encore, était-ce l'oeuvre de ces ombres qui hantent l'enfant aux moindres contact avec les autres?

Je voulais m'approcher de lui pour le réconforter et le calmer, mais l'Evoli, qui avait rester d'un calme légendaire depuis cette crise, décida d'intervenir sur la remarque de l'étudiant aux yeux orchidée. L'Eevee répliqua sûrement sur la pensé négative de son dresseur qui se justifia aussitôt, suivit d'une caresse sur la tête de l'animal. Alors, il n'avait aucun ami humain, mmh? C'était triste à savoir, mais, pour le moment, je n'étais point en mesure de l'aider sur ce côté. Je ne pouvais point lui révéler ma véritable identité maintenant, vu qu je ne savais aucunement comment ce dernier allait réagir. Je ne voudrais point le traumatisé avec mon histoire qui pouvait sembler, pour certains, surréaliste.

Essuyant ses larmes, Diziel, le nom du jeune blondinet, prit une respiration avant de me demander s'il pouvait m'aider, vu que le vieux Alakazam ne pouvait plus me venir en aide. Cependant, je fronçai légèrement les sourcils en ces mots ''Je ne suis peut-être pas ton ami''. Je gardai cette mine énervée sur mon visage, mécontente de cette pensé assez pessimiste, puis, me téléportant devant le jeune Ashenhurst, je levai mon bras dans les airs. On pouvait croire que j'allais lui donne une bonne claque, mais, au moment crucial, je déposai doucement ma main sur la crinière dorée de l'étudiant et je caressai doucement la tête. Mon sourire suivit ce mouvement qu'on pouvait trouver mignon.

-Pourquoi dis-tu cela, Diziel-san? Pourquoi ne serions-nous point ami après cette rencontre, mmh? Pour moi, il n'y a aucune raison à refuser une telle demande, surtout que tu n'es point un garçon avec de mauvaises intentions envers moi et envers les autres en général. Ais-je tort?

Suite à mes paroles, je me mis au même niveau que l'étudiant aux yeux violets, puis, d'un sourire, je pris ses mains entre les miennes, les rejoignant ensemble (comme ça -> Kawaii <3). Je laissai un doux regard sur mon visage, étant complètement captivée par le jeune garçon. Je voulais en apprendre plus sur lui pour pouvoir effacer cette solitude qu'il ressentait et ce, en tant qu'humaine.

-Allons! Faisons la promesse d'être ami maintenant et ce, peut importe ce qu'il arrivera dans le futur, okay?

Je restai un moment dans cette position, attendant la réponse du jeune Ashenhurst. J'espère que cette proposition sera acceptée par celui-ci et que, dans un futur lointain, je puisse lui parler et le faire sourire avec ma véritable apparence.

D'ailleurs, en parlant du futur, j'étais venue de base pour chercher des informations à propos de mon titre ou/et à propos de Jirachi. Heureusement pour moi, le jeune garçon voulait m'aider dans mon projet. Ça serait imbécile de ma part de refuser. Donc, tranquillement, je déserrais les mains du jeune homme avant de me séparer de lui, le sourire aux lèvres.

-Hé bien, si tu veux m'aider, je ne dirais pas non. J'ai besoin de savoir des informations à propos des Gardiens des voeux ou d'un certain pokémon du nom de Jirachi. Je ne s-connais point assez la bibliothèque, alors, c'est dur pour moi de trouver les informations que je cherche. Ça ne te dérange pas de m'aider pour ça?

HRP:
 
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Une Journée difficile [Feat Hikari]  

Une Journée difficile [Feat Hikari]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Il est difficile de dire adieu lorsqu'on veut rester, compliqué de rire lorsqu'on veut pleurer, mais le plus terrible est de devoir oublier lorsqu'on veut aimer. [feat Simba ♥]
» La decentralisation, mise ne oeuvre difficile
» Une journée en Afrique
» Une journée à Soissons
» Nodox >> Hikari

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokémon Academy :: HORS RPG : ZONE RÉCRÉATIVE :: Rp-